Publié le 22 juin 2018

ENVIRONNEMENT

Pour sortir sous trois ans du glyphosate, le gouvernement créé une "task force"

Agriculteurs, chercheurs, distributeurs, industriels... Tous étaient réunis vendredi 22 juin au matin pour trouver des solutions à une sortie sous trois ans du glyphosate. Les ministres de l'Agriculture et de l'Écologie, Stéphane Travert et Nicolas Hulot, semblent enfin avoir trouvé un terrain d'entente. Seules plaintes, celles des ONG : non invitées de ce comité de suivi.

Glyphosate agriculture Hulot Travert
La France s'est engagée à sortir du glyphosate en trois ans, contrairement à l'Union européenne qui a renouvelé la licence du pesticide pour 5 ans.
@MinistèreAgriculture

Nicolas Hulot et Stéphane Travert réunis autour de la table pour sortir sous trois ans du glyphosate. L’image est assez rare, les deux ministres, en charge de la Transition écologique et de l’Agriculture, ont mené une bataille sur le sujet. L’un voulant interdire le glyphosate sous trois ans, l’autre souhaitant suivre l’Union européenne sur un renouvellement de la licence du produit pour cinq ans.

Finalement, la France vise un objectif de sortie du glyphosate sous trois ans, mais sans inscription dans la loi. Le Président Emmanuel Macron ne voulait "enfermer personne dans une impasse". Une référence aux agriculteurs qui n’ont pas encore trouvé d’alternative à ce pesticide et perturbateur endocrinien. D’où la création d’une "task force", un comité de suivi sur les alternatives au glyphosate, qui compte les syndicats agricoles, les chambres d’agriculteurs et institut de recherche, les distributeurs, industriels et services de l’État.

Le principal syndicat agricole satisfait 

"La démarche de progrès doit s’appliquer partout et à tous et même si, selon les modes de production, chacun ne part pas du même endroit, nous allons maintenant dans la même direction, et ce n’est pas qu’une formule, avec cet objectif de sortie en trois ans", a déclaré Nicolas Hulot, "On est passé dans une véritable démarche de confiance, de volonté et de détermination partagée".

Concrètement les deux ministères veulent créer un centre de ressource pour "rendre accessible à l’ensemble de la profession agricole les solutions existantes pour sortir du glyphosate". De même, Nicolas Hulot et Stéphane Travert s’engagent à suivre les quantités vendues et utilisées des produits contenant du glyphosate. 

La FNSEA, principal syndicat agricole, a salué "le pragmatisme des deux ministres". En février, pour couper court à l’idée d’une agriculture "accro" aux pesticides, elle avait proposé 250 solutions pour réduire l’usage des produits phytosanitaires comme le glyphosate. Ce 22 juin, elle a invité les quatre ministères de l’Agriculture, de l’Écologie, de la Santé et de la Recherche à "signer avec nous ce contrat à durée indéterminée".

Pas d'ONG autour de la table 

Autour de la table, les entreprises de l’agroalimentaire et de la grande distribution ont également été appelées à s’engager aux côtés des agriculteurs "dans le déploiement de solutions et dans la valorisation de produits sans glyphosate". C’est déjà le cas pour quelques industriels notamment Bonduelle qui aide ses agriculteurs, dans le cadre du programme Ecophyto, à réduire les produits phyto sanitaires.

Pour les ONG par contre, ce comité est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. D’une part la sortie sous trois ans n’a pas été inscrite dans la loi sur l’alimentation. D’autre part, aucune association environnementale n’a été invitée à la table ronde qui se tenait ce matin. "Confier aux filières le soin de sortie du glyphosate nous paraît hasardeux car actuellement rien d’ambitieux sur ce point ne se trouve dans les plans", a fait valoir le directeur de Générations Futures, François Veillerette.

Le gouvernement "met en place une instance pour la sortie du glyphosate en invitant tout le monde sauf… ceux qui veulent la sortie du glyphosate. Vous savez, on peut se libérer si besoin d’accélérer", a tweeté France Nature Environnement. 

 

 

 Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Sandwich burger malbouffe investisseurs fairr risque climat financier reputationnel pixabay

McDonald’s, KFC, Burger King : les géants de la malbouffe interpellés par un groupe d’investisseurs sur le climat

Investir dans la restauration rapide pourrait bientôt se révéler aussi risqué que d’investir dans le charbon ou le tabac. Un groupe de 80 investisseurs, représentant 6 500 milliards de dollars d’actifs, vient d’interpeller plusieurs Big Food (McDonalds, Burger King, Domino’s Pizza…) pour les pousser...

Nutella intermarche promotions producteurs

Augmenter le prix du Nutella pour aider les agriculteurs, le pari osé du gouvernement

Pour aider les agriculteurs à sortir de la crise, le gouvernement interdit désormais aux distributeurs de vendre à prix coûtant des produits comme le Nutella, le Coca-Cola ou le Ricard. Un moyen de faire baisser la pression sur les produits agricoles. Mais l'issue de cette mesure non contraignante...

La France ne sortira pas du glyphosate sous trois ans pas une surprise emmanuel macron elysee

La France n’interdira pas le glyphosate sous trois ans (et ce n’est pas une surprise)

La France ne sortira pas totalement du glyphosate sous trois ans, a annoncé Emmanuel Macron lors d'un débat-citoyen le 24 janvier. Une décision fustigée par de nombreuses associations environnementales dénonçant une "nouvelle reculade" du Président. Sauf que cette annonce n'est pas nouvelle. Le chef...

Sikkim l etat indien ou toutes les terres agricoles sont bio

[Vidéo] Le Sikkim, cet État indien où toutes les terres agricoles sont bio

Il est situé au pied de l'Himalaya. L'État indien de Sikkim est devenu en quelques années le symbole de la transition agricole. La totalité de ses terres cultivées sont désormais converties à l'agriculture bio. Une volonté du gouvernement qui souhaite préserver la biodiversité, la qualité de l'eau...