Publié le 20 juillet 2007

ENVIRONNEMENT

La commission européenne va autoriser un OGM

Faute d'un consensus entre les Etats membres de l'Union, la Commission a annoncé son intention d'autoriser la pomme de terre génétiquement modifiée de BASF à des fins industrielles. Les ONG dénoncent une décision à contre courant des opinions publiques européennes.

110532_GF.jpg

Les gouvernements européens auraient-ils peur de déplaire à l'opinion publique, de plus en plus méfiante sur les OGM ? Toujours est-il qu'aucun consensus n'a été trouvé le 16 juillet lors du vote pour l'autorisation de la pomme terre de BASF, une variété utilisée principalement pour la production industrielle d'amidon, mais également destinée à l'alimentation animale. Le dossier est loin être anodin, car il s'agit de la première autorisation de mise en culture d'un OGM depuis le maïs BT Monsanto 810 en 1998, date à laquelle avait été mis en place le moratoire européen. Une courte majorité des ministres de l'agriculture (11) s'est prononcés contre, 10 ont voté pour et 6 se sont abstenus, dont la France, qui s'est engagée à ne prendre aucune décision sur les OGM avant la fin du Grenelle de l'environnement. Conséquence : la majorité qualifiée n'a pas été atteinte, reportant la décison finale sur la Commission. Or Bruxelles y est favorable, le commissaire au commerce Peter Mandelson ayant récemment averti que " tant que l'UE ne comblerait pas le fossé entre son système d'approbation des OGM et ceux des pays exportateurs de produits alimentaires comme les Etats-Unis, l'Argentine ou le Brésil, les disputes commerciales deviendraient récurrentes à l'OMC ". L'Europe est en effet accusée de protectionnisme par les pays producteurs d'OGM, qui font valoir régulièrement cet argument lors des négociations commerciales internationales.
Cette nouvelle demande d'autorisation relance donc le débat, la Commission ayant le pouvoir de l'approuver faute d'une majorité de " oui " comme de " non ". " Nous déplorons une fois de plus cette procédure biaisée : à chaque fois la Commission européenne dit oui en se basant sur l'avis de l'autorité européenne de sécurité des aliments " déclare Arnaud Apoteker de Greenpeace. " Les ministres fuient leur responsabilité alors que les opinions publiques européennes sont majoritairement opposées à l'invasion des cultures et des produits OGM ! "

Les ONG dénoncent, s'agissant de la pomme de terre de BASF, le fait qu'elle contienne des gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques (ARGM), qui peuvent être transférés des plantes aux bactéries, rendant la bactérie résistante aux antibiotiques et nuisant à leur l'efficacité pour certaines infections chez l'homme. Par ailleurs, BASF a demandé que certaines parties, comme la peau, soient utilisées pour l'alimentation animale, ce que refusent les ONG qui demandent des contrôles supplémentaires. " En autorisant pour la première fois une pomme de terre OGM, la Commission va faire un pas de plus vers l'irréparable. Comme pour le maïs, le risque de contamination des cultures conventionnelles et biologiques, et donc de passage dans la chaîne alimentaire, ne peut être écarté " conclut Arnaud Apoteker.

Polémique sur le nouveau label bio européen

En juin 2007, un règlement controversé sur la production et l'étiquetage biologiques avait déjà suscité une vive polémique. Malgré l'opposition de la Belgique, de la Grèce, de l'Italie et de la Hongrie, le Conseil a, en effet, adopté un règlement sur la production et l'étiquetage biologiques. Le texte permet que les produits présentant jusqu'à 0,9% de "présence accidentelle ou techniquement inévitable" d'OGM puissent être étiquetés et vendus comme produits biologiques. Le Parlement européen et les groupes écologiques, estimant ce niveau trop laxiste, avaient demandé, sans succès, que le seuil soit abaissé à 0,1%, niveau auquel les OGM ne peuvent plus être détectés. Enfin, le nouveau label bio européen qui remplacera l'actuel label " AB " est également loin de satisfaire les professionnels de l'agriculture bio, qui le jugent " beaucoup trop laxiste " dans ses exigences. La Fédération Nationale d'Agriculture Biologique a décidé de " travailler à une marque privée, afin de garantir la crédibilité de leur mode de production et de leurs pratiques auprès des consommateurs ". " Le règlement européen adopté, et qui entrera en vigueur en 2009, comporte des points inacceptables que la FNAB, et d'autres acteurs en France et dans l'UE, ont déjà dénoncés ", explique la fédération. Elle s'oppose notamment à " la flexibilité qui permet de faire moins que la réglementation, un étiquetage " bio " en régression par rapport aux règles actuelles, et enfin, le refus de reconnaître aux productions bio le droit d'être totalement sans OGM ".
Le nouveau logo communautaire deviendra obligatoire à compter du 1er janvier 2009, mais des logos nationaux ou d'origine privée reposant sur des critères plus stricts seront également autorisés.

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Après l'Allemagne, la France va-t-elle décider d'un moratoire sur un OGM ?

Suivant l'exemple de six autres pays européens, l'Allemagne vient d'interdire la commercialisation de semences de maïs MON810 de Monsanto, seule variété de maïs transgénique dont la culture est autorisée en Europe. Dans une interview au Parisien, Alain Juppé a déclaré à son tour vouloir...

Dissémination des OGM : un village contre le ministre de l'Agriculture

Le tribunal administratif doit rendre sa décision dans quelques semaines : le maire de Wattwiller, Jacques Muller (Verts), a déposé un recours contre le refus du ministre de l'Agriculture d'installer des périmètres de protection contre les OGM autour d'une exploitation agricole biologique....

OGM : regain de tension et enjeu de campagne

Les détracteurs des OGM ont mis à profit la campagne présidentielle pour demander aux candidats de se prononcer sur la question. Nicolas Sarkozy restant le seul à ne pas s'être prononcé, Greenpeace est allé déverser, le 16 mars au matin, 8 tonnes de maïs OGM devant son QG de campagne dans...

OGM : nouvel épisode dans la guerre des études

Le gouvernement français a décidé de ne pas faire de moratoire sur la commercialisation du maïs transgénique Mon 810 contrairement à l'Allemagne. Il avait saisi la commission du génie biomoléculaire en mai pour avis. Celle-ci vient d'estimer que les récentes études publiées ne sont pas de...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...