Publié le 17 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

L’interdiction du Roundup Pro 360 signe-t-il la fin du glyphosate ?

Le tribunal administratif de Lyon vient d'annuler l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un herbicide de Monsanto à base de glyphosate. Il estime que l'Agence nationale de sécurité sanitaire a commis une erreur d'appréciation "au regard du principe de précaution". Cette décision relance le débat sur l'autorisation du glyphosate en France mais aussi dans l'Union européenne. 

En 2022, les États membres de l'Union européenne devront décider du renouvellement ou non, de la licence du glyphosate.
@Alexandros Michailidis/SOOC

Le Roundup Pro 360 porte "une atteinte à l’environnement susceptible de nuire de manière grave à la santé humaine". Voilà ce qu’a estimé le tribunal administration de Lyon le mardi 15 janvier. Il a ainsi décidé d’annuler l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un désherbant à base de glyphosate, commercialisé par le géant Monsanto, récemment avalée par Bayer. Une décision à effet immédiat.

Fait rare, le tribunal a estimé que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) avait "commis une erreur d’appréciation au regard du principe de précaution" en autorisant le Roundup Pro 360 en mars 2017. S'appuyant notamment sur les études du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) sur le glyphosate, les juges ont estimé que ce produit devait "être considéré comme une substance dont le potentiel cancérogène pour l’humain".

Une décision qui pourrait s'appliquer à tous les produits à base de glyphosate

"C’est une décision absolument majeure car elle devrait concerner tous les Roundup, le tribunal considérant que tous les produits contenant du glyphosate sont probablement cancérogènes", s’est félicité Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Environnement et avocate du Comité de recherche et d’information indépendante sur le génie génétique (CRIIGEN), qui avait saisi le tribunal.

Concrètement, ce jugement ne peut pas faire jurisprudence puisqu’il a été énoncé par un tribunal administratif mais il pourrait pousser l’Anses à reconsidérer l’homologation, passée et future, de tous les produits à base de glyphosate. "L’Anses va devoir tenir compte de cette décision, même si elle ou Monsanto fait appel, car le jugement est motivée et argumentée", estime Nadine Lauverjat de Générations futures.

Dans un communiqué publié le 17 janvier, l'Anses "conteste toute erreur d'appréciation" et rappelle qu'elle a été la première autorité nationale "à retirer les autorisations de mise sur le marché de 126 produits à base de glyphosate contenant un co-formulant potentiellement génotoxique". 

En 2022, l'Europe pourrait autoriser à nouveau le glyphosate 

Au-delà du cas français, cette décision pourrait peser dans trois ans lorsque l’Union européenne devra décider si elle renouvelle -ou non- le glyphosate. "La France sera le prochain État rapporteur en charge du dossier glyphosate à la Commission européenne. Les discussions devraient commencer en 2021, date à laquelle Emmanuel Macron avait promis d’interdire cette substance sur le territoire français, c’est une bonne nouvelle", avance Nadine Lauverjat.

En novembre 2017, la Commission européenne a en effet opté pour un renouvellement de la licence de l’herbicide phare de Monsanto pour 5 ans, contre l’avis de la France qui en proposait trois. Emmanuel Macron s’était engagé à satisfaire cette demande dans l’Hexagone, avant de faire machine arrière. D’abord en n’inscrivant pas son interdiction dans la loi, ensuite en proposant des dérogations aux agriculteurs "qui n’ont pas d’alternative""Le gouvernement tergiverse depuis trop longtemps et parle d’une sortie dans trois ans depuis bientôt 2 ans", argue Julien Bayer, le porte-parole d’EELV.

Au-delà du poids que va donner la France à cette décision juridique, le rapport scientifique de l’Institut fédéral d’évaluation des risques allemand (Bfr), sur lequel se sont appuyés en grande partie les États membres pour rendre leur décision, est au cœur d’une polémique. Selon un rapport commandité par des députés européens et signalé dans Le Monde, le Bfr aurait plagié, parfois mot pour mot, le dossier d’homologation qu’ont rendu Monsanto et ses alliés, aux autorités européennes. Une controverse qui remet  en cause la fiabilité de cette étude.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Après le revirement de l'Allemagne, le glyphosate est renouvelé pour 5 ans dans l'Union européenne... contre l'avis de la France

Contre toute attente, les États membres ont approuvé à la majorité une autorisation pour cinq ans en Europe du désherbant glyphosate. La France, comme elle l'avait annoncé, s'y est opposée. Mais l'Allemagne, habituellement abstentionniste, a fait pencher la balance en approuvant le...

"Le glyphosate pourrait entraîner une grave crise institutionnelle en Europe", selon Marie-Monique Robin

"Le Roundup face à ses juges", le nouveau documentaire de la journaliste d'investigation Marie-Monique Robin est diffusé ce mardi 17 octobre à 20h50 sur Arte. En amont de cette diffusion, la réalisatrice décortique pour Novethic les effets du glyphosate, la molécule active du Roundup, le...

Condamnation de Monsanto : la revanche des anti-glyphosate

La condamnation historique de Monsanto par un tribunal américain relance "la guerre" contre les pesticides, estime Nicolas Hulot. Elle sonne surtout comme une revanche pour les anti-glyphosate qui n'avaient pas trouvé satisfaction dans les décisions politiques récentes. Reste que Bayer...

Le gouvernement ne compte pas inscrire l'interdiction du glyphosate dans la loi Alimentation

C'était une des promesses d'Emmanuel Macron : interdire sous trois ans le glyphosate en France. Pourtant, cette mesure n'apparaît à aucun moment dans le projet de loi Alimentation en examen actuellement à l'Assemblée nationale. Si Nicolas Hulot y est favorable, le gouvernement s'est...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Corteva, Monsanto-Bayer : Face à la pression, les géants de l’agrochimie commencent à plier

La pression citoyenne et judiciaire pousse des géants de l'agrochimie à changer de stratégie. Corteva, le plus grand fabricant de chlorpyrifos au monde, vient d'annoncer qu'il ne produirait plus ce pesticide très controversé alors que l'Union européenne vient de l'interdire sur son territoire. Une...

Invasion de criquets TONY KARUMBA AFP

Une invasion historique de criquets menace la sécurité alimentaire de l’Afrique de l’est

C'est la pire invasion de criquets depuis 25 ans. L'Afrique de l'est est envahie par des essaims qui dévorent ses récoltes et menacent la sécurité alimentaire de toute la région. Un petit groupe peut avaler la nourriture nécessaire à 35 000 personnes. Une situation dramatique qui est aggravée par le...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Les politiques de réduction des pesticides sont un échec, estime la Cour des comptes

Ce n’est pas une surprise mais la Cour des comptes enfonce le clou. Dans un nouveau rapport, l'institution épingle l'échec des pouvoirs publics à réduire l'usage des pesticides en France alors que des centaines de millions d'euros ont été mis sur la table. Plusieurs leviers existent pourtant,...

Conseil constitutionnel ricochet64

La protection de l’environnement peut entraver la liberté d’entreprendre, selon le Conseil constitutionnel

C'est un tournant majeur. Le Conseil constitutionnel a, pour la première fois, estimé que la protection de l'environnement peut surpasser la liberté d'entreprendre dans une affaire portant sur l'exportation de pesticides. Cette décision, qui concerne les producteurs de pesticides en France qui...