Publié le 14 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

L'agriculture bio française n'arrive pas à répondre à la demande des consommateurs

L'agriculture bio française n'arriverait pas à répondre à la demande des consommateurs français, selon une nouvelle étude publiée le 13 décembre, ce qui aurait pour conséquence une hausse des importations. Alors que l'étude plaide pour une augmentation des surfaces agricoles bio et un meilleur rendement, les agriculteurs réclament eux leurs aides à la conversation, annulées par le gouvernement, pour pouvoir se développer correctement. 

Selon une nouvelle étude les agriculteurs bio devraient augmenter leurs surfaces et rendements pour répondre à la demande des consommateurs.

La France va-t-elle devoir importer des produits agricoles bio faute d'approvisionnement nécessaire ? Selon une nouvelle étude publiée par l'assureur-crédit français Coface, les agriculteurs bio ne produisent pas assez pour répondre à la demande. Il faudrait, pour cela, qu'ils augmentent leurs surfaces et rendements, avance l'étude.

"L'augmentation des rendements via l'innovation est une question clé"

"L'offre française semble peiner à répondre à une demande dynamique (...) l'augmentation des rendements, via l'innovation et/ou l'extension des surfaces cultivées en bio est une question clé", estiment les auteurs de l'étude qui pointe un ralentissement des conservions à la bio. 

"On a recommencé à importer, avec même des tensions sur certains approvisionnements", ajoute même Bruno de Moura Fernandes, co-auteur. Pour lui, pas de doute, l'agrandissement des exploitations est "inévitable" pour répondre à la demande. Or le secteur n'y est pas favorable, craignant que l'agriculture bio à grande échelle ne produisent les mêmes conséquences néfastes socialement et environnementalement que l'agriculture conventionnelle.  

Les agriculteurs bio dénoncent les "incohérences" du gouvernement 

Pour pouvoir se développer, les agriculteurs bio réclament le rétablissement des aides publiques supprimées et dénoncent les "incohérences" budgétaires du gouvernement, à quelques jours de la clôture des Etats généraux de l'alimentation (Egalim). "En 2014, un producteur bio touchait en moyenne 2000 euros de moins qu'un producteur non engagé dans une démarche de progrès environnemental", affirme Jean-François Vincent, un producteur bio en région Centre. 

Au total, les producteurs demandent 418 millions d'euros sur trois ans pour financer les aides publiques promises, soit 140 millions par an, "une goutte d'eau sur les 7,7 milliards d'euros des fonds PAC"a déclaré la Fédération nationale de l'agriculture bio (FNAB) dans un communiqué mercredi 13 décembre. 

"Dans certaines régions il n'y a plus d'argent du tout pour financer les aides, nous sommes d'autant plus inquiets que nous venons de comprendre qu'après la suppression des aides au maintien en agriculture bio, le gouvernement envisageait aussi maintenant de réduire à trois ans (au lieu de cinq, ndlr) les aides à la conversion en bio", explique Stéphanie Pageot, présidente de la FNAB.  "L'Etat doit assumer ses choix politiques, et financer sur ses deniers les aides promises", martèle la FNAB.

La France, troisième marché mondial du bio

 Ainsi selon la Fédération, la prolongation du crédit d'impôt annoncé par le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert en même temps que la suppression des aides au maintien des exploitants bio à partir de 2018, "va représenter pour l'Etat un coût de 50 à 60 millions d'euros par an, alors que l'aide au maintien supprimée ne coûtait que 10 à 12 millions d'euros par an".

Pour rappel la France est le troisième marché mondial du bio (5,9 milliards d'euros en 2015, soit 7% du marché total et Coface estime qu'il atteindra environ 8 milliards en 2017), derrière les Etats-Unis (40 milliards en 2015, soit plus de 40% du total) et l'Allemagne (11%) et juste devant la Chine, le Canada et les autres principales économies européennes. 

Marina Fabre avec AFP 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Travail sous-payé, pesticides... Les labels bio en perte de crédibilité

Les labels bio répondent-ils vraiment aux attentes des consommateurs ? Certes, l'usage des produits phytosanitaires est interdit mais ni le label européen, ni le tricolore AB n'empêchent la certification de tomates sous-serre vendus à l'autre bout de l'Espagne et cultivés par des...

L'État ne financera plus les aides au maintien des agriculteurs bio

Stéphane Travert dit stop. Le ministre de l'Agriculture a annoncé la fin, dès 2018, des aides dédiées au maintien des agriculteurs bio. Une annonce mal vécue par les producteurs pour qui cette décision va freiner une filière en pleine explosion. Le ministre a réitéré l'idée d'un fonds...

Agriculture bio : "entreprendre pour répondre aux besoins essentiels"

Répondre aux besoins primaires avant d’en créer d’autres. C’est la devise de Maxime de Rostolan. Ce "payculteur" comme il dit, prône une nouvelle vision de l’entreprenariat. Un retour aux fondamentaux, qui reposent sur trois piliers : le capital naturel, social et financier. Entretien. 

Malgré l'interdiction par la loi, Carrefour va commercialiser des fruits et légumes issus de semences paysannes

C'est une grande première dans la grande distribution. Carrefour va commercialiser, à partir d'aujourd'hui, des fruits et légumes issus de semences paysannes. Des graines interdites à la vente contrairement aux semences hybrides de géants de l'agrochimie comme Monsanto. Une initiative,...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de colza abeille rentabilite

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides...

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...