Publié le 27 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

Et si on prenait un champagne bio pour le réveillon

De plus en plus de vignerons tournent le dos aux produits phytosanitaires, désireux d'élaborer des champagnes bio révélateurs de la typicité du terroir. Toutefois, un mouvement marginal puisque moins de 2 % du vignoble de l'appellation est labellisé biologique.

1,9 % des vignobles de Champagne sont labelisés bio
Champagne

Si les vins bios commencent à trouver leur place sur les tables des Français, le champagne bio n’en est encore qu’à ses débuts mais sa profession est rapide. Les surfaces labelisées "AB" ont bondi de 14 % entre 2015 et 2017, et 176 hectares sont en conversion cette année. Mais la viticulture biologique ne couvre que 1,9 % des surfaces de la Champagne sur les 34 000 hectares que compte l'appellation, selon les chiffres de l'Agence Bio.

Produire bio ne s'improvise pas: "Si on veut faire ça pour mettre un beau logo sur une étiquette, on va vite déchanter", met en garde Pascal Doquet, vigneron dans la Côte des Blancs et président de l'association des champagnes biologiques créée en 1998. Lui a dû attendre "six ans entre le début de la conversion et la commercialisation des premières bouteilles" certifiées par ce sésame.

Cette gageure s'explique par les trois années incompressibles de la conversion, couplée à la durée de vieillissement du champagne plus longue que celle des vins tranquilles, non effervescents. Sans oublier la variable climatique qui peut impacter la récolte.

La Champagne étant "très marquée par les flux océaniques", le vignoble est exposé à un risque de pourriture lié à l'humidité, explique Pascal Doquet, estimant se conduire en "vrai paysan" qui développe "la capacité de résistance de la vigne", l'inverse "des vignerons qui sont devenus des techniciens." Plus qu'une méthode de travail, une philosophie.

Le retour au sol, premier amendement du vigneron bio aux techniques moins invasives, laissant les racines de la plante s'infuser dans la terre, présage d'un vin de caractère... Ce qu'Eric Rodez, à la tête du domaine familial à Ambonnay, dans la Vallée de la Marne, appelle: "Faire chanter le terroir".

Ne plus suivre l’horloge mondiale

"Nous ne sommes pas assez dans cette logique-là car elle est exigeante : il faut accepter de vivre au rythme de la nature et pas de l'horloge mondiale", constate-t-il en exploitant ses six hectares grand cru d'abord en bio, désormais en biodynamie.

"Le bio pour moi, c'est une évidence car c'est le terroir qui fait la signature de nos vins. Or l'originalité ne peut pas venir d'une couverture chimique massive qui neutralise le goût", confirme Jean-Baptiste Lécaillon, chef de cave du Champagne Louis Roederer - 240 hectares en propre dont 10 hectares certifiés bio et 3,5 millions de cols produits par an. La maison rémoise a réalisé sa campagne culturale de 2017 en bio grâce aux conditions climatiques favorables et compte progressivement convertir ses pratiques sur l'ensemble du domaine.

Depuis une quinzaine d'années, la Champagne a réduit de 15 % son empreinte carbone et a divisé par deux le recours aux engrais azotés et aux produits phytosanitaires, précise le Comité Champagne, organe représentatif des 300 maisons et 15 000 vignerons de l'AOC... qui refuse de prendre ouvertement partie pour le bio, ménageant les sensibilités de chacun.

Pour inciter l'interprofession à réduire son impact environnemental, il a lancé en 2014 sa certification "viticulture durable", reconnue et "adaptée à la Champagne", délivrée à 192 exploitations soit plus de 4 000 hectares.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...