Publié le 31 août 2018

ENVIRONNEMENT

Pour sauver les abeilles, les néonicotinoïdes sont interdits en France depuis le 1er septembre

[actualisé le 3/09/2018] Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes néfastes pour les abeilles sont interdits en France. Mais le gouvernement peut prévoir des dérogations jusqu'en 2020. Pire pour les apiculteurs : deux pesticides, qui ont le même mode d'action que les néonicotinoïdes, échappent à l'interdiction. Or, en 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an. 

En 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an.
@Pixabay

Bonne nouvelle pour les abeilles. Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes sont interdits en France. Il s’agit de la clothianidine, l’imidaclopride, le thiaméthoxame, la thiaclopride et l’acétamipride. Surnommés les "pesticides tueurs d’abeilles", les néonicotinoïdes attaquent leur système nerveux, les désorientent et les affaiblissent.

Or, chaque année, 30 % des colonies d’abeilles disparaissent contre 5 % il y a 20 ans. On est dans "une phase cruciale", expliquait en mars Delphine Batho, députée et ancienne ministre de l’Environnement, "les abeilles sont les lanceuses d’alerte de l’effondrement de la biodiversité. Nous devons fermement appliquer la loi".

La crainte de dérogation 

Ce que craignent les associations environnementales, ce sont les dérogations que le gouvernement pourrait accorder. Car le décret, publié le 1 er août, en donne la possibilité jusqu’en 2020 même si ces dernières seront "rares", affirmait alors Nicolas Hulot, avant sa démission, alors soutenu par le ministre de l'Agriculture. "Cette interdiction n’aura pas de sens si des dérogations sont accordées. Même en très faible quantité, les néonicotinoïdes restent hautement toxiques pour les abeilles. Il faut donc les interdire complètement", défend François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations futures.

Les agriculteurs se plaignent eux d’être "dans l’impasse". "Le Président de la République et le gouvernement s’étaient engagés à ne laisser aucun producteur sans solution, un très grand nombre d’entre eux se retrouvent désormais dans une impasse technique dramatique", affirme la FNSEA, principal syndicat agricole.

Des alternatives tout aussi néfastes 

Reste que deux autres pesticides ne font pas partie de la liste : le sulfoxaflor et la flupyradifurone. Une étude publiée dans la prestigieuse revue Nature vient de démontrer que le sulfoxaflor a la même "mode d’action biologique" que les néonicotinoïdes et qu’il a un impact négatif sur les bourdons. Les apiculteurs souhaitent donc leur interdiction.

Une décision que Nicolas Hulot soutenait. Il comptait en effet étendre l’interdiction des néonicotinoïdes aux substances chimiques ayant des modes d’action identiques. La démission du ministre fait craindre aux apiculteurs une reculade en la matière. D'autant que les géants des pesticides comme Bayer et Syngenta, qui commercialisent ces néonicotinoides, ne comptent pas se laisser faire. Bayer a déjà fait appel, le 27 juillet dernier, de l’interdiction de trois néonicotinoïdes par la justice européenne. Il a été débouté en mai par le Tribunal de l’Union européenne . 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...