Publié le 16 décembre 2020

ENVIRONNEMENT

[Les raisons d'y croire] Pour lutter contre les effets du changement climatique, la France va planter 50 millions d'arbres

Face à l'épuisement des forêts françaises, touchées par les impacts du changement climatique comme les sécheresses et canicules, la France a annoncé un grand plan de repeuplement. 50 millions d'arbres vont être plantés. Les espèces devront s'adapter au climat et permettre de reconstituer les puits de carbone que représentent les forêts. Malgré les incertitudes et le poids du Covid-19, les bonnes initiatives se multiplient. Novethic vous accompagne pour explorer ensemble ce monde qui change.

Foret pixabay
Les forêts françaises sont terriblement impactées par le changement climatique.
CC0

C’est un plan de "repeuplement" des forêts françaises que le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a dévoilé le 16 décembre. Afin de lutter contre les effets du réchauffement climatique, il a indiqué que 50 millions d’arbres seraient plantés dans les forêts de l'Hexagone. "Le volet de repeuplement des forêts est je pense le plus grand depuis l'après-guerre", a indiqué le ministre. Il répond notamment aux dégâts causés par les scolytes, des coléoptères qui creusent des trous dans les arbres fragilisés par la sécheresse.

Et de fait, les forêts françaises sont de plus en plus impactées par les sécheresses et les canicules. L'office national des forêts (ONG) estime que depuis 2019, 220 000 hectares de forêts publiques françaises subissent un taux de mortalité inédit en raison de l'accélération du changement climatique. Or ces forêts constituent un puit de carbone indispensables. D’où la volonté du gouvernement de trouver des essences d'arbres adaptées au climat changeant.

150 000 tonnes de CO2 captées

C’est un "énorme défi", notamment pour les pépinières qui devront trouver des graines et des plants adéquats, a déclaré le ministre sur la chaîne spécialisée "Cultivonsnous.tv". "Prenez des futaies de frênes aujourd'hui, les frênes ont besoin d'humidité certaine, et il y a plein d'endroits où on se dit que si on replante des frênes, dans 30 ou 40 ans ils n'arriveront pas à résister", a indiqué Julien Denormandie, en rappelant que le budget consacré à l'opération porte sur "près de 200 millions d'euros". 

Une enveloppe presque à la hauteur des 300 millions d’euros que préconisait un rapport remis au gouvernement le 17 septembre sur ce sujet. L’étude avait estimé qu’il fallait planter un arbre par habitant pendant 30 ans, soit environ 66 millions. Avec ses 50 millions d’arbres, le gouvernement va permettre de capter 150 000 tonnes de CO2 supplémentaires chaque année.

Sensibiliser les plus jeunes aux enjeux climatiques

Pour sensibiliser dès le plus jeune âge aux enjeux climatiques, le ministre espère pouvoir associer les écoles et l'éducation nationale au projet, comme le font déjà certaines associations locales sur des programmes de replantation de haies pour préserver la biodiversité. "Permettre aux élèves d'avoir des moments où ils vont participer à ces politiques de repeuplement, de reboisement, ce serait une chance extraordinaire de pouvoir les associer (...) et de créer du lien sur les territoires (...) j'en ai parlé au ministre de l'Éducation", a dit Julien Denormandie.

Tout en soulignant qu'il ne "faut pas juger" certaines critiques actuelles "et extraordinairement sincères" s'opposant à l'exploitation des forêts au nom de la défense de l'environnement, le ministre a estimé "qu'une forêt, ça se protège, tout comme le sol, et ça se cultive, tout comme le sol". "L'un n'est pas en opposition avec l'autre. Quand vous êtes dans une parcelle avec des résineux et que vous coupez certains résineux pour laisser les autres se développer, ce n'est pas une offense à l'environnement ou à la nature, c'est permettre de gérer le massif en termes de protection, et de le cultiver", a-t-il dit.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde 01

Flambée des matières premières agricoles : la crise qui monte dans l’ombre de la pandémie

Blé, soja, maïs, colza... les prix des matières premières agricoles ont flambé en 2020 et la hausse se poursuit cette année. Si l'appétit de la Chine, qui reconstitue ses stocks à prix fort, explique en partie cette envolée, la pandémie de Covid-19 déstabilise le système alimentaire mondial au...

Grippe aviaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Grippe aviaire transmis à l’humain en Russie : comment l’élevage industriel favorise les pandémies

Pour la première fois, la souche H5N8 de la grippe aviaire a franchi la barrière interespèce en contaminant plusieurs hommes en Russie. Si la France, qui a abattu trois millions de volailles pour limiter la propagation du virus, affirme qu'il n'y a "pas de risque de transmission à l'Homme" sur le...

Legumes pixabay

Repas sans viande dans les cantines de Lyon : une polémique sans fondement

Le maire écologiste de Lyon a imposé un seul plat, sans viande, aux enfants de la cantine créant une vive polémique. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est ainsi ému d'une mesure "excluant les classes populaires" dont les enfants mangeraient moins de viande. De nombreuses études montrent...

Petit cochon pixabay

Comment le bien-être animal est devenu un enjeu économique pour l’agroalimentaire

Face à la pression des consommateurs et des associations, les entreprises cherchent à améliorer les conditions d'élevage, de transport ou encore d'abattage des animaux. Plusieurs expérimentations sur la castration des porcs ou le pâturage des vaches liant éleveurs, distributeurs et chercheurs ont...