Publié le 21 février 2018

ENVIRONNEMENT

[Ces startups qui changent le monde] Naïo Technologies conçoit les robots qui assistent les agriculteurs

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale. Chaque semaine, Novethic a décidé d’aller à la rencontre de l’une d’entre elles. Aujourd'hui, à l’occasion du salon de l’agriculture qui s'ouvre samedi 24 février, nous vous présentons Naïo Technologies, une jeune pousse toulousaine de l’AgTech. Elle entend mettre la robotique au service de l’environnement et des agriculteurs.  

Oz, le premier robot désherbant de Naïo Technologie permet de faciliter la tâche des agriculteurs et d'utiliser moins de pesticides.
Naïo technologies / Tien

SOMMAIRE

Glissant entre les sillons des champs, un petit robot sarcle l’herbe entre les légumes des petites cultures maraîchères. Oz est le premier robot désherbant de Naïo Technologies et devrait être suivi d’une longue lignée. Né en 2013, il a déjà deux petits frères : Dino, qui s’occupe des cultures industrielles, et Ted, spécialisé dans les vignes. Des prouesses technologiques, guidées par laser, caméra et GPS, et qui tournent à l’électricité. 

Leur mission est de faciliter la vie des agriculteurs et les aider à utiliser moins de pesticides. Et la jeune pousse toulousaine a le vent en poupe. Pour Forbes France, il s’agit même du "fleuron de l’AgTech* à la française" !  (Le terme AgTech renvoie aux startups technologiques liées à l’agriculture).

Un robot qui aide les agriculteurs

Pour ses fondateurs, deux ingénieurs, Aymeric Barthes et Gaëtan Séverac, l’aventure est née d’une passion et d’une conviction : "que les nouvelles technologies permettront de changer de cap. Nos robots agricoles et outils de pointe visent une productivité qui respecte l’environnement et redonne de l’humanité à l’agriculture", expliquent-ils.

Pour ceux qui tiqueraient sur un éventuel hiatus entre robotisation et humanisation, les deux compères apportent une réponse. Selon eux, l’activité de désherbage est pénible et peu rentable pour les agriculteurs. Avec le petit robot, plus de temps pour développer des nouvelles cultures, vendre les produits ou gérer l’entreprise. Mieux, "à long terme, nous pensons que la robotique permettra de mieux nourrir la planète", estime Aymeric Barthes.

Pour fabriquer ces robots, Naïo Technologies mise le plus possible sur le made in France : "nous avons quelques technologies fabriquées en Allemagne et dans le reste de l’Europe mais nous essayons de maximiser le nombre de pièces réalisées en France. Cela nous permet de travailler qu’avec des fournisseurs que l’on a choisis après être allés les voir et nous être assuré qu’ils partagent nos valeurs", explique Aymeric Barthes. Il reconnaît avoir encore des progrès à faire en matière d’éco-conception, "mais c’est un fil rouge qui nous guide".

Cap sur l’international

Autre fil d’Ariane dans l’entreprise, celui d’un management impliquant réellement ses employés. Un challenge plus ardu que prévu pour les fondateurs, d’autant que la jeune pousse a grandi très vite. Son chiffre d’affaires double tous les deux ans (1,5 million d’euros en 2017) et le nombre d’employés a suivi la même dynamique : de douze personnes il y a seulement deux ans, elle en compte plus du double aujourd’hui.

"Nous avions commencé sur l’idée de l’entreprise libérée mais très vite, nous nous sommes aperçus que chacun avait son idée propre du concept et qu’à force de codécisions, le processus décisionnel était bloqué. Nous avons donc décidé d’avancer sur les questions stratégiques avec un mode de management consultatif et continuons à explorer davantage le collaboratif avec des sujets moins critiques, que ce soit au niveau technique ou organisationnel, relate l’entrepreneur. Si nous tenons à un management humain, nous ne voulons pas perdre de vue l’objet social de l’entreprise : améliorer l’agriculture pour la rendre plus saine, plus productive et plus respectueuse de l’environnement".

Naïo est en bonne voie pour réussir son pari. Si les regards des agriculteurs étaient empreints de scepticisme il y a encore quelques années, aujourd’hui le robot est la coqueluche des salons agricoles… et des investisseurs. "Nous sommes extrêmement sollicités, toutes les semaines au moins", assure l’entrepreneur qui vient de boucler sa quatrième levée de fonds, à 2 millions d’euros. Celle-ci devrait notamment lui permettre d’élargir son champ d’action à l’international. Aujourd’hui, la startup fait 80% de son chiffre d’affaires en France mais elle prévoit dès cette année des développements commerciaux dans plusieurs pays d’Europe (Allemagne, Belgique, Royaume-Uni) et prospecte en Amérique et au Japon.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...