Publié le 26 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Les serres chauffées autorisées dans l'agriculture bio... mais sous conditions

C'est une petite victoire pour les acteurs historiques du bio. Le Comité national de l'agriculture bio vient de décider que les serres chauffées seraient autorisées en bio mais que la commercialisation de la production devrait suivre le cycle des saisons. Tous les fruits et légumes d'été sous serres ne pourront être vendus du 21 décembre au 30 avril. En revanche, cela n’empêchera les importations.

Pas de legumes sous serres en hiver en bio
Les serres chauffées restent autorisées en agriculture bio mais selon certaines conditions.
CC0

C’est une "première avancée significative" se réjouit la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab). Depuis plusieurs mois le Comité national de l’agriculture bio doit trancher sur un sujet qui divise le monde agricole : l’utilisation des serres chauffées en agriculture bio. Le Comité National de l’Agriculture Biologique (CNAB) a tranché et deux dispositions majeures ont été adoptées.

D’abord, le chauffage des serres est autorisé mais avec une condition de taille. "Le chauffage des serres est possible uniquement dans le respect des cycles naturels. Dans ce cadre, la commercialisation des légumes aubergines, concombres, courgettes, poivrons et tomates avec la qualité biologique est interdite entre le 21 décembre et le 30 avril", écrit le CNAB dans ses conclusions présentées le 11 juillet dernier.

En 2025, les serres seront chauffées aux énergies renouvelables

La Fnab voulait une interdiction totale des serres en bio, ce qu'elle n'a pas obtenu. Mais "Pas de légumes d’été bio en magasins avant le 30 avril, ça veut dire zéro chauffage pour le concombre bio, deuxième légume le plus cultivé sous serres chauffées en France. Un vraiment changement pour ce légume d’été", réagit la Fédération dans un tweet. Les acteurs historiques du bio étaient vent debout contre l’utilisation des serres chauffées. Il faut dire qu’elles sont particulièrement énergivores.

Aujourd’hui, 80 % des serres dans l’Hexagone sont alimentées aux énergies fossiles, en particulier gaz et fioul. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) une tomate sous serre produite dans l’Hexagone émet sept fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate de saison et quatre fois plus qu’une tomate importée d’Espagne. D’où l’importance de la deuxième décision prise par le Cnab : dès 2025, toutes les serres chauffées devront être alimentées aux énergies renouvelables.

La France pénalisée ?

Une décision "absurde" pour le principal syndicat agricole français, la FNSEA. "Cela empêchera-t-il les consommateurs de consommer ces légumes en avril ? Non, cela signifie que ces produits biologiques ne pourront pas être français. Ils seront demain belges, hollandais ou allemands et auront bénéficié du chauffage bien entendu". 

Justement le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume entend que cette décision soit étendue au niveau européen et argue qu’"Il n’y a pas de surtransposition de règles européennes : le chauffage des serres est autorisé en Europe, il reste autorisé en France". 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...