Publié le 31 août 2010

ENVIRONNEMENT

OGM : le dialogue est au point mort

Les nouvelles dispositions règlementaires françaises et européennes ont exacerbé la grogne des opposants aux OGM. Le fauchage des vignes expérimentales de l'Inra le 15 août dernier en est la preuve : entre pouvoirs publics et anti-OGM, le bras de fer continue.

130985_GF.jpg

Le 13 juillet dernier, la Commission Européenne « tranchait » le débat sur les autorisations de culture et de commerce d'OGM en Europe. Face au refus des États membres d'assouplir la législation sur les OGM, l'instance européenne s'est en effet attribuée la responsabilité des autorisations, laissant aux états le choix de les restreindre, voire de les interdire, sur leur propre territoire.
Une semaine plus tard, le 20 juillet, le ministère de l'agriculture français inscrit au catalogue officiel des espèces cultivées en France 36 variétés de maïs génétiquement modifié (GM) Mon810 et deux variétés de maïs GM T25. La France a certes adopté une clause de sauvegarde sur le MON810 début 2008, interdisant la culture de cet OGM sur son territoire, mais désormais, les industriels français peuvent cultiver et vendre le fameux MON810 à l'étranger. Quant aux deux variétés de maïs GM T25, appartenant aux sociétés françaises Orsem Hybrides et Maïsadour, si elles ne sont pas encore cultivées sur le territoire européen, la décision française pourrait bien changer la donne. Les réactions des associations de protection de l'environnement sont immédiates : le gouvernement est accusé de profiter de la période estivale pour « sournoisement ouvrir la porte aux OGM. »

Les anti-OGM n'ont pas encore digéré cet épisode que déjà, la Commission Européenne annonce le 28 juillet qu'elle vient de finaliser l'autorisation de cinq maïs GM, et le renouvellement d'un sixième. Valables dix ans, ces autorisations concernent des maïs destinés à l'alimentation animale et humaine. Un mois de juillet rude pour les anti-OGM.

Des faucheurs saccagent des vignes expérimentales de l'Inra

La riposte aura lieu en août. Dans la nuit du 14 au 15, une soixantaine de « faucheurs volontaires » arrachent 70 pieds de vignes GM que l'Inra* cultivait sur son site de Colmar. Entamé en 2005, ce programme de recherche, « surveillé » par un comité local, visait à améliorer la résistance de la vigne au « court-noué », virus transmis par un ver de sol (le nématode). La manœuvre des faucheurs met fin à sept années de recherche. Le gouvernement apporte alors son soutien à l'Inra, et promet de « mettre à la disposition les moyens financiers nécessaires pour qu'il puisse relancer sa recherche ».

Dès lors, les réactions s'enchaînent. Les associations environnementales dénoncent ces essais à ciel ouvert et leurs risques éventuels de contaminations. France Nature Environnement (FNE) regrette la réaction du gouvernement et estime « qu'il n'est pas utile d'allouer de nouveaux crédits à ce type de recherche ». Les faucheurs et leurs partisans accusent l'Inra de visées mercantiles, au détriment de recherches portant sur des variétés non-transgéniques.

L'Inra se défend de toutes ces accusations et précise que le protocole de recherche, « drastique », avait été établi par le comité local de suivi, en concertation avec toutes les parties prenantes.

Le programme comptait par ailleurs deux autres volets de recherche, non axés sur les OGM. Pour Marion Guillou, PDG de l'Inra, le fauchage des vignes expérimentales empêche la France « de produire des données scientifiques qu'elle doit confronter à celles des grandes firmes internationales privées, au moment de la demande de commercialisation de leurs OGM en Europe.» D'autant que les premiers résultats sur la transgénèse se sont avérés peu concluants. Les chercheurs avaient en effet démontré l'existence d'impacts environnementaux non négligeables et jugé la résistance au virus par transgénèse peu efficace. Enfin, selon Jean-François Launay, directeur de la communication de l'Inra, « la publication scientifique issue des résultats finaux aurait probablement donné des arguments aux anti-OGM ! »

Tous prônent un dialogue qui semble inexistant

Le bras de fer de cet été laisse entendre que le dialogue entre institutions publiques et défenseurs de l'environnement sur la question des OGM est au point mort. Le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB), créé en avril 2008, notamment pour évaluer les risques relatifs aux OGM, a fait savoir par communiqué de presse qu'il déplorait « l'interruption de l'expérimentation de l'INRA sur des porte-greffes de vigne génétiquement modifiés à Colmar ». Une prise de position officielle, votée par le Bureau du HCB, mais sans l'aval de Greenpeace et de FNE, qui siègent au comité économique, éthique et solidaire de l'institution. Arnaud Apoteker, chargé de campagne OGM pour Greenpeace France, et représentant de l'association au sein du HCB s'interroge : « ce communiqué inutile nous a donné l'impression d'un consensus sur un sujet qui n'a pas été discuté au sein du HCB et sur lequel existent de nombreuses divergences. On se demande si les ONG ne sont pas utilisées comme un simple alibi par la présidente du Haut Conseil. » Le HCB précise néanmois avoir voté à la majorité, au sein de son bureau, la rédaction de ce communiqué. Le divorce est-il en passe d'être consommé ?


*Inra : Institut national de la recherche agronomique


Anne Farthouat
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...