Publié le 07 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Ces cinq aliments, symboles de notre mode de vie, sont menacés par le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique, c'est la montée des eaux, les canicules, les ouragans, la perte de biodiversité, mais c'est aussi une menace pour nos habitudes alimentaires. Du café au chocolat en passant par le vin, la bière et les huîtres... Cinq produits, symboles de notre mode de vie, pourraient disparaître dans les prochaines décennies si rien n'est fait pour endiguer le réchauffement. 

Cacao, chocolat, bière, vin, huître... ces aliments sont condamnés à disparaître sous l'effet du changement climatique.
Pixabay

  • 90 % de la production de café détruite en 2050

Boire une tasse de café le matin va devenir un luxe. Selon une étude publiée dans la revue PNAS en 2017, la production mondiale de café pourrait diminuer de 90 % d’ici 2050. Ce scénario, le plus pessimiste de l’étude, est la conséquence directe du réchauffement climatique. "Le café est très sensible aux légères variations de température. À mesure que la température montera, tous les pays seront affectés", prévenait d’ailleurs le directeur exécutif de l’Organisation internationale du café (OIC), José Sette lors du premier forum mondial des producteurs de café, organisé en juillet 2017 en Colombie. 

  • Disparition du chocolat en 30 ans

Pas d’humidité, pas de chocolat. En janvier dernier, des experts américains de la National Oceanic and Atmospheric Administration, agence d’observation océanique et atmosphérique, ont estimé que d’ici 2050, le cacao, base du chocolat, pourrait être en péril. Cette plante a en effet besoin d’un sol riche en azote, de pluies abondantes, d’une humidité élevée et d’être à l’abri du vent. Or, la tendance actuelle vers une hausse des températures de 2,1 à 3°C assécherait trop les sols. Le problème est moins la chaleur que le manque d'eau, peu propice à la culture de cacao. 

  • Une carte des vins chamboulée

Du Champagne au Royaume-Uni, du Chianti en Allemagne et du Boulaouane au sud de la France. Voilà à quoi ressemblera la nouvelle carte des vins européens si le réchauffement climatique n’est pas endigué. Les vignerons subissent déjà les conséquences de ce changement. Avec la chaleur, les raisins mûrissent et s’abîment plus vite. Résultat, les vendanges doivent être avancées. Cette année, elles ont un mois d’avance par rapport aux années 1980. Et ces récoltes prématurées ont des conséquences sur le vin lui-même. Des chercheurs ont ainsi montré qu'ils présentaient des arômes plus cuits et que le taux d’alcool augmentait de 1,5 à 2 degrés. 

  • Fini les huîtres à Noël

Même si le réchauffement climatique est limité à 2 °C, "la mortalité exceptionnelle des huîtres deviendra la norme vers 2035". Voilà la principale conclusion d’une étude publiée dans la revue IOP Science le 9 octobre dernier. En cause, des températures hivernales plus chaudes associées à de fortes pluies, qui favorisent le développement des maladies. Cette année, la production française a perdu un tiers de son volume. En cause, un herpès de l’huître qui se développe quand la température de l’eau augmente. Autre conséquence du réchauffement : l’acidification des mers et océans. Or, "en milieu acide, les huîtres ont plus de mal à constituer leur coquille car le mercure vient à manquer", explique au Figaro Favrica Permet, chercheur à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer).

  • Des bières plus chères

C’est la boisson la plus populaire au monde et elle est clairement menacée. Si le réchauffement climatique se poursuit au rythme actuel, la production mondiale de bière pourrait chuter de 16 %. L’orge, céréale de base de la bière, est en effet très sensible au changement climatique. Seule l'orge de la meilleure qualité (soit moins de 20 % de l'orge mondiale) est consacrée à la production de bière, le reste servant notamment à nourrir les animaux d'élevage. Or ce sont les cultures les plus sensibles et donc les plus menacées. Résultat, le prix de la bière pourrait doubler dans certains pays et ainsi devenir un produit de luxe.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Agriculture pesticide Istock DZMITRY PALUBIATKA

Interdiction du glyphosate : Emmanuel Macron veut une réponse européenne, après l’échec français

Dans une interview au Parisien, Emmanuel Macron a reconnu "ne pas avoir réussi sur le glyphosate". Alors que le Président s'était engagé à interdire ce pesticide controversé en France d'ici fin 2020, sans parvenir à réaliser cette promesse, il appelle désormais à une réponse commune européenne. La...

Betteraves agriculture pesticides Ulrike Leone 01

Les néonicotinoïdes devraient à nouveau être autorisés en France en 2022

Après avoir obtenu une dérogation en 2021, les betteraviers français pourraient à nouveau utiliser des semences traitées aux néonicotinoïdes en 2022. Ces insecticides, interdits depuis 2018 en Europe, sont pourtant très néfastes pour les pollinisateurs. Mais la filière française de la betterave...

@IStock/Brasil2 déforestation élevage Brésil

Auchan, Lidl, Carrefour : Des supermarchés européens boycottent des produits brésiliens pour lutter contre la déforestation

La lutte contre la déforestation illégale prend forme dans les rayons des supermarchés. Sous la pression d’ONG et de journalistes, plusieurs enseignes de grande distribution vont stopper la vente de produits issus de trois géants brésiliens de la viande. Les industriels sont accusés d’organiser un...

Crise agriculture champ de ble nuages gris pixabay

Une exploitation sur cinq a disparu en dix ans : l’infographie qui dresse le portrait de notre modèle agricole

Des exploitations moins nombreuses, plus grandes et en majorité végétales : voici à quoi ressemble notre modèle agricole. Entre 2010 et 2020, la France a perdu 100 000 exploitations et leur taille moyenne a crû de 25 %. Si le bio et les cultures sous labels continuent d'augmenter pour aller vers un...