Publié le 11 octobre 2017

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[INFOGRAPHIE] États généraux de l'alimentation : combien touchent les producteurs ?

Emmanuel Macron se déplace ce mercredi 11 octobre à Rungis dans le cadre des États généraux de l’alimentation. Le président doit en clôturer la première partie, consacrée à la répartition de la valeur entre agriculteurs et distributeurs. L'occasion de faire le point sur ce que touchent vraiment les producteurs sur les produits de notre quotidien. Sur le lait, les fruits ou encore la viande, ils passent toujours après les distributeurs.

Emmanuel Macron prononcera aujourd'hui un discours de clôture de la première partie des États généraux de l'alimentation consacrée à la rémunération des producteurs.

Attendu pour le lancement des États généraux de l'alimentation en juillet, Emmanuel Macron avait fait faux-bond aux agriculteurs. Cette fois, il ne pourra pas se dérober. Le président de la République clôturera ce mercredi 11 octobre, lors d'un déplacement à Rungis, la première partie consacrée à la rémunération des agriculteurs. Des mesures concrètes sont attendues. En particulier, le président devrait évoquer la possibilité pour les agriculteurs de se regrouper afin d'avoir plus de poids dans les négociations avec les distributeurs.

Car aujourd'hui, producteurs et éleveurs sont bien souvent les grands perdants de la guerre des prix menée par les industriels et les distributeurs. Sur les produits de consommation courants, ils gagnent systématiquement moins que les distributeurs ou les industriels. Un équilibre appelé à s'inverser, pour répondre aussi à la demande des consommateurs d'aller vers des modes de production et de rémunération plus responsables.

D'ici la fin de l'année, Emmanuel Macron devra aussi trancher sur la question de l'augmentation des seuils de revente en dessous desquels les distributeurs ont interdiction de vendre un produit. L'objectif est que cette hausse soit répercutée sur la rémunération des producteurs. La mesure a reçu le soutien des industriels de l’ANIA (Association Nationale des Industries Alimentaires), des distributeurs de la FCD (Fédération du Commerce et de la distribution) et de la FNSEA, principal syndicat agricole. Mais elle aurait un "impact démesuré sur le pouvoir d'achat des Français", dénonce Michel-Édouard Leclerc, soutenu par l'UFC-Que-Choisir.

Infog alimentation prix producteurs 

 Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Agriculture cereales pac pixabay jplenio

Transition agricole : encore sept années perdues

C'est de l'avis de nombreux spécialistes, le secteur le plus difficile à transformer. La preuve avec la réforme de la Politique agricole commune qui priorise le fait d'aider un maximum d'agriculteurs plutôt que de récompenser les plus vertueux en matière environnementale et inciter les autres à...

Agriculture pesticide Istock DZMITRY PALUBIATKA

Interdiction du glyphosate : Emmanuel Macron veut une réponse européenne, après l’échec français

Dans une interview au Parisien, Emmanuel Macron a reconnu "ne pas avoir réussi sur le glyphosate". Alors que le Président s'était engagé à interdire ce pesticide controversé en France d'ici fin 2020, sans parvenir à réaliser cette promesse, il appelle désormais à une réponse commune européenne. La...

Betteraves agriculture pesticides Ulrike Leone 01

Les néonicotinoïdes devraient à nouveau être autorisés en France en 2022

Après avoir obtenu une dérogation en 2021, les betteraviers français pourraient à nouveau utiliser des semences traitées aux néonicotinoïdes en 2022. Ces insecticides, interdits depuis 2018 en Europe, sont pourtant très néfastes pour les pollinisateurs. Mais la filière française de la betterave...

@IStock/Brasil2 déforestation élevage Brésil

Auchan, Lidl, Carrefour : Des supermarchés européens boycottent des produits brésiliens pour lutter contre la déforestation

La lutte contre la déforestation illégale prend forme dans les rayons des supermarchés. Sous la pression d’ONG et de journalistes, plusieurs enseignes de grande distribution vont stopper la vente de produits issus de trois géants brésiliens de la viande. Les industriels sont accusés d’organiser un...