Publié le 16 février 2007

ENVIRONNEMENT

Agriculteurs et constructeurs face aux défis des biocarburants

Quelle place pour les biocarburants ? Comment organiser la production ? Lors de son colloque annuel, l'Institut Français du Pétrole s'est penché sur l'avenir des carburants issus des matières végétales. Un secteur nécessairement en plein essor, entre réduction des gaz à effet de serre, rationalisation des filières et poussée protectionniste. Le temps de laisser les agro-industriels français et européens occuper le marché.

107109_GF.jpg

Longtemps cantonnés à une solution d'appoint diluée à très faibles doses dans l'essence ou le gazole, les biocarburants, c'est-à-dire les alcools, huiles ou gaz tirés des matières végétales, s'imposent comme une alternative crédible permettant de réduire la dépendance au pétrole. Selon l'Institut Français du Pétrole (IFP), la consommation des biocarburants représente aujourd'hui en Europe près de 1,2 % des carburants utilisés pour le transport. En mai 2003, la directive européenne relative à la promotion des biocarburants fixait aux états membres l'objectif d'au moins 5,75 % de biocarburants dans l'essence et le gazole routier d'ici 2010. "Entre 12 et 18 % des carburants routiers pourraient être des biocarburants en Europe en 2015," estime Olivier Appert, Président de l'IFP.

Un paysage hétéroclite

Le paysage technologique des biocarburants est loin d'être homogène. La directive européenne relative à la promotion des biocarburants répertorie une dizaine de produits. Cette liste à la Prévert ratisse large : bioéthanol, biométhanol, biocarburants synthétiques, huiles d'oléagineuses... Même si les plantes, les dosages, et les modes d'extraction diffèrent, on distingue essentiellement deux grandes catégories. Les bioéthanols, de l'essence coupée avec de l'alcool de sucre ou d'amidon. Cet éthanol ou éthanol transformé (abrégé ETBE) est intégré selon des teneurs variables. A 5%, 10 %, 25 %, ou jusqu'à 85 % d'éthanol dans le cas du superéthanol E85. L'autre groupe est celui des biodiesels, qui regroupent les huiles végétales destinées au moteur Diesel, qu'elles soient mélangées avec du méthanol - on obtient alors des esters méthyliques d'huile végétale (EMHV), dont le Diester est l'un des représentants ou utilisées pures. Dans ce cas c'une solution locale et sans enjeu industriel car sans modification chimique.

Qu'ils soient issus de betteraves, de colza, de tournesol ou de blé, ces biocarburants en préfigurent d'autres, dits de « seconde génération ». Ces procédés de synthèse, enzymatiques ou thermochimiques, prévus pour l'horizon 2010-2015, n'utilisent plus les graines des végétaux mais des déchets non alimentaires, des résidus de paille ou de fibres de bois (on parle de matière lignocellulosique). Cette diversité n'enchante pas les constructeurs automobiles. Même le E85 n'a pas une composition identique selon les pays, déplorent les industriels. De leur point de vue, il est impossible d'être compatible avec tous les biocarburants présents sur le marché. Il faudra faire des choix.

Les motoristes se disent prêts

Pourtant, les fabricants l'affirment à l'unisson : leurs moteurs sont prêts à rouler avec les biocarburants. Renault, dans son contrat 2009, s'engage à ce que 50 % de ses véhicules essence soient compatibles avec le E85, et 100 % de ses diesels avec un Diester à 30 %. Même chose chez Peugeot. Tous les véhicules sont conçus pour être compatibles jusqu'à 30 % de biodiesel et 10 % de bioéthanol. Si la combustion du biodiesel nécessite peu d'aménagement, ce n'est pas le cas du bioéthanol. A des teneurs faibles, aucun problème, mais à taux élevés l'acide de l'alcool attaque l'ensemble du circuit moteur, du réservoir à l'injection jusqu'au pot d'échappement. Mais les constructeurs sont rodés. Présents sur le marché brésilien, les 5 modèles déjà disponibles en France sont « made in Flex ». La solution de bicarburation inventée au Brésil (et qui représente 75 % des ventes) permet aux véhicules équipés de rouler indépendamment à l'essence ou à l'E85.

Du champ à la roue ?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les biocarburants ne sont pas forcément propres. Ils émettent même à peu près autant de CO2 que l'essence. Ils polluent par contre un peu moins, avec des rejets réduits d'oxyde d'azote et de monoxyde de carbone. Mais le principal avantage des biocarburants est que le CO2 dégagé ne s'ajoute pas aux quantités déjà présentes. Sa combustion ne fait que restituer à l'atmosphère la dose de CO2 capturée par la plante lors de sa croissance. C'est déjà ça.
Pour espérer tenir ses ambitions, la production de biomasse en Europe va au cours des prochaines années presque tripler, atteignant, en 2010j les 188,5 millions de tonnes équivalent pétrole (tep), contre 69 en 2003. Selon les projections de l'Agence Européenne pour l'Environnement, la production de la France avoisinera à cette date les 31,4 millions de tep. Devançant l'Allemagne (26,2), la Pologne (23,8), l'Espagne (16,5) et l'Italie (16,2). « Environ 15 % des surfaces actuellement cultivées en céréales, betteraves et oléagineux seront utilisés pour les biocarburants » estime Xavier Beulin, président de la FOP, la Fédération française des producteurs d'oléagineux et protéagineux.

Une question demeure. Celle de l'impact global de la filière. Perçu par les « énergiculteurs » comme une opportunité de revaloriser les terres laissées en jachère, ces productions agricoles dédiées aux biocarburants s'annoncent intensives ce qui signifient recours aux pesticides et aux engrais, voire aux plantes génétiquement modifiées, comme cela se pratique au Brésil ou aux Etats-Unis.

Maxence Layet
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

APRE S LE GLYPHOSATE LE NOUVEAU SCANDALE PHYTOSANITAIRE S APPELLE CHLORPYRIFOS

Après le glyphosate, le nouveau scandale phytosanitaire s’appelle chlorpyrifos

C'est un pesticide interdit en France et pourtant on en retrouve des résidus dans les fruits et légumes vendus en rayon. Le chlorpyrifos, encore autorisé dans l'Union européenne, doit être réévalué par la Commission européenne, sa licence d'autorisation de mise sur le marché arrivant à échéance....

Inondation champs de mais Nebraska ScottOlson GettyImage NorthAmerica AFP

Le manque de maïs attendu mondialement dès 2020 illustre l’impact systémique du changement climatique

Le Midwest américain a les pieds dans l’eau. Ces inondations, qui risquent de devenir la norme face au réchauffement, empêchent les agriculteurs de semer le maïs. D’ores et déjà, le gouvernement américain prévoit une production en recul de presque 10 % cette année. Un impact considérable sur l’offre...

Catherine geslain Laneelle FAO agriculture Xavier Remongin agriculture

La candidate française à la présidence de la FAO envisage toutes les solutions pour lutter contre la faim, y compris les OGM

La candidate de l'Union européenne à la présidence de l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations unies (FAO), la Française Catherine Geslain-Lanéelle, souhaite que "toutes les solutions" soient envisagées pour éradiquer la faim sur la planète, y compris l’utilisation des OGM et...

Tomates bio sous serres en hiver symbole industrialisation de la filiere

Des tomates sous serre en hiver, symbole de la dérive du bio

Des tomates cultivées sous serres chauffées au mois de mars peuvent-elles être labellisées bio ? Pour l'instant oui, mais les acteurs historiques du bio veulent faire interdire cette pratique qui va à l'encontre des valeurs environnementales et sociales qu'ils portent. Un combat contre...