Publié le 29 mars 2007

ENTREPRISES RESPONSABLES

Voyage sncf s'engage dans la responsabilité sociale

Premier site de tourisme français, filiale de la SNCF, Voyage SNCF innove. Forte de son succès, elle met en place, à l'initiative de ses salariés, une politique de responsabilité sociale. Après l'éco comparateur qui a sensibilisé les voyageurs aux émissions de CO 2 générées par leurs déplacements, elle espère mobiliser les voyagistes sur le tourisme responsable.

108245_GF.jpg

L'eco-comparateur, lancé en octobre 2006 par Voyage Sncf .com, fait l'objet d'une nouvelle campagne publicitaire. L'idée de départ de ses promoteurs était d'inciter les visiteurs du site Internet à comparer les modes de déplacements (train, voitures, avion) sur d'autres critères que le seul prix en associant le temps de voyage mais aussi les émissions de CO2 générées. L'impact du lancement de cet outil, conçu avec l'Ademe, a été d'autant plus important qu'Air France, outré par les données comparatives sur le CO2 entre le train et l'avion, l'a attaqué en référé. Ce "procès en CO2", une première du genre, a été intenté conjointement par Air France et British Airways. La première contestait les données sur les émissions de CO2, la seconde estimait qu'il s'agissait de publicité mensongère. Elles ont été toutes deux déboutées et ont finalement assuré la promotion de l'éco-comparateur. Depuis, l'Europe a en outre décidé que les compagnies aériennes devaient intégrer le marché des émissions de gaz à effet de serre. Enfin, le grand public est désormais familiarisé avec l'idée que le train est beaucoup moins émetteur de CO 2 que l'avion. « Nous avons été plus que surpris par l'emballement médiatique autour de l'éco-comparateur et la violence de l'attaque d'Air France» explique Christophe Léon, directeur marketing de Voyage SNCF. « Cette idée est née chez nos salariés qui voulaient donner du sens aux excellents résultats financiers que nous leur avions annoncé fin 2005. Nous ne pensions pas toucher un sujet aussi sensible
Pas découragée pour autant, Voyage SNCF a mis en place une démarche plus large de responsabilité sociale d'entreprise. Ses 170 salariés, dont la moyenne d'âge est de 28 ans, poussent à la roue. Sur le plan environnemental, elle a fait son propre bilan carbone et passé un partenariat avec Action Carbone pour compenser ses émissions de gaz à effet de serre. Sur le plan social, elle a adopté une politique envers les handicapés qui porte sur l'accessibilité du site et le recrutement. Toutes ces démarches ont abouti à des interrogations sur le métier même de distributeurs de voyages à prix défiant toute concurrence ce qui suppose des tarifs négociés au plus bas avec les fournisseurs.

Promotion du tourisme responsable

Voyage SNCF s'est lancé dans une nouvelle opération, tout aussi ambitieuse : mobiliser voyageurs et voyagistes sur le tourisme responsable. Conscient des enjeux développement durable liés au tourisme (voir dossier lié) et de l'impact du tourisme de masse dont elle fait la promotion, Voyage SNCF.com s'est demandé comment mettre en avant des offres alternatives plus responsables, plus équitables, plus solidaires bref susceptibles d'être plus favorables aux habitants des pays visités par les touristes. « Nous avons 9 millions de visiteurs par mois, nous sommes le premier vendeur de voyages en France. Cela nous donne du poids auprès des voyagistes et des distributeurs » explique Christophe Léon. « Nous avons donc organisé les premiers trophées du tourisme responsable qui seront remis en septembre 2007. » Les 8 lauréats qui peuvent être des professionnels du tourisme, des collectivités ou même des particuliers auront la garantie d'avoir une forte visibilité sur Voyage Sncf.com. Les projets sélectionnés devront faciliter le développement culturel, social, écologique et économique des populations concernées. Huit catégories ont été définies qui vont du voyage humanitaire au tourisme équitable en passant par le voyage et le handicap, la protection de l'environnement ou le tourisme d'affaires responsable. Les candidats peuvent se manifester jusqu'à la fin du mois d'avril.
« Nous sommes prudents et nous ne savons pas encore quel impact aura cette initiative » précise Christophe Léon. «Nous nous sommes entourés de nombreux partenaires parce que nous ne voulons pas dénaturer les initiatives qui existent aujourd'hui et sont encore à une échelle modeste. Notre ambition c'est aussi de sensibiliser les grands voyagistes au développement d'une offre de tourisme responsable qu'attendent certains clients. Nos premiers contacts sont plutôt positifs
Le premier défi est de créer une demande de tourisme responsable. Voyage SNCF a voulu la mesurer avec une étude sur le sujet dont elle a publié les résultats le 29 mars 2007*. Si 27 % des voyageurs avaient déjà entendu parler de la notion de tourisme responsable, 2 % seulement estiment bien la connaître et 91 % d'entre eux souhaiteraient avoir plus d'information. La catégorie des personnes âgées de plus de 35 ans à niveau de revenus et de diplômes élevés a le plus d'idées sur le sujet mais l'associe surtout aux notions de respect de l'environnement naturel et culturel ainsi que des populations.
Pour le distributeur de voyages, le plus important ce sont les déclarations d'intention de ces voyageurs après information. La moitié d'entre eux seraient prêts à partir pour un voyage responsable, en France ou à l'étranger, 65 % seraient prêts à verser 5 % du prix de leur voyage à une association pour faire de la compensation carbone des émissions de CO 2 générées par leurs déplacements.*
Comme pour tous les autres sujets touchant au développement durable, il y a souvent un grand décalage entre les déclarations d'intention et le passage à l'acte. Si Voyage sncf.com convainc les voyagistes de proposer une offre de tourisme responsable pour répondre à cette demande potentielle, les chiffres de souscription montreront rapidement si, à l'image du commerce équitable, le tourisme responsable peut devenir une nouvelle dimension de la consom'action.

*Etude réalisée du 9 au 13 mars 2007 par téléphone auprès de 1002 français voyageurs de 18 ans et +

A.C.Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Pour leur première déclaration de performance extra-financière, les entreprises associent mieux stratégie et gestion des risques

Les premières déclarations de performance extra-financière des entreprises françaises, issues de la réforme européenne du reporting, ont été publiées cette année. Plusieurs cabinets de conseil ont décortiqué la façon dont les entreprises se sont livrées à l’exercice. Si les rapports permettent...

FDJ Capture ecran

[À l’origine] De la tombola pour les Gueules cassées à la Française des Jeux

À la fin de la Première guerre mondiale, les soldats mutilés de la Face se retrouvent démunis. Rejetés par la société, ils ne bénéficient pas de pensions d’invalidité. Pour subvenir à leur besoin, ils ont l’idée d’une tombola. Face au succès, elle donnera lieu à une entreprise d’État : la Française...

Eric Zemmour Concention de la droite SameerAl Doumy AFP

Ferrero, Groupama, Monabanq, la Maif, la Maaf et PSA ne veulent pas associer leur marque à Éric Zemmour

Le retour d’Éric Zemmour sur CNews ne passe pas inaperçu alors que celui-ci a tenu un discours très virulent sur l’immigration lors de la Convention des droites fin septembre. Bien que la chaîne du groupe Canal+ assure qu’il ne s’agit pas d’une tribune ouverte, plusieurs marques mises sous pression...

À partir de 2025, le géant de l’agroalimentaire Unilever veut collecter plus de plastique qu’il n’en vend

La pression devient grande sur l’abus d’emballages en plastique dans l’agroalimentaire. Véritable risque pour les entreprises, deux mastodontes, Coca et PepsiCo, avaient déjà annoncé vouloir diminuer leur empreinte. Cette fois-ci, l’une des plus grandes entreprises agroalimentaires veut...