Publié le 29 juin 2012

ENVIRONNEMENT

DuPont et Monsanto se partagent le marché sud-africain des semences

Après une bataille juridique de deux ans, le géant DuPont a finalement obtenu des autorités sud-africaines le droit d'acquérir la principale compagnie nationale de semences. Alors que dix multinationales se partagent déjà les trois quarts du marché mondial des semences, la concentration du secteur s'étend sur le continent africain.

137707_GF.jpg

Monsanto : chiffre d'affaires en hausse de 17%

Monsanto a affiche au troisième trimestre un bénéfice net en hausse de 35 % à 937 millions de dollars. Le chiffre d'affaires du leader mondial des OGM est ressorti en hausse de 17%, à 4,2 milliards de dollars, tiré par la croissance des volumes sur ses segments semences et traits, ainsi que des ventes meilleures que prévu dans le portefeuille chimie du groupe.

Deux géants de l'agro-industrie, DuPont et Monsanto, vont finalement pouvoir se partager le marché sud-africains des semences. Après une bataille juridique de deux ans, la cour d'appel de la concurrence sud-africaine a accordé le 28 mai à Pioneer, filiale agricole de DuPont, l'acquisition de la principale compagnie sud-africaine de semences Pannar. Cette décision en appel intervient après un double refus de la commission et du tribunal chargés de la concurrence, qui entendaient stopper la très forte concentration du secteur. Cette acquisition va en effet réduire de trois - Pioneer, Pannar and Monsanto - à deux les industries semencières dominantes. Mais la cour d'appel a rejeté cet argument au motif que Pioneer permettrait de renforcer l'activité de Pannar en Afrique du Sud et sur le continent.

Si les parts de marché des semences sont maintenues secrètes par l'industrie, la domination progressive du marché depuis 10 ans par DuPont et Monsanto est connue. En témoigne la progression fulgurante des OGM en Afrique du Sud depuis 1997, date de la première autorisation de commercialisation de semences génétiquement modifiées. Aujourd'hui, 77 % du maïs, 85 % du soja et 100 % du coton cultivés dans le pays sont OGM. Pioneer, Monsanto et Pannar se partagent la propriété des trois quarts des variétés OGM dans le pays. Concernant les semences de maïs par exemple, qui représentent à elles seules plus de 60 % du chiffre d'affaires du marché des semences, Monsanto est considérée comme dominante et Pioneer dit couvrir un tiers du marché.

DuPont accroît son implantation dans 18 pays africains

Le maïs étant la base de l'alimentation des Sud-africains, cette mainmise des multinationales inquiète certains représentants de la société civile, notamment l'African Center for Biosafety. Cette ONG sud-africaine s'est portée partie civile contre la fusion Pioneer-Pannar dès 2010. Pour l'ONG, l'approvisionnement national en semences est fragilisé alors que les variétés deviennent la propriété privée d'un monopole étranger. Mariam Mayet, directrice de l'ONG, dénonce également l'accaparement des ressources locales par les multinationales : « Un enjeu clé de cette fusion est la volonté de Pioneer de prendre le contrôle des gènes de plantes adaptées localement détenues par Pannar, des ressources génétiques utilisées en Afrique bien avant l'existence de ces industriels ».

Avec cette acquisition, DuPont veut renforcer son implantation sur l'ensemble du continent, en bénéficiant de l'implantation de Pannar dans 18 autres pays africains. Un des arguments de Pioneer pour obtenir le retournement des autorités de la concurrence était aussi que cette transaction avait déjà été approuvée dans d'autres pays, notamment au Kenya, au Malawi, en Namibie, en Tanzanie et en Zambie. Avec Pannar, Pioneer doublerait son marché africain pour atteindre 200 millions de dollars par an, selon Reuter.

Lors du G8, l'agro-industrie promet 150 millions de dollars à l'Afrique

Les conditions financières de cette acquisition ne sont pas rendues publiques. Mais les multinationales des semences ne cachent pas leur appât du gain. Syngenta et DuPont prévoient chacun d'augmenter leur revenu sur le marché africain jusqu'à un milliard de dollars d'ici 10 ans. Syngenta s'était d'ailleurs porté acquéreur de Pannar. L'acquisition de DuPont s'inscrit ainsi dans une concentration globale du secteur. Dix entreprises se partagent aujourd'hui les trois quarts du marché mondial des semences, pour un volume financier de ventes de 20 milliards de dollars, selon ETC group.

Sans surprise, ces entreprises participent à « la Nouvelle alliance mondiale pour la sécurité alimentaire et la nutrition » lancée par Barack Obama à l'occasion du sommet du G8 en mai 2012. Pour sortir 50 millions d'Africains de la pauvreté dans les dix prochaines années, quelque 45 entreprises ont prévu d'investir 3 milliards de dollars en Afrique. Parmi elles, l'agro-industrie promet 150 millions de dollars dans des projets agricoles. Mais pour beaucoup d'ONG, ces investissements confortent une agriculture commerciale à grande échelle qui va fragiliser encore plus les paysans et les productions vivrières.

Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

[À l’origine] Le glyphosate, de détergent pour canalisation à herbicide le plus vendu au monde

La naissance du glyphosate est une histoire peu commune. Le premier usage de cette molécule, agent actif du Roundup, devenu l'herbicide le plus vendu au monde, est en réalité celui de détergent capable de détartrer les chaudières et les canalisations. C'est Monsanto, en 1974, qui comprendra ses...

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

En un an, la déforestation a doublé en Amazonie

C'est une véritable explosion. La déforestation de l'Amazonie au Brésil a augmenté de 92 % entre janvier-août et la même période 2018. Si Jair Bolsonaro aggrave la situation depuis son arrivée au pouvoir, la déforestation est déjà repartie à la hausse depuis déjà quelques années. Or les feux...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Distance d’éloignement des pesticides : la mesure du gouvernement ne satisfait ni les écologistes ni les agriculteurs

Alors qu'une quarantaine de maires ont pris des arrêtés pour interdire l'épandage de pesticides à 150 mètres des habitations, le gouvernement, lui, propose une distance de 5 à 10 mètres selon les cultures. Il va par ailleurs lancer une consultation citoyenne de trois semaines sur le sujet. Un...

Deforestation amazonie soja greenpeace

Emmanuel Macron veut la souveraineté protéinique de la France pour ne plus dépendre du soja brésilien

Emmanuel Macron a reconnu que la France avait une "part de complicité" dans la déforestation en Amazonie. Le Vieux continent est dépendant du soja brésilien qu'il utilise pour nourrir ses animaux d'élevage. Pour y remédier, le Président souhaite que l'Europe assure elle-même sa souveraineté...