Publié le 17 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

[Le monde en 2050] Le black-out qui a mis fin à l’agriculture numérique

Le 6 septembre 2049, tout bascule. Un black-out géant touche le secteur agricole, entièrement numérisé. Plus de drones, de robots pollinisateurs, de données précises sur les cultures... les agritechs sont désemparés. Ils vont devoir laisser la main aux agriterres, un groupe dissident qui prône un retour à l'agroécologie et à la saisonnalité. Novethic vous transporte en 2050 pour découvrir le monde secteur par secteur selon les grandes tendances identifiées aujourd’hui par nos journalistes.

En 2050 un blackout met fin a l agriculture du tout numerique
Novethic vous propose, pendant deux semaines, une série dédiée au monde en 2050.
©CC0

D’un coup, le silence s’est fait dans les campagnes. Les agritechs ont vu s’écraser leur drone, bec le premier, dans la terre. Les abeilles robots pollinisateurs sont tombées comme des mouches. Et les données sur le téléphone de ces techniciens des champs se sont envolées.

Plus d’alerte sur le manque d’eau, plus de notifications sur le rendement à venir ou l’arrivée d’un pic de chaleur dans 32 heures. Les meilleurs informaticiens ont essayé de relancer les systèmes après ce black-out complet mais rien à faire. Ce 6 septembre 2049 restera gravé comme le jour où l’agriculture du tout numérique a chuté.

Les Chinois détiennent un tiers des terres de l'Hexagone

Les responsables n’ont pas été clairement identifiés. Bien sûr, les soupçons ont pesé d’emblée sur les agriterres, ce mouvement dissident qui prône un retour à l’agroécologie et la saisonnalité des produits. Mais puisqu’ils défendent les low techs depuis au moins trois décennies, leurs compétences dans les technologies sont trop limitées pour réussir un tel tour de force.

Le gouvernement a vite été dépassé par la situation. La solution de replis a été de demander aux Chinois, épargnés par le black-out, de ne plus exporter chez eux les produits cultivés en France. Car rappelons-le, ils détiennent un tiers des terres de l’Hexagone. À court terme, la France a pu assurer sa sécurité alimentaire mais il a fallu se rendre à l’évidence : les agritechs ne savent pas cultiver la terre sans technologie. Comment détecter les parasites ? savoir quelles maladies génèrent des taches sur telle ou telle plante ? connaître la quantité d’eau exacte à donner à cette culture ?

Les agriterres prennent le pouvoir 

Les agriterres, marginalisés, ont, contre toute attente, proposé leurs services. Leur crainte était bien sûr que les pesticides néfastes pour l’environnement et la santé fassent leur grand retour après avoir été remplacés par les nouvelles technologies. Étant trop peu nombreux, ils ont organisé des formations appelées "retour à la Terre". Des milliers de citoyens, inquiets pour leur avenir, y ont assisté.

Des fruits et légumes anciens dont les agriterres avaient conservé les semences ont fait leur retour dans les assiettes des consommateurs. Certains ont même voulu reprendre l’élevage d’animaux, les laboratoires de viande in vitro ayant aussi subi le black-out. Mais le gouvernement, face à la pression citoyenne, n’a pas pris le risque de revenir en arrière. En 2050, tuer un animal pour le manger n’est plus accepté.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...

Coronavirus Paris particules fines

Coronavirus : les Parisiens découvrent l'odeur des champs... et ce n'est pas une bonne nouvelle

En confinement, les Parisiens se sont étonnés de sentir une odeur de ferme dans la capitale. Ces effluves proviennent de l'épandage agricole des exploitations alentour. Or, plusieurs études montrent que ces particules fines aggravent les impacts sanitaires lors de la contagion du Coronavirus. Alors...

Alimentation coronavirus masque SEBASTIEN BOZON AFP

[Coronavirus, le jour d’après] Retrouver une souveraineté alimentaire en France

Alors que la crise sanitaire liée au Coronavirus oblige la France au confinement, la question de la souveraineté alimentaire n'a jamais été aussi importante. Si le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de pénurie, il est temps pour l'Hexagone de questionner son modèle : un fruit et légume sur deux...

Nouveau label equitable bio guerre des prix

Pour contrer la guerre des prix dans le bio, les agriculteurs lancent un label plus équitable

Face à la guerre des prix que mène la grande distribution dans la filière bio, les agriculteurs du secteur viennent de lancer le label Bio Français Equitable (BFE) qui intègre un volet social impliquant une juste rémunération des paysans. Alors que la filière bio change d'échelle à grande vitesse,...