Publié le 31 août 2019

ENVIRONNEMENT

Feux en Amazonie : Jair Bolsonaro suspend enfin les brûlis agricoles

Le Président brésilien vient enfin de suspendre, pour deux mois, les brûlis agricoles. Cette technique, qui consiste à brûler une aire forestière pour la transformer en aire agricole, serait à l'origine des milliers d'incendies dont est victime l'Amazonie. Selon plusieurs médias brésiliens, l'acte serait même criminel : des agriculteurs pro-Bolsonaro auraient déclenché le 10 août le Jour du feu pour attirer l'attention des autorités. 

Incendie amazonie jour du feu greenpeace
1 044 nouveaux départs d’incendies ont été constatés mardi 27 août.
Victor Moriyama / Greenpeace

Après avoir déployé deux bombardiers d’eau Hercules pour lutter contre les milliers d’incendies qui ravagent la forêt amazonienne, Jair Bolsonaro vient enfin d’interdire par décret les brûlis agricoles pendant deux mois. Cette suspension s’étend sur tout le territoire national, mais maintient certaines exceptions, selon des sources gouvernementales citées par les médias brésiliens.

Contrairement aux affirmations du gouvernement, les feux seraient loin d’être "sous contrôle". L’institut national de recherche spatiale a indiqué que 1 044 nouveaux départs d’incendies avaient été constatés mardi 27 août. Au total, près de 80 000 feux se sont déclarés au Brésil en 2019 dont la moitié en Amazonie. C’est 84 % de plus qu’en 2018. En cause : la déforestation liée à l’agriculture. Pour transformer une aire forestière en zone de culture, les terres sont en effet brûlées. Mais le contexte du départ des feux en août est plus politique.

Le "Jour de feu" lancé par les agriculteurs pro-Bolsonaro

Selon le magazine Global Rural, le 10 août, des agriculteurs pro-Bolsonaro auraient organisé un "Jour du feu". "Nous voulons montrer au président que nous avons besoin de travailler et que le seul moyen est d'abattre les arbres [de la forêt amazonienne, NDR]. Et pour former et nettoyer les terres, l'unique moyen est le feu", a déclaré un des organisateurs dans le journal Folha do Progresso. Or, comme le rapporte le Parisien, dans plusieurs villes du pays, les départs de feux ont explosé à partir du 10 août, permettant aux autorités de remonter la piste de l’origine criminelle du feu. Le ministre de la Justice a indiqué sur Twitter qu’une enquête allait être menée.

Concernant les 20 millions d’euros d’aide débloqués en urgence par le G7 pour lutter contre les incendies, la décision de Jair Bolsonaro semble floue. Après avoir refusé, conditionné puis accepté l’aide en seulement 24 heures, il semble que le Président brésilien souhaite de nouveau qu’Emmanuel Macron "retire ses insultes". 

Le Président français avait en effet considéré que Jair Bolsonaro lui avait "menti" sur ses engagements climatiques, en conséquence de quoi Emmanuel Macron menace de s'opposer au traité de libre-échange avec le Mercosur. Il "m'a traité de menteur et à deux reprises a dit que la souveraineté (brésilienne sur) l'Amazonie devait être relativisée", a-t-il dit à des journalistes. "Nous pourrons nous parler quand il se sera rétracté après ce qu'il a dit contre ma personne."

Des bombardiers d'eau du G7 au Paraguay et Bolivie

Le Président Bolsonaro avait également évoqué deux conditions à l'acceptation de l'aide d'urgence : que le fonds sous sa responsabilité et qu'il n'aille pas à l'encontre de la souveraineté brésilienne. Etant donnés les changements d'avis réguliers du Président, aucun bombardier d'eau financé par le G7 n'a été utilisé au Brésil. Un premier avion de ce type a par contre décollé mercredi de la région latino-américaine vers le Paraguay, en coordination avec le Chili.

D'autres décolleront depuis la région "dans les prochaines heures notamment vers la Bolivie", a précisé l'Elysée. Une première évaluation des besoins des pays amazoniens, conduite par le Chili, a identifié la nécessité de louer des avions bombardiers d'eau pour arroser les zones d'incendies, a expliqué Paris.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP



© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

[À l’origine] Le glyphosate, de détergent pour canalisation à herbicide le plus vendu au monde

La naissance du glyphosate est une histoire peu commune. Le premier usage de cette molécule, agent actif du Roundup, devenu l'herbicide le plus vendu au monde, est en réalité celui de détergent capable de détartrer les chaudières et les canalisations. C'est Monsanto, en 1974, qui comprendra ses...

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

En un an, la déforestation a doublé en Amazonie

C'est une véritable explosion. La déforestation de l'Amazonie au Brésil a augmenté de 92 % entre janvier-août et la même période 2018. Si Jair Bolsonaro aggrave la situation depuis son arrivée au pouvoir, la déforestation est déjà repartie à la hausse depuis déjà quelques années. Or les feux...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Distance d’éloignement des pesticides : la mesure du gouvernement ne satisfait ni les écologistes ni les agriculteurs

Alors qu'une quarantaine de maires ont pris des arrêtés pour interdire l'épandage de pesticides à 150 mètres des habitations, le gouvernement, lui, propose une distance de 5 à 10 mètres selon les cultures. Il va par ailleurs lancer une consultation citoyenne de trois semaines sur le sujet. Un...

Deforestation amazonie soja greenpeace

Emmanuel Macron veut la souveraineté protéinique de la France pour ne plus dépendre du soja brésilien

Emmanuel Macron a reconnu que la France avait une "part de complicité" dans la déforestation en Amazonie. Le Vieux continent est dépendant du soja brésilien qu'il utilise pour nourrir ses animaux d'élevage. Pour y remédier, le Président souhaite que l'Europe assure elle-même sa souveraineté...