Publié le 23 juillet 2014

ENVIRONNEMENT

États-Unis : le Vermont fait un appel aux dons pour défendre sa loi sur l’étiquetage des OGM

Le Vermont fait de la résistance. C'est le premier État américain à rendre obligatoire l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés. Mais cette loi pourrait être tuée dans l’œuf si la plainte contre le texte déposée par plusieurs groupes agroalimentaires aboutissait. La bataille juridique qui s’engage coûtera des millions de dollars. Le gouverneur de l’État s’y prépare en faisant un appel aux dons.

Vermont OGM organismes genetiquement modifies action judiciaire crowdfunding USA
« On a étiqueté les OGM » indiquent les pancartes de militants venus soutenir la loi sur l'étiquetage des aliments génétiquement modifiés dans le Vermont.
© Vermont Right to Know GMOs

L’État du Vermont est bien décidé à défendre sa loi. Elle impose que les aliments génétiquement modifiés (GM) soient étiquetés comme tels. Les industriels du secteur y sont farouchement opposés. Le jour même de la ratification de la loi, le 8 mai 2014, le gouverneur de l’État, Peter Schumlin, lançait un appel aux dons, via un site Internet, destinés "à financer les recours prévisibles" contre le texte devant la Cour de justice. Le "Food Fight Fund", le Fonds de lutte pour l’alimentation, était en marche.  

La suite lui a donné raison. Début juin 2014, plusieurs groupes agro-industriels, dont la Grocery Manufacturers Association qui regroupe les plus grandes marques alimentaires américaines, ont porté plainte pour bloquer la loi. La bataille juridique qui s’engage pourrait coûter 8 millions de dollars.

Le Vermont savait qu’il allait s’attirer les foudres des industries agroalimentaires et des biotechnologies. Devenir le premier État à imposer cette visibilité à l’intention du consommateur crée un précédent. Les géants ont déjà montré leur force de frappe en bloquant toutes les initiatives similaires (lire notre article). Et elles redoutent que la décision du Vermont provoque un effet domino dans plus d’une vingtaine d’autres États.

 

Le droit de savoir

 

Les "anti-étiquetage" dénoncent une distinction faite entre OGM et non-OGM illégitime. Depuis vingt ans, les OGM sont commercialisés sans restriction aux États-Unis, où ils sont considérés comme "équivalant en substance" aux autres produits. L’obligation d’informer les consommateurs ne s’appuie sur aucune justification sanitaire, selon les industriels, et serait donc inconstitutionnelle. Autre argument avancé: le coût pour les ménages américains. Selon BIO, l’organisation des industries de biotechnologies à laquelle appartient le géant Monsanto, la mise en œuvre de cette loi coûterait 400 dollars par foyer et par an.

Les lobbies industriels manœuvrent également au niveau fédéral. Grâce à l’appui d’une vingtaine de sénateurs républicains, ils ont obtenu une proposition de loi interdisant aux États d’imposer un étiquetage des OGM.

 

La résistance s’organise

 

Mais les entreprises de l’agroalimentaire savent qu’elles jouent un jeu dangereux. De plus en plus d’Américains réclament le droit de savoir ce qu’ils mangent. L’État du Vermont a ainsi reçu le soutien de plusieurs associations de défense de consommateurs. "Ces multinationales étiquettent déjà leurs aliments OGM destinés à l’exportation; mais plutôt que de respecter la volonté de l’État du Vermont, elles mènent des actions en justice contre les consommateurs", dénonce Andrew Kimbrell, directeur du Center for Food Safety.

Plusieurs compagnies ont déjà exclu les OGM de leurs produits. Originaire du Vermont, le producteur de glaces Ben & Jerry’s a emboîté le pas au mouvement: une de ses crèmes glacées a été rebaptisée, en l’honneur de la nouvelle loi, "Food Fight! Fudge Brownie".

Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Les agriculteurs savent ce qu ils doivent a l europe pixabay

[Europe] "Les agriculteurs savent ce qu’ils doivent à l’Europe"

La politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne est très décriée. Elle a pourtant su, à sa création, définir un cap commun pour subvenir aux besoins alimentaires des États membres et créer un marché unique, symbole d'une zone unie. Elle doit aujourd'hui se renouveler pour répondre à une...

La sncf ne trouve pas d alternative miracle au glyphosate

La SNCF, gros consommateur de glyphosate, ne trouve pas d'alternative miracle

En 2021, la France va interdire le glyphosate sur le territoire. C'est en tout cas la promesse d'Emmanuel Macron. Et les agriculteurs ne sont pas les seuls concernés par cette mesure, la SNCF, qui consomme 0,4 % du désherbant en France, cherche des alternatives. Or "aujourd'hui, on n'est pas capable...

Artificialisation des sols betons

Artificialisation des sols : en France, on bétonne même quand ce n'est pas nécessaire

L'artificialisation des terres progresse plus vite que la croissance démographique et économique. Autrement dit, en France, même quand il n'y a pas de besoin spécifique, les sols sont bétonnés. À ce rythme d'ici la fin du siècle, 18 % du territoire sera artificialisé, prévient l'Iddri. Une situation...

Agriculture bio plainte etat pixabay

Les agriculteurs bio attaquent l'État après un retard considérable dans le paiement des aides

Depuis quelques années, la situation est chaotique. L'État accumule le retard de paiement des aides aux agriculteurs bio censées compenser les surcoûts pendant les cinq années de transition. Face à l'ampleur du retard, trois agriculteurs ont décidé de porter plainte contre l'État. Et leur plainte...