Publié le 20 avril 2018

ENVIRONNEMENT

Les importations de produits bios devront répondre aux normes européennes

Les députés européens ont tranché. Désormais, tous les produits bios importés devront répondre aux exigences européennes. Une manière de rehausser la qualité et de répondre aux attentes consommateurs. Parallèlement, ils ont adopté un arsenal de mesures visant à faciliter la conversion des agriculteurs conventionnels en bio.  

30% des produits bio consommés en France sont importés.
Pixabay

Les eurodéputés serrent les boulons. Le jeudi 19 avril, le Parlement européen a adopté une nouvelle réglementation sur les produits bios après plus de trois ans de négociations entre le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne. Désormais, les produits biologiques importés devront répondre aux exigences de l’UE.

"C’est une bonne nouvelle pour les paysans bios, pour les consommateurs et pour l’environnement", s’est réjoui l’eurodéputé écologique José Bové. Pour cause, en France par exemple, presque un quart des produits bio consommés sont produits hors UE. Le Parlement prévoit ainsi de contrôler davantage les produits bios tout au long de la chaîne d’approvisionnement, au moins une fois par an ou une fois tous les deux ans si aucune fraude n’a été découverte au cours des trois dernières années. 

Accélérer les conversions en bio des agriculteurs 

Pour répondre à la demande des consommateurs européens, les eurodéputés veulent aussi accélérer les conversions en bio. Sur ce point, ils ont lâché du lest et permettent désormais des exploitations mixtes, en conventionnel et en biologique, à partir du moment où les deux activités sont clairement séparées. De même, les petits producteurs pourront obtenir une certification de groupe afin d'économiser temps et argent. Et, selon José Bové, "les paysans bios vont être autorisés à réutiliser leurs propres semences. Cette décision nous permettra enfin d’échapper à la mainmise des grands groupes semenciers", estime-t-il.

Néanmoins la question sensible des seuils de pesticides acceptables n'a pas été résolue dans cette révision, face à des législations et avis différents. Certains pays par exemple, comme la Belgique, s’opposent au fait qu’un produit bio puisse conserver le label bio, même s’il contient des résidus de pesticides. Le Parlement a donc renforcé les mesures de précaution. Désormais, si un produit bio s’avère contaminé par un pesticide ou un engrais non autorisé, le produit perdra son statut si la contamination se révèle délibérée ou "si l’opérateur n’applique pas les mesures de précaution".

Cet accord, qui doit encore recevoir l'aval purement formel des ministres de l'UE en mai ne s'appliquera pas avant janvier 2021.

Marina Fabre @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...