Publié le 04 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

Alternative au glyphosate : l'INRA ne veut pas trouver une autre molécule

L'Institut national de recherches agronomiques (Inra) a remis vendredi au gouvernement un rapport sur le glyphosate en vue de l'élaboration d'un plan d'arrêt de l'usage de ce pesticide dans l'agriculture qui sera présenté avant la fin de l'année. Si des alternatives existent, certaines pratiques agricoles font face à des impasses technologiques. L'INRA précise ne pas rechercher d'autres molécules. 

Le labour est, dans certains cas, une alternative au glyphosate.
DR

Vendredi 1er décembre, les ministres de la Transition Écologique et Solidaire, des Solidarités et de la Santé, de l'Agriculture et de l'Enseignement supérieur, de la Recherche ont reçu le rapport scientifique de l'Inra visant "à mettre l'expertise de l'Institut au service de l'élaboration d'un plan de sortie du glyphosate demandé par le Premier ministre (...) et qui sera présenté avant la fin de l'année", peut-on lire dans un communiqué commun.

Les États membres de l'Union européenne (UE) ont accepté lundi 27 novembre d'autoriser pour cinq ans supplémentaires le glyphosate lors d'un comité d'appel, mais le président Emmanuel Macron a pour sa part affirmé que l'herbicide controversé serait interdit en France "au plus tard dans trois ans".

Avec les autres travaux en cours, ce rapport "permettra au gouvernement de présenter, lors de la clôture des États Généraux de l'Alimentation, une feuille de route ambitieuse visant une agriculture moins dépendante des pesticides, dont le glyphosate. Cette feuille de route, une fois partagée avec les parties prenantes, sera finalisée en début d"année 2018", assure le texte.

Le rapport de l'Inra "permet d'identifier les options alternatives existantes et participe à la construction des solutions d'accompagnement agronomique, technique et économique nécessaires à la transition vers des systèmes de production sans glyphosate. Il apporte ainsi une première réponse à la demande du Président de la République d'accélérer la recherche et le développement de solutions d'ici trois ans", indique le communiqué.

Pas de remplaçant au glyphosate

Le rapport mentionne également des impasses techniques sur lesquelles le gouvernement et les filières devront prioritairement travailler en mobilisant les instituts de recherche et les organismes d'appui technique, poursuit le texte.

"Il n'y a pas de solution miracle et l'Inra ne travaille pas pour chercher une molécule qui remplacerait une autre molécule, c'est vrai pour le glyphosate comme pour d'autres" produits phytosanitaires, a récemment déclaré le patron de l'Inra, Philippe Mauguin, devant la Mission d'information sur l'utilisation des produits phytopharmaceutiques.

Dans ce rapport sur le glyphosate, l'Inra identifie différentes alternatives techniques pour remplacer le glyphosate : la destruction physique par le désherbage mécanique, le labour, le recours au gel hivernal des cultures intermédiaires et l'utilisation ciblée d'autres herbicides homologués.

Pas d’alternative pour l’agriculture de conservation des sols

Ces solutions doivent répondre à une majorité des cas d'usage de cet herbicide, mais l'Inra souligne que dans certains cas il reste des impasses au regard des connaissances actuelles. Il n'y a ainsi pas d'alternative efficace pour l'agriculture de conservation des sols, qui couvre environ 4 % des surfaces de grande culture. Certains terrains ne permettent pas non plus d'utiliser de désherbage mécanique comme sur les terrasses.

L'Inra n'a pas réussi à trouver non plus d'alternative pour la récolte des fruits à coques (19 000 hectares en 2014) ou pour une étape de la culture du lin, dont la France est le premier producteur mondial (88 000 hectares en 2016), appelée le rouissage.

"La réduction des produits phytopharmaceutiques fera partie des objectifs prioritaires en termes de recherche et d'investissement des États généraux de l'Alimentation", a déclaré à l'AFP Philippe Maugin, qui co-préside l'atelier 14 qui doit déterminer comment seront répartis les 5 milliards promis par le président Macron à l'Agriculture.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Mondialisation dans l assiette tomates

[La mondialisation dans l’assiette] La tomate industrielle, un concentré de dérives

La tomate industrielle, qui représente un quart du marché mondial de ce fruit rouge, est devenue le symbole des dérives de la mondialisation. Entre des concentrés de tomates frelatés, des sauces "Made in Italy" envoyées depuis la Chine, des migrants sous-payés et des systèmes mafieux intenses,...

Champs de betterave Tereos

Le gouvernement veut sauver la filière betterave mais doit autoriser un insecticide dangereux pour les abeilles

Le ministère de l'Agriculture veut autoriser de nouveau l'utilisation de néonicotinoïdes dans la culture de la betterave pour sauver la filière. Cette filière est la première en Europe net emploi 46 000 personnes en France. Mais plusieurs ONG alertent sur un risque pour les abeilles.

Bien etre animal poulet

Des grands patrons de la tech, dont Xavier Niel, souhaitent un référendum sur la maltraitance animale

Plusieurs grands patrons de la tech, comme Xavier Niel de Free et Marc Simonci de Meetic, soutiennent le lancement, avec plusieurs personnalités, journalistes et associations, comme L214, d'un Référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale. Interdiction de l'élevage en cage,...

Anne Hidalgo Audrey Pulvar JOEL SAGET AFP

À Paris, Audrey Pulvar, nommée en charge de l’alimentation durable et l’agriculture, suscite (à tort) la polémique

La maire de Paris fraîchement réélue Anne Hidalgo vient de nommer l'ancienne journaliste et présidente de la Fondation pour la Nature et l'Homme Audrey Pulvar adjointe en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits-courts. Un portefeuille moqué sur les réseaux sociaux alors...