Publié le 20 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

L’agriculture bio est plus rentable que le conventionnel, selon l'INSEE

Pas de doute, l’agriculture bio est moins productive que le conventionnel mais elle a de meilleures performances économiques, estime l’INSEE dans une nouvelle étude. Grâce à des ventes en circuit court, l'absence notable d'intrants chimiques et des prix de vente plus élevés, les agriculteurs bio s’en sortent mieux.


Souvent montrée du doigt pour son manque de productivité, l'agriculture bio est pourtant plus rentable que l'agriculture conventionnelle, selon l'INSEE.

C’est une étude d'une ampleur inédite que vient de publier l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) sur la performance économique de l’agriculture biologique comparée à celle du conventionnel. L'Institut a étudié la rentabilité de 1 800 fermes bio et de 28 000 exploitations conventionnelles. Trois secteurs sont représentés : le maraîchage, la viticulture et la production laitière. Selon ces travaux, l’agriculture bio est plus rentable que le conventionnel.

Davantage de salariés mais des économies sur les intrants chimiques 

Du côté des viticulteurs bio, le chiffre d’affaires moyen est de 17 000 euros par hectare, soit… 46 % de plus qu’en conventionnel ! Une différence d’autant plus surprenante que les frais de personnel y sont une fois et demi supérieur. "Près de 0,14 équivalent temps plein salarié par hectare en bio contre 0,08 en conventionnel", détaille l’INSEE. Cela s’explique, d’une part, par des prix de vente supérieurs de 10 % à 40 % selon les produits. D'autre part, la différence est due au nombre d'exploitations bio en zone AOP (Appellation d’origine protégée). Au final, l’excédent brut d’exploitation (EBE) est de "6 400 euros à l’hectare contre 3 700 euros pour les viticulteurs conventionnels".

Pour le secteur du maraîchage, le chiffre d’affaires des producteurs de légumes bio est inférieur à celui des producteurs conventionnels (10 900 euros contre 12 500 à l’hectare). Mais "les maraîchers bio utilisent moins d’intrants de synthèse (engrais, amendements, produits de protection des plantes…) et économisent ainsi sur les consommations intermédiaires", note l’institut. L’EBE est donc de 3 300 euros en moyenne pour les bio contre 2 500 pour les conventionnels.

De la vente en circuit court permet de "capter davantage de la valeur finale du produit" 

Pour la production laitière, ce sont notamment les aides à l’agriculture bio qui permettent au secteur d’avoir un EBE supérieur de 20 % en moyenne au conventionnel. Les éleveurs laitiers bio ont une productivité par animal plus faible (entre 20 et 25 %) par rapport aux élevages conventionnels. Les prix de ventes plus élevés que dans le conventionnel ne "suffisent pas à compenser le différentiel de productivité", estime l’INSEE qui relativise toutefois : "ces élevages ont des moindres dépenses en charges externes. Ils nourrissent principalement leurs animaux de fourrages provenant de l’exploitation".

Globalement, pour ces trois secteurs, les agriculteurs bio privilégient en grande majorité les circuits courts ce qui permet de "capter davantage de la valeur finale du produit et donc d’améliorer ses résultats économiques". D’autant que dans la bio, les marges de la grande distribution sont très importantes. Selon une étude de l’UFC Que Choisir publiée en août, elles seraient deux fois plus élevées que dans le conventionnel.

Marina Fabre@fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Corteva, Monsanto-Bayer : Face à la pression, les géants de l’agrochimie commencent à plier

La pression citoyenne et judiciaire pousse des géants de l'agrochimie à changer de stratégie. Corteva, le plus grand fabricant de chlorpyrifos au monde, vient d'annoncer qu'il ne produirait plus ce pesticide très controversé alors que l'Union européenne vient de l'interdire sur son territoire. Une...

Invasion de criquets TONY KARUMBA AFP

Une invasion historique de criquets menace la sécurité alimentaire de l’Afrique de l’est

C'est la pire invasion de criquets depuis 25 ans. L'Afrique de l'est est envahie par des essaims qui dévorent ses récoltes et menacent la sécurité alimentaire de toute la région. Un petit groupe peut avaler la nourriture nécessaire à 35 000 personnes. Une situation dramatique qui est aggravée par le...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Les politiques de réduction des pesticides sont un échec, estime la Cour des comptes

Ce n’est pas une surprise mais la Cour des comptes enfonce le clou. Dans un nouveau rapport, l'institution épingle l'échec des pouvoirs publics à réduire l'usage des pesticides en France alors que des centaines de millions d'euros ont été mis sur la table. Plusieurs leviers existent pourtant,...

Conseil constitutionnel ricochet64

La protection de l’environnement peut entraver la liberté d’entreprendre, selon le Conseil constitutionnel

C'est un tournant majeur. Le Conseil constitutionnel a, pour la première fois, estimé que la protection de l'environnement peut surpasser la liberté d'entreprendre dans une affaire portant sur l'exportation de pesticides. Cette décision, qui concerne les producteurs de pesticides en France qui...