Publié le 14 février 2011

ENVIRONNEMENT

OGM : le choix des Etats en débat

Pour sortir l'Union européenne de l'impasse sur les OGM, la Commission veut permettre aux Etats d'autoriser ou non la culture OGM dans leur pays. Mais les motifs prévus par la Commission et présentés vendredi officiellement aux Etats pour justifier leur choix restent sujets à caution, selon Corinne Lepage, chargée d'un rapport, qui veut proposer des outils plus solides juridiquement.

132821_GF.jpg

© istock

La fronde des régions

En octobre le département du Gers, en pointe dans la lutte anti-OGM avait déposé un recours devant la Cour de justice européenne pour annuler l'autorisation de 6 maïs OGM par la Commission, le 28 juillet dernier. En février, le département annonce avoir la quasi totalité des régions françaises avec lui ainsi que deux départements - la Haute Garonne et les Côtes d'Armor. Ces régions se sont soit associées à la procédure judiciaire, soit ont affiché leur soutien publiquement (voir la carte dans le document joint). En gros, seule l'Alsace et la Lorraine ne suivent pas le mouvement.
Au niveau européen, 53 régions font également partie du Réseau européen des régions contre les OGM (european GMO free regions). Créé en 2003, lorsque 10 régions européennes ont signé une déclaration conjointe au Parlement européen pour sauvegarder leur politique agricole.

Et de 7. Comme la France, l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, le Luxembourg, la Grèce et l'Autriche, la Bulgarie vient de faire jouer sa clause de sauvegarde pour interdire la culture du maïs MON 810 sur son territoire pour « éviter l'acquisition d'une résistance à la protéine Bt par la flore et la faune non cible, ainsi que son accumulation dans les écosystèmes et les sols ». Toutefois, si la procédure du moratoire fait florès depuis quelques années chez les Etats de l'Union européenne qui s'opposent aux OGM, celle-ci est considérée comme contraire aux règles du libre échange selon l'Organisation mondiale du commerce (voir article lié).

Pour débloquer le sujet OGM qui « a empoisonné la première présidence Barroso », selon Corinne Lepage, la Commission européenne a présenté le 13 juillet dernier un projet de règlement pour permettre aux Etats membres de restreindre ou d'interdire leur culture sur le territoire. Pour la Commission il s'agit notamment d'alléger le poids pesant sur elle et l'EFSA (l'agence sanitaire européenne) et d'apporter une meilleure sécurité juridique aux Etats ayant décidé d'interdire ces cultures (voir document lié). Mais ce texte est loin de faire l'unanimité ; de nombreuses critiques ont été avancées tant au niveau des « pro » que des « anti » OGM. A travers cette proposition en effet, la Commission Barroso entend bien relancer les autorisations de semences - 17 sont en attente, pour la plupart portant sur le maïs mais aussi sur le coton, et 2 ont déjà été autorisées dans les pays qui le souhaitent. Pour Europe-Ecologie, il s'agit donc « d'un marché de dupes » puisque les pays qui interdiront la culture des OGM seront dans l'incapacité de garantir à leurs consommateurs un approvisionnement qui en soit exempt, sachant que le marché intra européen est ouvert. De plus, « cette réforme contribuera à affaiblir la position européenne face à ses principaux partenaires commerciaux et va réduire encore un peu plus la possibilité pour les consommateurs européens de choisir librement et en toute connaissance de cause leur alimentation ».

Les motifs que les Etats pourront invoquer pour justifier de leur position sont également sujets à caution. Présentés officiellement le 11 février aux Etats-membres, ils sont au nombre de 7 : d'abord la moralité publique (préoccupations religieuses, philosophiques et éthiques), le maintien de l'ordre public (par exemple pour éviter les manifestations d'opposants), l'aménagement du territoire des villes et régions, la préservation de la diversité des pratiques agricoles, la préservation des cultures traditionnelles ou encore la préservation des zones naturelles. Or, si la Commission « poursuit un objectif souhaitable », ces motifs reviennent « à donner une fausse liberté aux Etats membres », car ils ne peuvent concerner ni la santé, ni l'environnement, relève la députée européenne Corinne Lepage. La rapporteure du dossier OGM pour la Commission santé-environnement du Parlement européen a donc produit un rapport ou elle donne trois types de motifs qui, selon elle, « sortent du flou artistique » de ceux proposés par la Commission et offrent une « meilleure sécurité juridique » : la prise en compte de considération environnementales complémentaires à celles de l'EFSA, l'absence ou l'insuffisance notoire de données (comme sur les milieux récepteurs par exemple) ou encore des changements dans les méthodes agriculturales, le choix d'aménagement d'espace et d'affectation des sols ou les impacts socioéconomiques. « Il s'agit de critères techniques qui s'appuient sur le principe de subsidiarité des sols et qui ne s'appliquent qu'aux OGM destinés à la culture (pas aux tests, ndlr). Ils ne sont certes pas révolutionnaires mais constituent un progrès par rapport à la version de la Commission », estime Corinne Lepage qui assure que les Verts et socialistes sont plutôt favorables à sa proposition.

Cependant, pour la députée, tout cela serait au fond inutile si l'on appliquait les textes existants. Car la directive 2001/18 sur les OGM que la Commission veut tant réformer « est un texte excellent qui, s'il était appliqué, permettrait une haute protection de l'environnement et de la santé », puisqu'il prévoit notamment la réalisation d'études sur les effets directs et indirects des OGM sur les milieux récepteurs à court et long termes, ainsi que des plans de surveillance pour suivre le comportement des champs voisins. Seulement les études à long terme ne sont pas réalisées par les industriels ni la biovigilance... En décembre 2008, le Conseil de l'Union européenne avait bien demandé, à l'unanimité, un renforcement de l'évaluation environnementale et des impacts sociaux économiques des OGM ainsi qu'une réforme de l'EFSA, mais force est de constater que peu de choses ont changé depuis lors. Le débat en commission santé-environnement sur la révision de la directive débutera donc le 28 février au Parlement européen, avec la discussion du rapport Lepage avant de passer en commission agriculture et faire l'objet d'un vote en plénière le 7 juin 2011. En attendant, le Conseil européen se penchera lui aussi sur le texte de la Commission le 14 mars. A priori, peu d'Etats (emmenés par l'Autriche) devraient s'y opposer.

Actualisation: le 22 mars, l'avocat général de la Cour de justice européenne a déclaré que le moratoire pris par la France en février 2008 sur la culture du MON 810 était "illégal". L'avocat général répondait à une demande du Conseil d'Etat français saisi de plusieurs recours de la part de Monsanto, de semenciers et de l'association générale des producteurs de maïs. a charge désormais à la CEJ de trancher.

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

OGM et Europe : l'impossible accord

La position de l'Europe sur les OGM pencherait-elle du côté des industriels ? L'Autorité européenne de sécurité des aliments a demandé à la France de lever l'embargo sur le maïs OGM MON810. Le Conseil des ministres européens de l'environnement s'est montré frileux dans ses conclusions sur...

OGM : le MON810 objet d'une nouvelle polémique

Alors que le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB), instance créée par la loi sur les OGM, avait estimé fin 2009 que « les inconvénients d'une mise en culture du MON 810 l'emportent sur les avantages », il semble revenir aujourd'hui sur ses analyses. Il a en effet émis de vives réserves...

Malaise politique sur les OGM

A la surprise générale, le projet de loi relatif aux OGM a été rejeté en seconde lecture par l'Assemblée nationale mardi 13 mai. La majorité, dont l'absence a marqué l'issue du vote, essuie un revers majeur qui traduit ses divisions internes. La gauche quant à elle exulte, malgré une...

Bruxelles autorise la culture d'un OGM en Europe

Faute de consensus entre les Etats membres sur la question des OGM, la Commission européenne a décidé d'autoriser la culture de la pomme de terre génétiquement modifiée Amflora, du groupe BASF. Mais les Etats auront le choix d'autoriser ou non les OGM sur leur territoire.

L'application de la loi OGM au point mort

Selon un rapport parlementaire présenté mercredi, la loi de 2008 qui encadrait la culture des OGM en France n'est guère appliquée ni applicable en l'état, sachant que nombre de décrets sont encore en cours de rédaction, voire de réflexion. Elle pourrait même devenir obsolète au vu des...

OGM : le dialogue est au point mort

Les nouvelles dispositions règlementaires françaises et européennes ont exacerbé la grogne des opposants aux OGM. Le fauchage des vignes expérimentales de l'Inra le 15 août dernier en est la preuve : entre pouvoirs publics et anti-OGM, le bras de fer continue.

OGM : l'EFSA rend un avis favorable

L'autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) estime dans son étude que l'OGM maïs MON810 est « sans risques pour la santé humaine et animale et ne constitue pas une menace pour l'environnement ».Un avis qui relance le débat sur les autorisations d'OGM en Europe, mais également...

Malaise européen sur les OGM

Aucune majorité suffisante n'a pu se dégager, lors du dernier Conseil de l'environnement, entre les Etats pour ou contre les OGM. Le dossier a été renvoyé à la Commission, qui doit trancher en dernière instance d'ici le 21 novembre 2007. Cette date butoir a été imposée à l'Europe par...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de betterave Tereos

Le gouvernement veut sauver la filière betterave mais doit autoriser un insecticide dangereux pour les abeilles

Le ministère de l'Agriculture veut autoriser de nouveau l'utilisation de néonicotinoïdes dans la culture de la betterave pour sauver la filière. Cette filière est la première en Europe net emploi 46 000 personnes en France. Mais plusieurs ONG alertent sur un risque pour les abeilles.

Bien etre animal poulet

Des grands patrons de la tech, dont Xavier Niel, souhaitent un référendum sur la maltraitance animale

Plusieurs grands patrons de la tech, comme Xavier Niel de Free et Marc Simonci de Meetic, soutiennent le lancement, avec plusieurs personnalités, journalistes et associations, comme L214, d'un Référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale. Interdiction de l'élevage en cage,...

Anne Hidalgo Audrey Pulvar JOEL SAGET AFP

À Paris, Audrey Pulvar, nommée en charge de l’alimentation durable et l’agriculture, suscite (à tort) la polémique

La maire de Paris fraîchement réélue Anne Hidalgo vient de nommer l'ancienne journaliste et présidente de la Fondation pour la Nature et l'Homme Audrey Pulvar adjointe en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits-courts. Un portefeuille moqué sur les réseaux sociaux alors...

Semences paysanne vente amateur

La France autorise la vente des semences paysannes mais la Commission européenne s'y oppose

Une nouvelle loi permet désormais de vendre des semences paysannes aux jardiniers amateurs. Jusqu'ici, toutes les semences autorisées à la commercialisation devaient être inscrites au cahier officiel selon des critères répondant surtout à l'agriculture intensive. Cette nouvelle est un "grand pas...