Publié le 03 mars 2010

ENVIRONNEMENT

Bruxelles autorise la culture d'un OGM en Europe

Faute de consensus entre les Etats membres sur la question des OGM, la Commission européenne a décidé d'autoriser la culture de la pomme de terre génétiquement modifiée Amflora, du groupe BASF. Mais les Etats auront le choix d'autoriser ou non les OGM sur leur territoire.

128392_GF.jpg

Hausse des OGM dans le monde, recul en Europe

La culture des OGM est en hausse de 7% en 2009 par rapport à 2008 selon l'ONG l'Isaaa (International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications). Elle dénombre 134 millions d'hectares de cultures biotechnologiques dans 25 pays, pratiquées à 90 % par des agriculteurs dans des exploitations « petites et pauvres », situées dans des pays en développement. En Europe, la culture des OGM a reculé, avec 94 750 hectares de cultures plantées (Espagne, République tchèque, Portugal, Roumanie, Pologne et Slovaquie). L'Allemagne a suspendu ses plantations tandis que l'Espagne concentre 80 % du maïs OGM cultivé dans l'UE en 2009. Les Etats-Unis demeurent le 1er pays à cultiver les OGM, suivis par le Brésil, l'Argentine, l'Inde et le Canada (8,2 millions).

C'est la première fois, depuis douze ans (1998) et l'autorisation du MON 810, que la Commission européenne autorise la commercialisation d'un nouvel OGM. John Dalli, commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs, a annoncé le 2 mars deux décisions concernant la pomme de terre génétiquement modifiée Amflora : cet OGM sera autorisé dans l'Union européenne pour un usage industriel (production de papier, béton, textile) et pour l'alimentation animale. Les premières demandes d'autorisation déposées par le groupe BASF datent de 2003. La commission a également autorisé la mise sur le marché pour l'alimentation humaine et animale, de trois maïs OGM dérivés du MON 863, qui ont reçu un avis favorable de l'AESA (Agence européenne de sécurité des aliments). Au total, ces cinq autorisations d'OGM « ont été examinés avec la plus grande attention, de sorte que les préoccupations exprimées au sujet de la présence d'un gène marqueur de résistance aux antibiotiques ont été pleinement prises en compte », affirme la Commission. Enfin, John Dalli, présentera avant l'été un nouveau système d'autorisation des OGM. Ceux-ci pourront en effet, sur des bases scientifiques, être autorisés par les Etats membres qui le souhaitent.
Bilan : l'Europe autorise les OGM, mais ne les impose pas à ses 27 membres, qui conserveront leur souveraineté de décision. Y aura-t-il donc une Europe avec OGM et une Europe sans ? Le site Inf'OGM indique que d'ores et déjà , selon la Commission, « la culture de cette pomme de terre serait envisagée par BASF dès avril 2010, en République Tchèque et en Allemagne. Les années suivantes, elle pourrait avoir également lieu aux Pays-Bas et en Suède ». L'Autriche, en revanche, maintiendra sa position d'interdire les OGM sur son territoire.

L'expertise au cœur des polémiques

En France, le gouvernement a annoncé dans la foulée qu'il décidait de saisir le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) « notamment sur la présence, dans cette pomme
de terre, d'un gène marqueur de résistance à un antibiotique
». Une inquiétude partagée également pour l'OMS, qui estime qu'il s'agit d'un antibiotique important en médecine devant être préservé en limitant la création de bactéries résistantes.
D'une façon plus générale, « la France souhaite qu'il n'y ait plus d'autorisation d'OGM sans le renforcement de l'expertise scientifique communautaire », comme cela avait d'ailleurs été décidé en 2008 par les ministres européens de l'environnement. Ce « renforcement de l'expertise » est depuis plusieurs années au cœur des polémiques sur les OGM. Les avis et le fonctionnement de l'AESA sont contestés par les ONG mais également par le Conseil européen des ministres de l'environnement. Considérée par certains comme pro-OGM, l'agence était censée procéder à d'importantes modifications dans son mode d'évaluation, mais au final, elle n'a pas changé ses méthodes depuis 2008.
« Puisque l'AESA n'a pas changé ses méthodes d'évaluation ni sa façon de fonctionner, nous ne voyons pas comment elle pourrait émettre des avis fondés scientifiquement, ni ne pouvons admettre que la Commission européenne puisse autoriser des produits dont l'innocuité n'est pas démontrée» estime Lylian Le Goff, co-responsable de la Mission Biotechnologies de FNE. L'association réitère les demandes exprimées par les ONG en 2008, à savoir une enquête parlementaire européenne sur le fonctionnement de l'AESA et la validité de ses avis.
Les écologistes, le parti socialiste, le Modem et le NPA ont également vivement critiqué la décision de Bruxelles, le PS ayant demandé au gouvernement "d'étendre le moratoire français sur le maïs Mon810 aux autres OGM".

Véronique Smée
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

OGM : l'EFSA rend un avis favorable

L'autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) estime dans son étude que l'OGM maïs MON810 est « sans risques pour la santé humaine et animale et ne constitue pas une menace pour l'environnement ».Un avis qui relance le débat sur les autorisations d'OGM en Europe, mais également...

Les pro-OGM tentent de gagner la bataille parlementaire

Le projet de loi sur les OGM en débattu au Sénat revient sur les acquis du Grenelle de l'environnement. Dans le même temps, une autre bataille s'engage concernant la clause de sauvegarde sur le Mon 810, maïs transgénique de Monsanto, déposée par le gouvernement français auprès des...

OGM : les débats s'achèvent dans un climat houleux

Les débats sur le projet de loi relatif aux OGM s'achèvent mercredi 9 avril à l'Assemblée nationale par un vote solennel. La question de la coexistence des cultures et celle de l'étiquetage des produits contenant des OGM ont fait l'objet de débats houleux, y compris au sein de la majorité.

OGM et Europe : l'impossible accord

La position de l'Europe sur les OGM pencherait-elle du côté des industriels ? L'Autorité européenne de sécurité des aliments a demandé à la France de lever l'embargo sur le maïs OGM MON810. Le Conseil des ministres européens de l'environnement s'est montré frileux dans ses conclusions sur...

Malaise politique sur les OGM

A la surprise générale, le projet de loi relatif aux OGM a été rejeté en seconde lecture par l'Assemblée nationale mardi 13 mai. La majorité, dont l'absence a marqué l'issue du vote, essuie un revers majeur qui traduit ses divisions internes. La gauche quant à elle exulte, malgré une...

La culture des OGM suspendue en France

Suite à l'avis rendu par la Haute autorité sur les OGM , qui fait état de doutes sérieux sur le maïs MON 810 , le président de la République a annoncé l'activation de la clause de sauvegarde sur cet OGM. En l'appliquant, le gouvernement interdit de fait la culture d'OGM sur son territoire,...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

APRE S LE GLYPHOSATE LE NOUVEAU SCANDALE PHYTOSANITAIRE S APPELLE CHLORPYRIFOS

Après le glyphosate, le nouveau scandale phytosanitaire s’appelle chlorpyrifos

C'est un pesticide interdit en France et pourtant on en retrouve des résidus dans les fruits et légumes vendus en rayon. Le chlorpyrifos, encore autorisé dans l'Union européenne, doit être réévalué par la Commission européenne, sa licence d'autorisation de mise sur le marché arrivant à échéance....

Inondation champs de mais Nebraska ScottOlson GettyImage NorthAmerica AFP

Le manque de maïs attendu mondialement dès 2020 illustre l’impact systémique du changement climatique

Le Midwest américain a les pieds dans l’eau. Ces inondations, qui risquent de devenir la norme face au réchauffement, empêchent les agriculteurs de semer le maïs. D’ores et déjà, le gouvernement américain prévoit une production en recul de presque 10 % cette année. Un impact considérable sur l’offre...

Catherine geslain Laneelle FAO agriculture Xavier Remongin agriculture

La candidate française à la présidence de la FAO envisage toutes les solutions pour lutter contre la faim, y compris les OGM

La candidate de l'Union européenne à la présidence de l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations unies (FAO), la Française Catherine Geslain-Lanéelle, souhaite que "toutes les solutions" soient envisagées pour éradiquer la faim sur la planète, y compris l’utilisation des OGM et...

Tomates bio sous serres en hiver symbole industrialisation de la filiere

Des tomates sous serre en hiver, symbole de la dérive du bio

Des tomates cultivées sous serres chauffées au mois de mars peuvent-elles être labellisées bio ? Pour l'instant oui, mais les acteurs historiques du bio veulent faire interdire cette pratique qui va à l'encontre des valeurs environnementales et sociales qu'ils portent. Un combat contre...