Publié le 23 février 2017

ENTREPRISES RESPONSABLES

Uberisation : de Paris à Londres, les lignes bougent

Syndicats de VTC et représentants d’Uber discutent, cette semaine à Paris, des conditions de travail et de rémunération des chauffeurs. Parallèlement, à Londres, plusieurs plateformes, dont Uber, ont reconnu qu’elles seraient toujours "viables" si elles employaient des salariés et non plus des travailleurs indépendants. La loi britannique pourrait bientôt les y inciter. Explications.

Dan Warne, directeur de la plateforme de livraison de repas Deliveroo, concède que l'entreprise resterait viable si une nouvelle loi imposait de ne plus s’appuyer sur les auto-entrepreneurs.
Daniel Leal-Olivas / AFP

Et si Uber était en voie de changer ses pratiques ? Pour la première fois en France, hier, les syndicats VTC (véhicules de transport avec chauffeur) et les représentants de la plateforme de réservation se sont entretenus. 

Depuis des mois, les chauffeurs VTC multiplient les manifestations. Ils réclament de meilleures conditions de travail et une meilleure rémunération. "Je travaille 70h par semaine et je gagne entre 1100 et 1200 euros par mois", témoignait alors un chauffeur.

En décembre, la hausse des commissions d’Uber, passées de 20 à 25%, a mis le feu aux poudres. "Rien ne la justifie. Uber n’a aucun coût lié aux voitures : le gazole, les réparations, la TVA... Tout est à la charge du chauffeur", expliquait Helmi Mamlouk, président de CAPA-VTC. 

Hier, un "vrai dialogue" a commencé, estime le syndicat. Rien de concret pour le moment, mais à l’issue de la réunion de cinq heures, Uber s’est engagé à évoquer sa politique tarifaire le 15 mars prochain.

 

La fin de la "gig economy" ?

 

De l’autre côté de la Manche, les lignes semblent également bouger. Hier, Amazon, Deliveroo, Hermes et Uber, quatre entreprises incarnant la "gig economy" – littéralement "l’économie des petits boulots", ont été interrogés par les députés britanniques du Comité des travaux et pensions. 

90 minutes au cours desquelles les quatre entreprises ont reconnu qu’elles seraient "encore viables" si une nouvelle loi leur imposait de ne plus s’appuyer sur les auto-entrepreneurs. "Nous ne fermerions pas', a déclaré Dan Warne, le directeur de Deliveroo, plateforme de livraison de repas. "Nous continuerions à fonctionner comme une entreprise", a ajouté Carole Woodhead, cheffe de la direction de Hermes, plateforme de livraison de colis. 

Les députés ont vivement critiqué le statut d’auto-entrepreneur imposé aux chauffeurs VTC, qui les prive d’un salaire minimum, d’une assurance ou encore de congés maladies. Un manque à gagner pour le Trésor britannique, dont le déficit est estimé à 6 milliards de livres sterling. 

 

Flexibilité unilatérale

 

Les quatre entreprises ont tout de même défendu une "flexibilité" de l’emploi "nécessaire". "Une flexibilité unilatérale" a rétorqué le président du comité Frank Field. Ce député travailliste est un fervent partisan d’un salaire minimum (après prise en compte des frais d’essence et d’assurance) pour les travailleurs indépendants liés à des sociétés comme Uber ou Hermes. 

La première ministre Theresa May a justement lancé une enquête sur le sujet afin de revoir la loi. Une loi "obsolète", selon les quatre entreprises. "Il y a très peu de clarté dans le droit du travail. Vous ne savez pas où se trouve la limite", a expliqué Andrew Byrne, responsable de la politique publique d’Uber au Royaume-Uni. 

En France, plusieurs plaintes ont été déposées pour "salariat déguisé" contre Uber. Le syndicat Unsa s’apprête à entamer une procédure collective de requalification en salariat pour ses chauffeurs VTC. 

Marina Fabre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Convention citoyenne climat

Convention citoyenne : le patronat rejette une écologie "punitive" mais s’accorde sur une nécessaire transformation

Bilan carbone annuel, CO2 score, télétravail... De nombreuses propositions de la Convention citoyenne pour le climat soutenues par Emmanuel Macron concernent les entreprises. Si certains économistes ont fustigé un programme de "décroissance", le Medef dit vouloir discuter et avancer pour réussir la...

Assemblee nationale Wikipedia

Les ONG demandent de conditionner les aides d’État au respect de la loi sur le devoir de vigilance

25% des entreprises que les ONG Sherpa et CCFD-Terre solidaire estiment concernées par la loi sur le devoir de vigilance ne publient pas de plan de cartographie et de prévention des risques. Un manquement qui devrait être sanctionné par le non-octroi d’aides d’État, demandent-elles, soutenues par...

Danone devient la première entreprise à mission du CAC40 et salue l'"audace" de ses actionnaires

En mai, Danone avait annoncé son intention de devenir société à mission. L’assemblée générale des actionnaires de ce 26 juin a entériné cette transformation, la première du genre pour une grande entreprise cotée, par un plébiscite avec 99,42% des voix. Une adhésion saluée par le président directeur...

Alexandra Palt2017 1 portrait Philippe Calandre pour LOreal

"L’Oréal doit évoluer dans les limites planétaires", selon Alexandra Palt, directrice de la Responsabilité sociétale et environnementale

Le géant de la cosmétique vient de dévoiler son nouveau plan de développement durable pour 2030 baptisé "L’Oréal pour le futur". Au programme : de nouvelles ambitions sur le climat mais aussi sur la biodiversité et le social. Alexandra Palt, directrice générale de la Responsabilité sociétale et...