Publié le 26 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

Depuis 20 ans, le taux de glyphosate a doublé dans l'organisme des Californiens

Depuis la commercialisation en 1994 des premiers OGM traités au Roundup, le taux de glyphosate dans les organismes a doublé en Californie passant de 0,20 microgramme par litre (µg/l) à 0,44 µg/l en 2016. Ces résultats sont publiés outre-Atlantique au moment où la Commission européenne est mise sous pression par les États membres pour interdire cette molécule. 

Glyphosate dans organisme laboratoire
Des taux significatifs de glyphosate sont détectables chez 70 % des Californiens.

C’est un constat inquiétant que dresse le Journal of the American Medical Association dans une nouvelle étude publiée le 24 octobre. Les chercheurs se sont intéressés à l'évolution du taux de glyphosate présent dans les organismes humains.

Ils ont passé au crible les urines de 100 personnes de plus de 50 ans vivant dans le sud Californie sur une période de 23 ans, à partir de 1993. Soit un an avant l’utilisation des premiers OGM traités avec du Roundup, le désherbant le plus vendu au monde, dont la molécule principale est le glyphosate. Résultats : non seulement les taux de glyphosate présent dans le corps ont doublé en presque un quart de siècle dans les organismes, mais le nombre de personnes touchées a explosé.

70 % des personnes étudiées présentent un taux détectable

"Nous avons constaté qu’avant l’introduction des aliments génétiquement modifiés, très peu de personnes avaient des taux détectables de glyphosate. En 2016, 70 % de la population de l’étude avait des taux détectables", affirme Paul Mills, professeur de médecine à l’université de Californie et principal auteur de l’étude. 

Les taux sont ainsi passés de 0,20 µg/l pour la période 1993-1996 à 0,44 mg/l entre 2014 et 2016. Selon l’AFP, ces concentrations ne dépassent pas encore les limites fixées par l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) à savoir 1,75 µgramme. 

En France, des taux importants dans les urines 

Mais pour le professeur Paul Mills, la situation est inquiétante. "Notre exposition à ces produits chimiques a considérablement augmenté au fil des ans, mais la plupart des gens ne savent pas qu’ils les consomment par leur régime alimentaire", explique-t-il. C’est pourquoi, en juillet, l’Etat de Californie, suivant l’avis de 2015 du CIRC (Centre international de recherche sur le Cancer), a classé le glyphosate comme substance cancérigène. 

En France, l’association Générations futures avait elle aussi lancé un test d’urine de 30 volontaires en avril. Elle avait découvert que 100 % des échantillons contenaient du glyphosate en grande quantité. En moyenne les taux étaient de 1,25 microgramme par litre, soit "12,5 fois la concentration maximale admissible pour un pesticide dans l’eau", précisait-elle. 

La Commission européenne mise sous pression par les États membres 

Bruxelles doit légiférer sur la question du glyphosate depuis plusieurs années mais n’arrive pas à accorder les États membres sur la question. Mercredi 24 octobre, la Commission européenne a une nouvelle fois repoussé le vote sur le renouvellement de la licence du glyphosate, faute de pouvoir dégager une majorité qualifiée.

Elle avait, dans un premier temps, proposer un renouvellement de la licence pour 10 ans (contre les 15 ans demandés par les industriels dont Monsanto), mais les États membres, dont la France, s’y était opposé. Pour le moment, le gouvernement d’Édouard Philippe n’a pas décidé d’une ligne commune. D’un côté, le ministère de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, prône une sortie du glyphosate sous 3 ans, de l’autre, Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, plaide pour une sortie progressive de 5 à 7 ans.

C’est cette dernière option qu’a proposée la Commission européenne, mais voyant qu'elle n’était pas soutenue par une majorité de pays, elle a préféré repousser le vote dont la nouvelle date n’a pas encore été fixée. Il y a pourtant urgence à trancher : la licence expire le 15 décembre prochain.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

APRE S LE GLYPHOSATE LE NOUVEAU SCANDALE PHYTOSANITAIRE S APPELLE CHLORPYRIFOS

Après le glyphosate, le nouveau scandale phytosanitaire s’appelle chlorpyrifos

C'est un pesticide interdit en France et pourtant on en retrouve des résidus dans les fruits et légumes vendus en rayon. Le chlorpyrifos, encore autorisé dans l'Union européenne, doit être réévalué par la Commission européenne, sa licence d'autorisation de mise sur le marché arrivant à échéance....

Inondation champs de mais Nebraska ScottOlson GettyImage NorthAmerica AFP

Le manque de maïs attendu mondialement dès 2020 illustre l’impact systémique du changement climatique

Le Midwest américain a les pieds dans l’eau. Ces inondations, qui risquent de devenir la norme face au réchauffement, empêchent les agriculteurs de semer le maïs. D’ores et déjà, le gouvernement américain prévoit une production en recul de presque 10 % cette année. Un impact considérable sur l’offre...

Catherine geslain Laneelle FAO agriculture Xavier Remongin agriculture

La candidate française à la présidence de la FAO envisage toutes les solutions pour lutter contre la faim, y compris les OGM

La candidate de l'Union européenne à la présidence de l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations unies (FAO), la Française Catherine Geslain-Lanéelle, souhaite que "toutes les solutions" soient envisagées pour éradiquer la faim sur la planète, y compris l’utilisation des OGM et...

Tomates bio sous serres en hiver symbole industrialisation de la filiere

Des tomates sous serre en hiver, symbole de la dérive du bio

Des tomates cultivées sous serres chauffées au mois de mars peuvent-elles être labellisées bio ? Pour l'instant oui, mais les acteurs historiques du bio veulent faire interdire cette pratique qui va à l'encontre des valeurs environnementales et sociales qu'ils portent. Un combat contre...