Publié le 20 février 2014

ENVIRONNEMENT

Monsanto se lance dans les bio-pesticides

Alors que le débat sur la culture des OGM en Europe bat son plein, Monsanto se lance dans le bio. En s'alliant avec une entreprise danoise, le géant américain tente de conquérir un nouveau marché. Ce qui n'est pas du goût des professionnels du secteur.

142231_GF.jpg

© Gernot A. Molitor - flickr

La culture des OGM toujours en débat

Alors que la saison des semences va bientôt débuter, les dernières semaines ont été riches en évènements concernant les OGM. Le 11 février, 19 Etats, dont la France, se sont opposés à l'introduction en Europe du maïs OGM TC1507 du semencier américain Pioneer, contenant comme le MON810 de Monsanto des bactéries insecticides. Le Parlement européen a lui aussi voté contre l'introduction du TC1507. Néanmoins le commissaire européen à la santé, Tonio Borg a l'intention de l'autoriser. La France a déjà imposé un moratoire sur le MON 810 en 2008 et en 2012. Mais à chaque fois le Conseil d'Etat a annulé les arrêtés. Le sénateur Alain Fauconnier avait donc mis sur la table une proposition de loi (PPL) visant à interdire la mise en culture du maïs OGM pour sécuriser cette interdiction. Celle-ci a été rejetée le 17 février du fait de l'adoption d'une motion d'irrecevabilité présentée par un sénateur UMP par 171 voix contre 169, bloquant ainsi le passage de la PPL à l'Assemblée nationale. Mais le gouvernement qui a réaffirmé par la voix des ministres de l'Agriculture et de l'Ecologie qu'il tenait au moratoire sur la mise en culture des semences OGM en France, a déposé un nouveau projet d'arrêté, actuellement soumis à consultation du public, qui entrera en vigueur avant le début des prochains semis, empêchant toute culture du seul maïs OGM actuellement autorisé au niveau européen, le MON810. Par ailleurs, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a déposé une nouvelle proposition de loi répondant au même objectif que celle des sénateurs. Elle sera examinée en avril.

B-H

S'adapter ou disparaître. Monsanto a parfaitement intégré ce précepte du darwinisme économique. Face aux interdictions européennes, pétitions de médecins et plaintes d'agriculteurs qui écornent chaque jour un peu plus l'image des pesticides, le géant des biotechnologies végétales se lance dans les désherbants et insecticides bios. Depuis décembre, le papa des semences OGM et de l'herbicide Roundup fait du pied à la société danoise Novozymes en pointe dans le domaine des pesticides de bio-contrôle, entendez d'origine naturelle. Après la validation du partenariat la semaine dernière par l'autorité de la concurrence, la multinationale américaine va pouvoir rattraper le retard pris sur ses concurrents Bayer ou BASF. Mais les produits traités par les bio-pesticides Monsanto trouveront-ils grâce aux yeux des labels et enseignes de l'agriculture biologique ?

Microbes d'origine naturelle

Pour l'instant, la question reste suspendue au bon vouloir de l'Union européenne. C'est à ce niveau que se décidera, au cas par cas, si les produits Monsanto-Novozymes respectent ou non la Charte de l'agriculture biologique. Pour l'instant, Christian Huyghes, directeur adjoint à l'agriculture au sein de l'Inra (Institut national de la recherche agronomique), reste prudent : « En soi, les pesticides de bio-contrôle ce n'est pas nouveau, il s'agit d'extraire les molécules qui permettent à certains organismes de se protéger contre les bio-agresseurs pour les réutiliser sur d'autres. » La technique existe déjà dans l'agriculture biologique « mais alors que le mécanisme à l'œuvre quand on épand du purin d'ortie restent méconnus, Novozymes a identifié chacune de ces substances et leurs propriétés ». Un savoir technique qui a permis au groupe danois de devenir leader des produits utilisés dans l'agriculture biologique.

Le discours de Monsanto est plus inquiétant. Brandon Mitchener, le responsable européen, évoque des « microbes d'origine naturelle, que l'on voudrait produire à grande échelle ». Leur accueil est mitigé. « D'origine naturelle ne signifie pas sans danger ni sans impact pour les équilibres naturels, rappelle Christian Huyghes. Il peut y avoir des procédés chimiques en jeu et dans tous les cas, on utilise des procédés physiques. Est-ce que ceux-ci sont bios ? C'est sur ce point que les autorités européennes vont devoir trancher. »

Rendre le bio plus compétitif

Si l'Europe donne son feu vert, Ecocert, le principal organisme français de certification des produits bios, n'aura pas d'autres choix que de lui emboîter le pas. « Notre mission consiste à vérifier si la charte européenne est bien appliquée. Si les bio-pesticides sont à base de micro-organismes ou de macro-organismes non génétiquement modifiés et qu'ils possèdent une autorisation de mise sur le marché, ils pourraient être utilisés par des producteurs en «AB» », expliquent les responsables du label. Une fois le verrou européen débloqué, les produits traités par les bio-pesticides gagneront-ils sans heurts les étals des magasins bios ? Brandon Mitchener l'espère : « On peut en produire à bon marché, ça peut rendre le bio plus compétitif ! », se réjouit-il dans la Libre Belgique.

Claude Gruffat, le pédégé de Biocoop, reste sur ses gardes : « Pour nous, vendre des produits traités par Monsanto, ce serait un peu comme demander un prêt à certaines banques. Ce sont les acteurs d'un modèle auquel nous n'adhérons pas. » Stéphanie Pageot, directrice de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (Fnab) confirme : « Avec ces produits on gagnera sur la pollution, mais ça ne remettra pas en cause les méthodes de production. » Même son de cloche chez Christian Huyghes : « Si les bio-pesticides deviennent aussi performants que les produits de synthèse et qu'on en fait le même usage pour de la production de masse en monoculture, ce sera un échec. »

« Le sigle «AB» ne suffit plus »

Face à l'industrialisation du bio, il reste une parade : changer de label. A Biocoop, Claude Gruffat est catégorique, le sigle «AB» ne suffit plus. Pour que les objectifs de responsabilité sociale, de préservation de la biodiversité et de maintien de l'agriculture dans les territoires ne disparaissent pas derrière la question des pesticides, la Fnab a lancé le label Bio cohérence. Un label auquel, a priori, la firme Monsanto ne pourrait prétendre. « Le bio à deux vitesses existe déjà mais avec des initiatives de ce type, l'écart va se creuser, il faut anticiper », prévient Claude Gruffat. Pour l'instant, la démarche en est à ses balbutiements. Reste à trouver assez de producteurs et consommateurs désireux de jouer le jeu. Pour le directeur de Biocoop, « il va falloir reprendre au point de départ le chemin qu'on a parcouru avec le bio depuis quinze ans ».

Amelie Mougey, pour Terra eco
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Filiere lait artemtation de Pixabay

L’essoufflement du marché bio, un risque de taille pour la transition agroalimentaire

Le marché bio aurait-il atteint ses limites ? Sur deux filières emblématiques, le lait et les œufs, les résultats ne sont plus au rendez-vous. La demande se tarie au point de créer une vraie crise. Certains éleveurs sont même obligés de se "déconvertir" pour retourner au conventionnel face à une...

Levage vache agriculture MattKay istock

Les 20 plus grosses entreprises de viande et du lait émettent autant de CO2 que l'Allemagne

932 millions de tonnes de CO2. Cela correspond aux émissions des vingt plus grosses entreprises mondiales de la viande et du lait, sur une année seulement. L'industrie, sous pression des ONG et des investisseurs, tente de montrer patte verte mais face à l'augmentation de la consommation, difficile...

Agriculture changement climatique JEANNE MERCIER HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

2021, un avant-goût amer du changement climatique pour l’agriculture française

Épisodes dramatiques de gel sur les vignes, inondations qui retardent la moisson du blé, incendies qui ravagent les cultures... L'année agricole 2021 se place sous le signe du changement climatique. Entre une baisse des rendements et de la qualité, les agriculteurs français entrevoient les effets de...

Vigne vigoble raisin CCO

La filière viticole française présente une feuille de route pour s’adapter au réchauffement climatique

Vendanges plus précoces, degré alcoolémique plus élevé, plu grande acidité du raisin… le réchauffement climatique a déjà des conséquences concrètes sur la production de vin français. Pour en préserver la qualité et le rendement, les organisations professionnelles de la filière viticole ont présenté...