Publié le 17 juin 2019

ENVIRONNEMENT

La candidate française à la présidence de la FAO envisage toutes les solutions pour lutter contre la faim, y compris les OGM

La candidate de l'Union européenne à la présidence de l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations unies (FAO), la Française Catherine Geslain-Lanéelle, souhaite que "toutes les solutions" soient envisagées pour éradiquer la faim sur la planète, y compris l’utilisation des OGM et des autres biotechnologies. La malnutrition est repartie à la hausse depuis trois ans au niveau mondial.

Catherine Geslain-Lanéelle est candidate pour l'Europe à la tête de la FAO, en charge de l'alimentation et l'agriculture pour l'ONU.
@XavierRemongin/agroculture.gouv.fr

La candidate de l'Union européenne à la présidence de la FAO, la Française Catherine Geslain-Lanéelle, souhaite que "toutes les solutions" soient envisagées pour éradiquer la faim dans le monde, y compris l’utilisation des organismes génétiquement modifiés et l’ensemble des biotechnologies. Des solutions qui font souvent débat en Europe.

Celle-ci affirme ne pas vouloir arriver avec des solutions toutes faites e veut envisager toutes les solutions possibles pour lutter contre la faim dans le monde. "Je veux que cette organisation travaille à partir de toutes les solutions qui existent, (...) des solutions et des innovations basées sur la science, au service de l'objectif, c'est-à-dire réduire la faim, l'éradiquer, lutter contre la pauvreté, éliminer la malnutrition, et promouvoir l'agriculture durable", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Des débats sans a priori

L'ancienne directrice exécutive de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui brigue la direction de l'Agence des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), rappelait ainsi sa position, énoncée en avril à Rome, lors de la présentation de sa candidature. "Si je vois qu'il y a un riz OGM enrichi en vitamines, qui pourrait permettre d'apporter des solutions à la malnutrition, eh bien je crois qu'il faut examiner ce produit et cette innovation, au regard de ses éventuels bénéfices, de l'impact sur la santé, sans a priori", ajoute-t-elle.

"Ces sujets-là, on doit en débattre, on n'attend pas du parti pris, on attend du dialogue, de la discussion, la FAO, c'est le lieu où ça doit se débattre", souhaite-t-elle. Elle réagissait à un article du Guardian, selon lequel elle avait promis aux États-Unis qu'elle ne défendrait pas la position de l'UE, s'agissant des OGM. En Europe, les cultures OGM sont sévèrement réglementées depuis 2001 et dans les faits sont interdites dans la plupart des pays, à l'exception de quelques dérogations portant sur le maïs en Espagne, par exemple.

La faim en progression

"La vision que j'ai d'une organisation comme celle-là, qui est donc une agence des Nations Unies, c'est qu'elle ne peut pas être au service d'un intérêt particulier, français, européen, américain ou chinois", affirme Catherine Geslain-Lanéelle. Elle souligne que lors de son intervention à Rome, elle a évoqué les biotechnologies, mais sans les mettre "plus en avant que d'autres solutions", évoquant aussi l'agriculture de précision, l'agriculture de conservation des sols, l'agriculture biologique ou l'agroécologie.

"La faim est repartie à la hausse, dans un contexte de ressources limitées ou dégradées, et d'impact de plus en plus marqué du changement climatique", rappelle-t-elle. En effet, depuis trois ans, la faim dans le monde croît. Elle touchait, en 2017, 821 millions de personnes, un niveau comparable à celui de 2010. La situation s'aggrave en particulier en Amérique du Sud et dans la plupart des régions d'Afrique.

L’élection à la tête de la FAO se déroulera les 22 et 23 juin à Rome, au siège de la FAO. La Française devra faire face à Ramesh Chand (Inde), Davit Kirvalidze (Géorgie) et Qu Dongyu (Chine).

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...