Publié le 23 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

Colère des apiculteurs après l'autorisation d'un nouveau néonicotinoïde "tueur d'abeilles" en France

Alors que la production de miel poursuit sa chute, l'ANSES, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, vient d'autoriser la commercialisation de deux pesticides à base de Sulfoxaflor. Il s'agit, selon les apiculteurs, d'un néonicotinoïde "tueur d'abeilles". Nicolas Hulot et Stéphane Travert ont demandé à l'ANSES des recherches complémentaires.


C’est un coup de massue pour les apiculteurs français. L’ANSES, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, vient d’autoriser deux pesticides à base de sulfoxaflor, le Closer et le Transform. Or, selon l’UNAF, l’union des apiculteurs, cette substance produite par l'industriel Dow Agro Science est "bel est bien un néonicotinoïde. Le sulfoxaflor, une fois absorbée par la plante, circule dans son système vasculaire jusque dans le pollen et le nectar". Il tue ainsi des milliers d’abeilles.

Interdiction de tous les néonicotinoïdes dès 2018 en France

Les apiculteurs s’appuient sur un avis de l’EFSA, Autorité de sécurité des aliments, qui évoquait une substance "hautement toxique pour les abeilles" dans un rapport en 2014. Pourtant, un an plus tard, cette même autorité a finalement rendu un avis favorable à l’homologation du produit.

Dow Agro Science affirme que sa substance n’est pas un néonicotinoïde mais un insecticide classé sulfoximine. Et la différence est importante... du moins sur le plan réglementaire. Car, dès 2018, tous les néonicotinoïdes seront interdits d’utilisation en France, avec des dérogations possibles jusqu’en 2020.

La mise sur le marché maintenue 

Face à la colère des apiculteurs, qui connaissent une année très difficile - les récoltes de miel ne dépasseront pas 10 000 tonnes, trois fois moins qu’il y a 30 ans - le gouvernement a réagi. Dans un communiqué diffusé vendredi 20 octobre, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, ont demandé à l’ANSES "d’analyser de façon prioritaires les données complémentaires relatives aux risques du Sulfoxaflor, afin qu’elle soit en capacité d’indiquer au gouvernement, dans les trois mois, si elles sont de nature à modifier les deux autorisations de mises sur le marché". Autrement dit, l’autorisation de marché est maintenue, jusqu’à preuve de risques pour les abeilles.

Pour rappel, depuis 1989, 80 % des insectes volants ont disparu. En cause, l’agriculture et l’utilisation des pesticides et engrais de synthèse. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Sortie glyphosate impasse pesticide

36 produits à base de glyphosate, représentant trois quarts des ventes en France, sont retirés du marché

L'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé le retrait de 36 produits à base de glyphosate, un herbicide que la France a décidé d'interdire à partir de 2021, ce qui représente près des trois quarts des tonnages de produits utilisés en 2018.

Chlordecone bananier

Le chlordécone, un scandale environnemental et sanitaire dont l’État serait le premier responsable

C'est un scandale environnemental et sanitaire d'envergure. Quarante ans après son interdiction, près de la totalité des Guadeloupéens et Martiniquais sont contaminés au chlordécone, un insecticide largement répandu dans les Antilles de 1973 à 1993. Un nouveau rapport parlementaire désigne le...

Ble agriculture bio emissions co2

[Science] À grande échelle, l'agriculture 100 % bio augmenterait les émissions de CO2

L'agriculture bio est-elle vraiment l'exemple à suivre ? Des chercheurs ont estimé que si l'Angleterre et le Pays de Galles optaient pour une production agricole 100 % bio, les émissions de gaz à effet augmenteraient. Les rendements étant moindres, les pays seraient obligés de convertir des prairies...

Moutons cargo echoue mer noire

14 600 moutons piégés dans un navire échoué, une dérive du transport d’animaux vivants

Un navire transportant 14 600 moutons à destination de l'Arabie Saoudite s'est échoué dimanche 24 novembre aux larges des côtes roumaines. Si l'équipage a pu être sauvé, seule une centaine de moutons ont été évacués. Un drame qui symbolise la dérive du transport d'animaux vivants, pourtant encadré...