Publié le 27 novembre 2020

ENVIRONNEMENT

Malgré le rejet de plusieurs pays, le "Medef européen" appelle à ratifier rapidement l'accord avec le Mercosur

Le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur n'est pas encore enterré. Les organisations patronales de l'Union européenne ont appelé à ratifier cet accord le plus rapidement possible alors que la France a décidé de ne pas le signer pour des raisons environnementales, dénonçant son impact sur la déforestation en Amazonie. Le président brésilien compte, lui, maintenir la pression en dévoilant le nom des entreprises françaises responsables de cette déforestation. 

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace
L'accord avec le Mercosur va accélérer la déforestation en Amazonie selon plusieurs rapports d'ONG et d'experts.
@Greenpeace

Les organisations patronales ne lâchent rien. Dans une déclaration publiée le 26 novembre, la très influente organisation Business Europe, représentant plus d’une quarantaine d’organisations patronales nationales issues de 35 pays européens dont le Medef pour la France, appelle à une ratification rapide du traité de libre-échange avec le Mercosur. Elle est, en ce sens, soutenue par les organisations patronales du Brésil, de l’Argentine, du Paraguay et de l’Uruguay. 

"L'accord offre de très bonnes opportunités aux économies et aux sociétés des deux parties et il est d'une importance cruciale non seulement pour des raisons stratégiques et économiques, mais aussi dans une perspective de durabilité", écrivent les signataires. "Les opportunités commerciales créées par cet accord sont également importantes et urgentes pour la reprise après le choc créé par la pandémie de Covid-19", ajoutent-elles.

Un coût environnemental trop élevé par rapport aux bénéfices économiques

Cet "accord commercial révolutionnaire", selon les mots de l’ancien patron du Medef, Pierre Gattaz, pourrait être le plus important jamais conclu par l’UE avec en jeu plus de 770 millions de consommateurs et 18 000 milliards d’euros de PIB. Alors qu’il est en négociation depuis plus d’une vingtaine d’années, il permettrait notamment de supprimer les droits de douane et de faciliter les règles commerciales. Mais un problème de taille freine aujourd’hui sa ratificiation : son impact sur l’environnement. 

Un rapport rendu au gouvernement français évalue que la hausse de 2 à 3 % de la production de viande bovine, due à l'ouverture des marchés, pousserait à une "accélération de la déforestation annuelle de l'ordre de 5 %" pendant les six années suivant l'application de l'accord. En démultipliant les émissions de CO2, cette déforestation rend le coût environnemental de l'accord trop élevé par rapport à ses bénéfices économiques, estime le rapport. C’est pour cette raison qu’en septembre dernier, la France s’est opposée à cet accord, en l’état. "Il en va de la cohérence des engagements environnementaux de notre pays et de l’Europe", justifiait alors Jean Castex

La France complice de la déforestation

La France est soutenue par les Pays-Bas, dont les députés ont refusé l’accord et également par l’Allemagne, pourtant auparavant soutien de ce poids de ce traité de libre-échange. Cet été, alors que la forêt Amazonienne, un des poumons de la Terre, partait en fumée, la chancelière Angela Merkel a émis de "sérieux doutes" quant à l’avenir de l’accord. Mais il n’est pas totalement enterré. Bruxelles attend "un engagement clair" des pays du Mercosur pour s'assurer qu'ils respecteront le volet "développement durable" de l'accord. D’autant qu’une dizaine d’États dont l’Espagne, la Suède, le Portugal, le Danemark ou encore la République Tchèque ont écrit un communiqué de soutien à sa ratification.

Au-delà de la pression des organisations patronales et de quelques États membres, le Président brésilien, Jair Bolsonaro, accuse la France d’être "le grand problème" de cet accord. Il compte dévoiler la liste des entreprises, dont plusieurs Françaises, qui achètent du bois récolté illégalement au Brésil et participent donc à la déforestation illégale de l’Amazonie ou de la savane du Cerrado située en plein cœur du Brésil. Le Président Emmanuel Macron avait déjà reconnu en 2019 la "part de complicité" de la France dans la déforestation en Amazonie notamment à cause de l'importation massive de soja, principale cause de déforestation dans le monde.

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...

Nora Dollet grignon agroparistech

Face à la fronde, l’État suspend la privatisation de Grignon, le campus d’AgroParisTech

C'est un soulagement pour les élus, étudiants et associations qui militaient contre la privatisation du domaine de Grignon, haut-lieu de l'agronomie française et campus des ingénieurs d'AgroParisTech. L'État vient de suspendre sa vente au promoteur immobilier Altarea Cogedim pour "tenir compte du...