Publié le 21 septembre 2018

ENVIRONNEMENT

Danone et Fleury Michon vont financer la transition agricole pour palier le désengagement de l’État

Plusieurs groupes agroalimentaires aident désormais les producteurs à s'engager vers une agriculture durable. Danone va par exemple reverser l'ensemble de son chiffre d'affaires du 21 septembre, soit environ 5 millions d'euros, à un fonds pour la transition agricole. Fleury Michon se porte garant des agriculteurs auprès des banques. Si ces initiatives sont saluées, elles sont le signe "d'un désengagement de l'État" dénonce la Confédération paysanne. 

Danone va reverser l'intégralité de son chiffre d'affaires du 21 septembre à des projets d'agriculture durable.
Pixabay

Une journée pour aider les producteurs à passer à une agriculture plus durable. C’est ce qu'organise Danone ce vendredi 21 septembre. Le groupe laitier va reverser la totalité de son chiffre d’affaires du jour à un fonds dédié à la transition agricole. Toutes les marques vont jouer le jeu et aideront ainsi les agriculteurs en contrat avec Danone à se convertir en bio, à réduire les pesticides, à améliorer le bien-être animal, à préserver durablement les sols…

Le groupe souhaite que d’ici 2025, 100 % des produits qu’ils cultivent dans l’Hexagone soient issus d’une agriculture "régénératrice" qui préserve les sols. Financer la transition agricole est donc une façon de sécuriser son approvisionnement en produits durables, répondant à la demande croissante des consommateurs. "Notre destin est lié à celui du monde agricole. Ce sont les 2 300 éleveurs et agriculteurs avec qui nous travaillons qui nous fournissent aussi notre matière première", explique à Novethic Laurence Peyraut, secrétaire générale de Danone. Et le groupe laitier n'est pas la seule entreprise agroalimentaire à s’engager dans cette voie.

Une question de sécurité d'approvisionnement pour les groupes 

Fleury Michon souhaite créer une vraie filière de porc bio en France. Aujourd’hui, le transformateur s’approvisionne au Danemark tant la production est faible dans l’Hexagone. Il faut dire que pour les agriculteurs, déjà largement endettés, une conversion vers le bio coûte cher. Et les banques ne suivent plus. "Fleury Michon n’a absolument pas les moyens de financer de nouvelles exploitations bio ou des conversions qui coûtent entre 500 000 et 1 million d’euros. Mais on veut que chaque membre de la filière prenne ses responsabilités", explique David Garbous, directeur Marketing du groupe.

Ainsi, l'industriel soutient les agriculteurs lors de leur demande de prêt auprès des banques. Il s’engage à acheter pendant cinq ans les produits vendus par cet agriculteur. "Si on est dans la boucle, cela rassure les banques", avance David Garbous. "Même si les résultats des États généraux de l’alimentation se font attendre, ils ont permis une vraie prise de conscience de la nécessité d’alliance entre tous les acteurs, pour changer de modèle".

"L'État a démissionné de ses fonctions" 

Des initiatives généralement saluées par les agriculteurs mais qui posent question sur l’engagement de l’État dans le financement de la transition agricole. "Est-il normal que ce soit aux acteurs privés de financer la transition ?", s’interroge Laurent Pinatel de la Confédération paysanne. "Cela montre que l’État a démissionné de ses fonctions ", fustige le porte-parole.

De fait, le gouvernement ne s’en cache pas, ce sont aux filières interprofessionnelles de mieux s’organiser pour à la fois rémunérer correctement les producteurs mais aussi monter en gamme. En septembre 2017, Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, avait d’ailleurs émis l’idée de créer un fonds privé dédié à la bio. "Cela peut être par exemple le fait qu’un industriel ou un distributeur sur un temps donné rogne sur une partie de sa marge pour créer ce fonds spécifique", avait-il proposé.

Le nouveau ministre de la Transition écologique, François de Rugy, semble être à l’unisson. Lors d’une séance de questions au gouvernement, il assure : "Je n'ai pas trouvé de pays dans le monde où l'économie administrée et étatisée aurait fait un champion de l'écologie. Nous avons besoin des entreprises pour mener la transformation écologique".

 

"Ce n'est pas aux privés de combler les défaillances de l'État", réagit la FNAB, Fédération nationale de l'agriculture bio. "C’est le monde à l’envers. Les entreprises vont financer la transition mais seulement dans quelques niches. Quand l’État, donc les citoyens, continuent de verser des subventions aux gros producteurs céréaliers à travers la PAC", lance Laurent Pinatel. "C’est toute l’agriculture qui doit changer de modèle, pas seulement certains segments de marché", ajoute-t-il. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...