Publié le 05 avril 2018

ENVIRONNEMENT

Agriculture : l'ONU se convertit à l'agroécologie

Pour nourrir le monde tout en sauvant la planète du réchauffement, l'ONU encourage désormais l'agroécologie, un tournant historique après plusieurs décennies de "révolution verte" basée sur l'agriculture intensive pour lutter contre la faim dans le monde.

L'ONU appelle à sortir de l'agriculture intensive à la faveur de l'agroécologie.
DR

"Nous avons besoin de promouvoir des systèmes alimentaires durables (...) et de préserver l’environnement : l'agroécologie peut aider à y parvenir", a déclaré mardi le directeur-général de l'Agence des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) José Graziano da Silva, en ouverture du deuxième symposium international sur l'agroécologie à Rome.

"Le système de production alimentaire basé sur des systèmes agricoles utilisant beaucoup d'intrants et de ressources a eu un prix élevé pour l'environnement. Le résultat a été que les sols, les forêts, l'eau, la qualité de l'air et la biodiversité continuent de se dégrader alors que l'augmentation de la production à tout prix n'a pas éradiqué la faim", a-t-il ajouté.

L'agroécologie tourne le dos au productivisme encouragé par l'agrochimie et la mécanisation agricole depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, en faisant appel aux connaissances locales des agriculteurs et des scientifiques, à de meilleurs soins du sol pour qu'il soit plus fertile et stocke plus de carbone, à une biodiversité des espèces plantées et à une réduction de la dépendance envers les engrais synthétiques.

S’appuyer sur la nature

"Nous devons nous écarter du système de monoculture tel qu'il a dominé le siècle précédent", a pour sa part souligné le président du Fida (Fonds international de développement agricole) Gilbert Houngbo, une autre agence onusienne chargée de soutenir l'agriculture dans les pays en voie de développement.

L'invité d'honneur, l'ancien ministre français de l'agriculture Stéphane Le Foll, qui avait participé au lancement et soutenu le premier symposium sur le sujet en 2014, a, pour sa part, appelé à une "révolution doublement verte qui s'appuie sur la nature". "La FAO a été le lieu de la première révolution verte, elle doit être le lieu d'une révolution doublement verte" a-t-il dit.

Le symposium, qui réunit plusieurs centaines de délégués venus du monde entier, doit se terminer jeudi par une "déclaration finale" qui sera portée à l'examen du comité de l'agriculture (de l'Onu) en septembre, a indiqué José Graziano da Silva.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Pierre Rabhi est mort, mais pas son rêve de "sobriété heureuse"

C’était le pionnier de l’agroécologie, le porte-voix des "Colibris" appelant chacun à "faire sa part" : Pierre Rabhi est mort à l’âge de 83 ans le 4 décembre laissant orphelin les adeptes de la "sobriété heureuse". Après avoir connu une certaine notoriété comme pionnier de l’agroécologie, il avait...

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...