Publié le 07 mai 2014

ÉNERGIE

Erhard Renz, figure de proue des citoyens énergétiques en Allemagne

En Allemagne, le citoyen énergétique a vu le jour en 2001. L’apparition de cet "Energiebürger" correspond à l’engagement du gouvernement en faveur d’une transition écologique massive. Organisé en coopératives, ces citoyens engagés veulent atteindre un objectif : que l’électricité allemande soit produite à 100 % par des énergies renouvelables. Mais leur influence, qui n’a cessé de se renforcer depuis 13 ans, est aujourd’hui mis à mal par de récentes réformes. Alors qu’ils sont appelés à protester le 10 mai prochain à Berlin, Novethic est parti à la rencontre d’Erhard Renz, l’une des figures emblématiques de ce mouvement citoyen. Portrait.

Citoyen energetique allemagne
Erhard Renz
© BSW / agenturfrey.de

"L’homme qui murmure au soleil". C’est le surnom d’Erhard Renz. Rendez-vous est pris à la gare de Bürstadt, une commune de 16,000 habitants du sud-est de l’Allemagne. L’homme au crâne dégarni et aux lunettes carrées attend devant son véhicule décoré d’un grand soleil rieur. Le ton est donné.

Une fois à bord, la visite peut commencer. Au programme? La traversée d’une zone pavillonnaire aux noms sans équivoques : voie solaire (Solarweg), la rue du soleil (Solarstrasse), le marais solaire (im Sonnenried). Notre guide nous fait ensuite découvrir une installation photovoltaïque, située sur les toits d’une usine et qui fut il y a dix ans la plus importante au monde.

Une fois repartis, nous découvrons des panneaux solaires incrustés dans la structure d'un rond-point. Ce dispositif est négligeable en termes de production d’énergie. Mais il a le mérite de rendre la transition énergétique visible auprès des individus.

 

Un homme de projets

 

"Je ne suis pas un homme politique et je ne suis pas un technicien", rappelle Erhard Renz. Cet ancien cadre de Daimler est aujourd’hui en pré-retraite. "Ce que j’offre, c’est mon enthousiasme pour les nouvelles énergies. Je suis un homme d’action. Je préfère monter des projets avec un nombre de personnes restreint mais très engagées. Je ne crois pas au travail politique, souvent long et rébarbatif".

Pour donner vie à la transition énergétique, et la rendre abordable financièrement auprès du plus grand nombre, il a créé plusieurs coopératives. "Chacun peut y participer à partir de 100 euros", précise-t-il. Il a également porté une grande association régionale, la MetropolSolar Rhein-Neckar sur les fonts baptismaux. Il multiplie aussi les conférence dans la région et fait partie du réseau des bloggeurs pour les énergies renouvelables.

Le 19 octobre 2013, Erhard Renz recevait le prix allemand solaire (deutscher Solarpreis) qui récompense l’engagement citoyen pour les énergies renouvelables. Un titre certes honorifiques mais qui signifie beaucoup. Car en Allemagne, chacun est conscient que le succès de la transition énergétique dépend in fine du soutien de la population puisque c’est elle qui en finance la majeure partie.

Or, "l’opinion publique est actuellement en train de basculer. On ne parle plus que du coût de la transition énergétique. C’est le fruit du lobbysme des grandes entreprises du secteur" . Derrière l’action de citoyens énergétiques comme Erhard Renz se cache une bataille d’opinion entre industriels et société civile. S’ils perdent cette bataille, les énergéticiens conventionnels pourraient voir leur survie menacée.

 

Les énergéticiens allemads luttent pour survivre

 

De fait, et alors que la saison des assemblées générales (AG) s’est ouverte, les géants de l’énergie se voient contraints d’avertir leurs actionnaires sur des baisses de dividendes. C’est le cas de E.on qui annonce une baisse de 1,60 euros à 60 centimes par action.

Certains envisagent même l’abandon des énergies conventionnelle pour une orientation...vers des énergies non carbonnées : Frank Mastiaux, PDG de EnBW, annonçait lors de l’AG du groupe, le 29 avril dernier, que la production d’énergies conventionnelles baissera d’ici 2020 de...80% au profit des énergies renouvelables, qu’il entend voir progresser de 250%.

Ces chiffres font sourire Erhard Renz: "la transition énergétique aura lieu, qu’on le veuille ou non. Le train est en marche et il est bien trop avancé pour qu’il puisse faire marche arrière. Mais les commandes doivent rester dans les mains des citoyens".

Claire Stam, à Francfort
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Sortie glyphosate impasse pesticide

36 produits à base de glyphosate, représentant trois quarts des ventes en France, sont retirés du marché

L'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé le retrait de 36 produits à base de glyphosate, un herbicide que la France a décidé d'interdire à partir de 2021, ce qui représente près des trois quarts des tonnages de produits utilisés en 2018.

Chlordecone bananier

Le chlordécone, un scandale environnemental et sanitaire dont l’État serait le premier responsable

C'est un scandale environnemental et sanitaire d'envergure. Quarante ans après son interdiction, près de la totalité des Guadeloupéens et Martiniquais sont contaminés au chlordécone, un insecticide largement répandu dans les Antilles de 1973 à 1993. Un nouveau rapport parlementaire désigne le...

Ble agriculture bio emissions co2

[Science] À grande échelle, l'agriculture 100 % bio augmenterait les émissions de CO2

L'agriculture bio est-elle vraiment l'exemple à suivre ? Des chercheurs ont estimé que si l'Angleterre et le Pays de Galles optaient pour une production agricole 100 % bio, les émissions de gaz à effet augmenteraient. Les rendements étant moindres, les pays seraient obligés de convertir des prairies...

Moutons cargo echoue mer noire

14 600 moutons piégés dans un navire échoué, une dérive du transport d’animaux vivants

Un navire transportant 14 600 moutons à destination de l'Arabie Saoudite s'est échoué dimanche 24 novembre aux larges des côtes roumaines. Si l'équipage a pu être sauvé, seule une centaine de moutons ont été évacués. Un drame qui symbolise la dérive du transport d'animaux vivants, pourtant encadré...