Publié le 15 mai 2020

ENVIRONNEMENT

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de litres de bières et le surstockage est massif pour les fromages AOP. Une situation dramatique pour les producteurs qui demandent de privilégier la filière française. 

Agriculture invendus coronavirus
La France est le premier exportateur mondial de pommes de terre et n'arrive plus à écouler ses stocks.
CC0

C’est un crève-cœur pour bon nombre d’agriculteurs mais, faute de débouchés et de bras pour récolter, ils n’ont pas le choix. Ils sont obligés de broyer leur production.

Sur les réseaux sociaux, ils sont plusieurs à avoir posté des photos de leurs récoltes partant à la poubelle.

Et la promesse de la grande distribution de s’approvisionner en fruits et légumes français ne suffit pas. Il faut dire que les excédents sont massifs. L'un des cas les plus emblématiques est celui de la pomme de terre, dont l’Hexagone est le premier exportateur mondial. Les producteurs français ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras dont 200 000 étaient destinés au marché français et le reste à l’exportation, a indiqué le groupe interprofessionnel de la pomme de terre (GIPT).

"Une crise d'ampleur industrielle"

En cause notamment, la fermeture des fast-foods et des usines à frites surgelées qui sont restées à l’arrêt deux mois. À lui seul, le géant de la restauration rapide McDonald’s consomme près de 190 000 tonnes de pomme de terre par an pour ses frites dont l’origine est 100 % française. Les agriculteurs se retrouvent donc avec des montagnes d’invendus dormant dans leurs entrepôts. "Le risque est de voir se développer des dépôts sauvages de déchets de pommes de terre dans la nature, qui sont vecteurs de foyers infectieux de maladies fongiques ou de pollution par fermentation", a affirmé à l’AFP Bertand Ouillon, délégué du GIPT.

Si des dons ont été réalisés, ils ne sont pas suffisants car la "crise est d’ampleur industrielle", affirme Bertrand Ouillon qui souhaite rediriger les stocks vers de l’alimentation pour bétail par exemple. La situation est similaire dans de nombreuses filières. Le regroupement des Brasseurs de France affirme que 10 millions de litres ont été perdus à cause de "la fermeture brutale des cafés, restaurants, l’arrêt des activités touristiques et l’annulation de tous les festivals et salon". Du côté des fromages AOP et IGP c’est la catastrophe. Bleu d’Auvergne, Cantal, Fourme d’Ambert, Neufchâtel… Plus de 2 000 tonnes de fromages, soit 10 % de la production annuelle, attendent ainsi de trouver des débouchés.  

Miser sur l'approvisionnement local dans les cantines scolaires

Si le déconfinement devrait améliorer la situation, la fermeture des restaurants et bars met les producteurs dans une situation critique. La FNSEA, le principal syndicat agricole, essaye donc de pousser au maximum l’achat français. Avec la réouverture des écoles, elle tente d’atteindre les cantines scolaires. "La restauration collective est un débouché majeur pour l’agriculture française alors qu’elle est confrontée à de graves difficultés pour commercialiser ses produits", explique le syndicat. "Les collectivités locales doivent pouvoir mettre en avant dans les cantines scolaires, les produits du terroir et en valoriser ainsi l’origine France, dont la qualité sanitaire et la traçabilité sont irréprochables par ailleurs", ajoute Arnold Puech d’Alissac, membre de la FNSEA.

Cette situation ne concerne pas que la France. L'Italie, la Grande-Bretagne, la Belgique... tous les pays producteurs sont touchés. La présidente de la FNSEA a ainsi demandé au ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume de "demander à Bruxelles d'envisager le plus vite possible des mécanismes d'accompagnement financier, pour pouvoir stocker, reporter, congeler, bref faire en sorte que les produits ne soient pas jetés ou détruits et que la perte économique pour les producteurs soit atténuée". 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

La France annonce l’abattage de 1000 visons après une contamination au Covid-19

La France va procéder à l'abattage de 1 000 visons d'un élevage d'Eure-et-Loir après avoir détecté la présence du Covid-19. Trois autres élevages ont été placés sous haute surveillance. Si aucun humain n'a pour l'instant été contaminé, la situation reste préoccupante. Au Danemark le virus muté passé...

Viande in vitro memphismeat

Bientôt la tech nous nourrira au nom de l'écologie

Pour la première fois, une usine de steak végétal "Made in France" a été ouverte dans l'Hexagone. Le patron de Free, Xavier Niel, fait partie des investisseurs. Cela a provoqué une levée de boucliers chez les agriculteurs qui dénoncent une "OPA sur la viande", venue des "milliardaires du numérique"....

Betteraves sucrieres

Betteraves : les sénateurs réautorisent les néonicotinoïdes pour sauver une filière à l'avenir incertain

[Mise à jour le 28 octobre] Après les députés, les sénateurs viennent de donner leur feu vert à la réutilisation des néonicotinoïdes sur les betteraves pour faire face à la jaunisse qui ravage les cultures. Si la filière est soulagée, ce virus n'est pas le seul responsable à la crise qu'elle...

Intoxication de l'agriculteur Paul François : Monsanto définitivement condamné après 13 ans de combat

C'est une décision qui marque la fin de plus de 13 ans de combat. La Cour de cassation vient définitivement de condamner Monsanto dans l'affaire l'opposant à l'agriculteur Paul François. Ce dernier, intoxiqué depuis 2004 après avoir inhalé les vapeurs de l'herbicide Lasso commercialisé par le géant...