Publié le 27 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Vidéo] Le vin naturel, le modèle de viticulture alternatif qui fait de plus en plus d'adeptes

Le vin naturel a le vent en poupe. Retour à la terre, rejet de tout intrant chimique, travail manuel, levures indigènes, cette pratique agricole est à contre-courant des méthodes conventionnelles. Confidentiel jusqu'ici, le vin naturel devrait représenter 5 % du marché en 2020. À l’occasion des fêtes de fin d’année, Novethic vous propose, toute la semaine, de plonger sans modération dans le monde du vin.

D'ici 2020, le vin naturel devrait représenter 5 % du marché du secteur.
©MarinaFabre

Chacun y va de son analyse. Myriam identifie une odeur de "chèvre" en reniflant son verre, Jérôme la "Terre" et Lucie relève "un goût de fruits rouges et de noix". Le vin naturel, issu de vignes biologiques ou en biodynamie qui respectent la terre, a le vent en poupe. L'application mobile Raisin, qui recense les lieux où du vin naturel est servi, a été téléchargée par plus de 80 000 personnes depuis son lancement, il y a deux ans.

Redécouvrir le goût du fruit

Le Brocéliande, petit bar nantais, fait partie de la liste. Tous les vins que la responsable du bar propose à ses clients sont naturels. Et la transition s’est faite progressivement. "On m'a expliqué la démarche des vignerons naturels, leur travail de la terre, leurs valeurs… Je suis tombée sous le charme", explique Véronique Brouty.

"C'est un retour à la terre, on redécouvre le goût du fruit, du raisin… ce n'est pas comparable avec les vins conventionnels qui sont très formatés", estime-t-elle. Aucun label ne définit aujourd'hui les vins naturels. Mais l'Association des vins naturels expose quelques critères cruciaux. Tous les vins naturels sont bio, les vendanges faites manuellement, il n’y a pas d'intrants chimiques ou de recours à des techniques "physiques brutales et traumatisantes" et peu de soufre.

"Au moins 20 produits chimiques dans le conventionnel"

Autre condition importante, le recours à des "levures indigènes". Ces levures permettent la fermentation alcoolique et apportent de la typicité aux vins. Or, chez les vignerons conventionnels, la plupart des levures utilisées sont exogènes. "Ça standardise le vin", estime Manuel Landron.

Ce vigneron naturel, spécialiste du muscadet, possède plusieurs hectares de vignes à quelques kilomètres de Nantes. Il livre régulièrement ses bouteilles au Brocéliande. "Dans le vin conventionnel, il y a au moins vingt produits chimiques qui sont distribués par des gros groupes que les gens ne cautionnent sûrement pas. Moi j’essaye de faire des choses propres, donc forcément, il y a plus de risques", explique le vigneron.

5 % du marché du vin en 2020

D’où des prix un peu plus élevés pour certains vins. Sans pesticide chimique, les vignes ont plus de risques d’être attaquées par des maladies. En 2016, ce vigneron a perdu la quasi-totalité de sa récolte à cause du mildiou.

Très confidentiel, il y a encore quelques années, le vin naturel s’ouvre de plus en plus au grand public. Il devrait même, selon certains observateurs, représenter 5 % du marché mondial du vin d’ici 2020. Si parfois vous le trouvez un peu pétillant, il suffit de le carafer ou de secouer la bouteille avant de l’ouvrir. C’est le CO2, utilisé en place des additifs, qui est responsable de ce phénomène.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Alerte rouge sur le vin] Le vignoble français de plus en plus menacé par le réchauffement climatique

Avec des vins plus alcoolisés à l’équilibre aromatique moins complexe et des raisins plus sucrés, les conséquences du réchauffement climatique se font déjà sentir dans les vignes. D'ici la fin du siècle, les vignobles traditionnels, comme le Bordeaux, pourraient même avoir totalement...

[Alerte rouge sur le vin] Le sulfate de cuivre, le "pesticide des vignerons bio", réautorisé par l’Europe

C’est le pesticide qui fait débat dans la filière viticole bio. Le sulfate de cuivre, le plus célèbre fongicide utilisé pour la vigne, vient d’être homologué de nouveau en Europe, malgré les risques de pollution des sols. À l’occasion des fêtes de fin d’année, Novethic vous propose, toute...

[Alerte rouge sur le vin] Réchauffement climatique : la technologie au secours des vignes

Capteur météo, drone de précision, robot désherbant intelligent... Les vignerons utilisent de plus en plus d'outils technologiques pour résister au changement climatique. À l’occasion des fêtes de fin d’année, Novethic vous propose, toute la semaine, de plonger sans modération dans le...

Aléas climatiques : la production française de vin en danger

La production française de vin a baissé de 19 % cette année par rapport à 2016. Comme celles de l'Italie et l'Espagne, elle subit de plein fouet l'accumulation d'aléas climatiques : gel, canicule, sécheresse... Une lourde perte pour les viticulteurs : seulement 20 % d'entre eux sont...

Ces cinq aliments, symboles de notre mode de vie, sont menacés par le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique, c'est la montée des eaux, les canicules, les ouragans, la perte de biodiversité, mais c'est aussi une menace pour nos habitudes alimentaires. Du café au chocolat en passant par le vin, la bière et les huîtres... Cinq produits, symboles de notre mode de vie,...

Et si on prenait un champagne bio pour le réveillon

De plus en plus de vignerons tournent le dos aux produits phytosanitaires, désireux d'élaborer des champagnes bio révélateurs de la typicité du terroir. Toutefois, un mouvement marginal puisque moins de 2 % du vignoble de l'appellation est labellisé biologique.

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de colza abeille rentabilite

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides...

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...