Publié le 09 août 2011

ENVIRONNEMENT

Climat, biodiversité : les atouts de l'agroforesterie

L'agroforesterie - association sur une même parcelle d'arbres et de cultures - présente de nombreux atouts face aux défis environnementaux actuels : régénération des sols, biodiversité, réductions des engrais et pesticides, lutte contre le réchauffement climatique. Les expérimentations se multiplient dans l'Hexagone.

132817_GF.jpg

© Agroof

Le plus important projet expérimental d'agroforesterie en agriculture biologique jamais conduit à ce jour dans l'Hexagone a démarré cet hiver sur le site de la Bergerie de Villarceaux dans Vexin. Sur ce domaine expérimental de 600 ha, deux îlots de 72 ha sont dédiés au projet agroforestier. 1080 arbres de 15 essences différentes sont en cours de plantation : frênes, merisiers, érables champêtres, ormes, noyers, pommiers, noisetiers, châtaigniers, tilleuls ... Bientôt les interactions entre arbres et cultures dans un contexte d'agriculture biologique vont être étudiées à la loupe. Ce projet, fruit d'un partenariat entre La Bergerie de Villarceaux et Agroof, bureau d'études spécialisé en agroforesterie, associe de nombreux acteurs (INRA, Arvalis, l'ONF, le Parc Naturel Régional du Vexin ...)

Retour vers une pratiqe ancienne

Objet de toutes les attentions dans ce projet, l'agroforesterie n'est pourtant pas une technique nouvelle. Elle est pratiquée depuis longtemps dans de nombreuses régions avec, selon les cas, des associations d'arbres et de cultures ou/et d'arbres et d'élevage. Depuis les années 50 avec le recours massif aux engrais chimiques et aux pesticides, les surfaces cultivées en agroforesterie s'étaient pourtant considérablement réduites ; le modèle dominant reposant sur une séparation nette des espaces agricoles et forestiers. Aujourd'hui la donne change. Dans bon nombre de régions, les rendements agricoles se stabilisent, voire commencent à baisser. Dans le même temps, le prix des intrants ne cesse d'augmenter. Les problèmes liés à la pollution des eaux et les effets néfastes du recours aux pesticides se font de plus en plus pressants. Dans un tel contexte, les réflexions et expérimentations fourmillent pour initier d'autres méthodes de production agricole. L'agroforesterie commence à être remise à l'honneur.

Aides et admissibilité dans la PAC

S'il reste environ 150 000 ha cultivés en agroforesterie traditionnelle (en majorité des pré-vergers), « le changement récent, c'est la réintroduction d'alignements d'arbres dans les espaces de grandes cultures », explique Séverin Lavoyer, vice-président de l'AFAF (Association française d'agroforesterie). « Nous sommes aujourd'hui à un moment charnière pour le développement de l'agroforesterie ». De fait, en 2010, les évolutions de la réglementation ont été très importantes : dans le calcul des surfaces agricoles ouvrant droit à des aides directes, il est désormais possible pour des agriculteurs d'inclure les surfaces plantées en agroforesterie, les parcelles agroforestières étant admissibles intégralement aux DPU (droits à paiement unique) et autres aides compensatoires ce qui n'était pas le cas auparavant. « Cette admissibilité dans le cadre de la PAC était un point clef à régler pour le développement des futurs projets », insiste Séverin Lavoyer. Les investissements réalisés dans le cadre de projets agroforestiers peuvent aujourd'hui bénéficier de subventions (jusqu'à 80% des dépenses éligibles) tandis que d'un point de vue juridique et fiscal, les parcelles agroforestières relèvent désormais du statut agricole. « L'arbre est bel et bien en train d'être reconnu comme faisant pleinement partie du système de production agricole », se félicite Fabien Liagre, responsable d'Agroof, un bureau d'études spécialisé en agroforesterie.

Ce n'est pas tout. Le Club Carbone Forêt Bois - fondé il y a quelques mois pour étudier comment valoriser le carbone séquestré par les forêts des pays industrialisés - va inclure l'agroforestrie dans ses réflexions. L'objectif : rémunérer les services climatiques rendus par la forêt, obtenus notamment grâce à une gestion durable des acteurs. Enfin, compte-tenu de la réglementation applicable par les agriculteurs sur la préservation de la ressource en eau, la protection de la biodiversité ou encore la lutte contre l'érosion des sols, et étant donné tous les services rendus par les arbres sur ces problématiques, certains avancent un potentiel de développement pour l'agroforesterie très important, de l'ordre de 500 000 ha, voire plus.

Cet article a été initialement publié le 10/05/2011

Juliette Lakits
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Anne Hidalgo Audrey Pulvar JOEL SAGET AFP

À Paris, Audrey Pulvar, nommée en charge de l’alimentation durable et l’agriculture, suscite (à tort) la polémique

La maire de Paris fraîchement réélue Anne Hidalgo vient de nommer l'ancienne journaliste et présidente de la Fondation pour la Nature et l'Homme Audrey Pulvar adjointe en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits-courts. Un portefeuille moqué sur les réseaux sociaux alors...

Semences paysanne vente amateur

La France autorise la vente des semences paysannes mais la Commission européenne s'y oppose

Une nouvelle loi permet désormais de vendre des semences paysannes aux jardiniers amateurs. Jusqu'ici, toutes les semences autorisées à la commercialisation devaient être inscrites au cahier officiel selon des critères répondant surtout à l'agriculture intensive. Cette nouvelle est un "grand pas...

Eau du robinet pesticides

Traces de pesticides dans l’eau du robinet : sans harmonisation, pas de lutte efficace

L'association Générations futures vient de publier un nouveau rapport dans lequel elle révèle la présence de traces de pesticides et de perturbateurs endocriniens présumés dans l'eau du robinet. Si ces résidus sont inquiétants pour l'association, c'est surtout le manque d'harmonisation entre les...

Cargill elevage reduction empreinte carbone viande

Avec la pandémie, l'industrie de la viande devient "aussi précaire que le pétrole"

L'industrie de la viande vacille. Aux États-Unis, la valeur des quatre plus grandes entreprises américaines du secteur a chuté de 25 % au cours du mois de mai poussant Goldman Sachs à déclarer que le bétail était la "seule marchandise aussi précaire que le pétrole". Il faut dire que le secteur est...