Publié le 05 octobre 2020

ENVIRONNEMENT

L’Assemblée nationale doit trancher sur la réautorisation des néonicotinoïdes sur les betteraves

C'est un sujet particulièrement explosif dont vont débattre les députés aujourd'hui. L'Assemblée va se pencher sur la réautorisation temporaire des néonicotinoïdes sur les betteraves. Les députés, divisés, devront à la fois satisfaire la filière, ravagée par la jaunisse et une perte de rendements énorme, et les écologistes, qui pointent l'impact très néfaste de ces "pesticides tueurs d'abeilles" sur la biodiversité.

Betterave neonicotinoides pixabay 01
Pour le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, il faut avant tout sauver la filière betterave.
CC0

C’est un sujet clivant qui arrive sur les bancs de l’Assemblée. Les députés vont débattre, à partir de ce lundi 5 octobre, de la réinsertion temporaire des néonicotinoïdes dans les champs de betterave. Depuis plusieurs mois, les cultures de betteraves sont en effet ravagées par la jaunisse. Les parcelles les plus touchées pourraient perdre jusqu’à 40 % de leurs rendements, menaçant plus de 46 000 emplois dans la filière sucrière française. Les professionnels ont donc demandé une dérogation afin de pouvoir utiliser les néonicotinoïdes, ces "pesticides tueurs d’abeille" interdits depuis deux ans en France. Le gouvernement a tranché en faveur des professionnels mais les députés sont divisés sur la question. 

L'ancien ministre de l'Écologie Nicolas Hulot a appelé les députés "à ne pas voter" le projet de loi. "Prolonger l'usage des néonicotinoïdes pour la filière de la betterave, alors que leur interdiction a été votée en 2016, ce n'est pas une solution", déclare-t-il dans un entretien au Journal du dimanche. "Ma fondation a estimé les pertes pour cette année à 77 millions d'euros pour les betteraviers. Indemnisons-les en échange de la mise en place de pratiques : allongement des rotations, réintroduction des haies...", dit-il.

Un enjeu de "souveraineté économique"

Pour le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, qui s'exprimait sur France 3, "Nicolas Hulot et tous ceux qui vous disent qu'il y a une alternative se trompent: il n'y a pas d'alternative, y compris économique" à cette mesure destinée à protéger la filière française du sucre. "L'écologie, ce n'est pas tuer une filière pour importer du sucre", a ajouté le ministre, affirmant qu'il s'agit d'un enjeu de "souveraineté économique" face à la concurrence de la Pologne, de la Belgique ou de l'Allemagne. "Cette dérogation ne concernera que la betterave sucrière", précise toutefois Julien Denormandie. 

Dans leur plan national de recherche et d’innovation publié le 22 septembre, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) et l’Institut technique de la betterave estiment, qu’à ce stade, "aucune solution chimique ou non chimique ne se rapproche en efficacité des traitements chimiques à base de néonicotinoïde". Concrètement, "il y a des voies prometteuses mais, aujourd'hui, il n'y a pas de voie opérationnelle à grande échelle pour une année comme 2020", soulignait Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Filiere lait artemtation de Pixabay

L’essoufflement du marché bio, un risque de taille pour la transition agroalimentaire

Le marché bio aurait-il atteint ses limites ? Sur deux filières emblématiques, le lait et les œufs, les résultats ne sont plus au rendez-vous. La demande se tarie au point de créer une vraie crise. Certains éleveurs sont même obligés de se "déconvertir" pour retourner au conventionnel face à une...

Levage vache agriculture MattKay istock

Les 20 plus grosses entreprises de viande et du lait émettent autant de CO2 que l'Allemagne

932 millions de tonnes de CO2. Cela correspond aux émissions des vingt plus grosses entreprises mondiales de la viande et du lait, sur une année seulement. L'industrie, sous pression des ONG et des investisseurs, tente de montrer patte verte mais face à l'augmentation de la consommation, difficile...

Agriculture changement climatique JEANNE MERCIER HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

2021, un avant-goût amer du changement climatique pour l’agriculture française

Épisodes dramatiques de gel sur les vignes, inondations qui retardent la moisson du blé, incendies qui ravagent les cultures... L'année agricole 2021 se place sous le signe du changement climatique. Entre une baisse des rendements et de la qualité, les agriculteurs français entrevoient les effets de...

Vigne vigoble raisin CCO

La filière viticole française présente une feuille de route pour s’adapter au réchauffement climatique

Vendanges plus précoces, degré alcoolémique plus élevé, plu grande acidité du raisin… le réchauffement climatique a déjà des conséquences concrètes sur la production de vin français. Pour en préserver la qualité et le rendement, les organisations professionnelles de la filière viticole ont présenté...