Publié le 16 janvier 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Devoir de vigilance : les PME en première ligne, sans être assez accompagnées par les donneurs d'ordre

Bonne nouvelle : les obligations dues au devoir de vigilance permettent de diffuser les principes de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) dans toute la chaîne de valeur des entreprises. Mauvaise nouvelle : ces exigences pèsent en particulier sur les PME sans qu’elles soient réellement accompagnées par les donneurs d’ordres. Pire, ceux-ci ne se montrent pas suffisamment exemplaires, selon leurs fournisseurs qui leur reprochent des manquements de base comme l’allongement des délais de paiement.

PME fournisseurs donneurs ordre colis iStock
Les PME se voient de plus en plus sollicités sur la RSE par les donneurs d'ordre, notamment pour satisfaire aux exigences de la loi sur le devoir de vigilance dans la supply chain. Des exigences qui peuvent peser lourdement sur les PME
@xubingruo

Trois ans après l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance, celui-ci s’ancre dans la gestion de la chaîne de valeur. Pour satisfaire leurs obligations de prévention et de réduction des risques environnementaux et sociaux, les donneurs d’ordre demandent de plus en plus à leurs fournisseurs des données sur leurs actions et résultats en matière de responsabilité sociétale (RSE). Tant et si bien que pour Guillaume de Bodard, de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) : "Le devoir de vigilance a tout simplement été délégué aux PME".

Près de 80 % des PME françaises sont ainsi sollicitées par leurs donneurs d’ordre sur les sujets de RSE selon une étude Pwc-Orse-Bpifrance, que ce soit pour signer une charte ou un code de conduite, se déclarer en conformité avec les principales normes sociales et environnementales (santé/sécurité, gestion des déchets, éthique des affaires ou droits humains), signer des clauses dans leur contrat ou se soumettre à une évaluation extra-financière.

La RSE, un passage obligé mais peu valorisable

Versant positif, selon la majorité des dirigeants interrogés, ces exigences permettent aux PME d’améliorer leurs offres, leur process et leur gouvernance. Souvent, cela leur permet même d’améliorer leurs relations avec leurs clients, en discutant sur des critères autres que financiers. Les PME sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à s’engager dans des processus de labellisation RSE, même si leurs clients ne l’exigent pas. Revers de la médaille, les fournisseurs estiment que ces nouvelles exigences pèsent beaucoup sur leurs épaules, pas toujours assez larges pour y faire face. D’autant que leurs plus gros clients, les grands groupes donneurs d’ordre, ne se montrent pas toujours exemplaires.

Ainsi, si la RSE est devenue un passage quasi obligé pour permettre aux PME d’accéder aux marchés, "celle-ci a encore peu d’impact sur les prix de vente", souligne Jérémy Houssin, consultant en stratégie chez PwC France. Les entreprises qui répondent aux exigences de leurs donneurs d'ordres n'obtiennent pas de valorisation financière, assurent 80 % des interrogés. De plus, les PME n’ont aucun retour sur les informations envoyées via les nombreux questionnaires extra-financiers ou sur les audits réalisés, pourtant chronophages.

Un manque de cohérence des donneurs d'ordres

Les donneurs d’ordre sont peu nombreux à accompagner les PME pour structurer leur politique RSE, que ce soit à travers des aides financières (6 %), des formations (13 %) ou la définition d’un plan d’action (39 %). Pourtant, pour pouvoir diffuser les exigences RSE sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement, les donneurs d’ordres délèguent souvent à leurs fournisseurs directs (de rang 1) le soin de répercuter ces exigences sur leurs propres fournisseurs (de rang 2), souligne Rebecca Strekelorum professeur à ICN Business School Artem.

Enfin, les donneurs d’ordres ne respectent pas toujours certaines obligations minimales en termes de contractualisation, dénoncent près de 70 % des PME interrogées. Ils mettent en avant une pression sur les prix, des clauses contractuelles déséquilibrées et des délais de paiement à rallonge. Selon une étude publiée en juin dernier par le Médiateur des entreprises, les retards de paiements se sont aggravés en 2019 et conduisent à la faillite de plus d’une entreprise sur quatre. Résultat, ce sont parfois les fournisseurs, notamment des TPE, qui refusent de travailler avec certains donneurs d’ordre en raison de leurs pratiques environnementales ou sociales.

"La confiance entre les fournisseurs et les donneurs d’ordre n’est pas là. Aujourd’hui, les TPE-PME ne croient pas les discours, même s’ils peuvent être traduits dans la réalité, portés par les grands groupes et grandes ETI", estime le médiateur des entreprises Pierre Pelouzet. "Il faut être cohérent : on ne peut pas demander plus de RSE aux PME sans leur donner les moyens de le faire et en leur déléguant toute la responsabilité, via des clauses contractuelles par exemple. Certes, sur le temps long les achats responsables progressent, mais nous sommes aujourd’hui dans l’urgence et celle-ci n’est pas adressée".

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Comment mieux prendre en compte la dimension extra-financière dans le financement des PME ?

Alors que de plus en plus de PME et de TPE adoptent une stratégie de responsabilité sociétale (RSE), les acteurs financiers doivent suivent le mouvement et mieux intégrer les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) estiment l’Observatoire de la RSE. Pour ce faire, il...

Les PME et la RSE : l'esprit oui, les lourdeurs non !

Les dirigeants de PME et de TPE entretiennent une relation ambigüe avec la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE). S’ils en partagent largement l’esprit, ils en regrettent les travers administratifs et en questionnent la sincérité, notamment de la part des grands groupes. Ils sont...

CPME et syndicats s'entendent pour développer la RSE dans les PME

Après des mois de consultation, la CPME (organisation patronale des PME) et les cinq principales organisations syndicales ont publié une délibération commune appelant à développer la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Celle-ci prévoit notamment une labellisation pour les PME...

L'État doit récompenser les PME vertueuses en matière RSE, selon François Asselin (CPME)

Depuis février, la CPME (Confédération des PME) mène une concertation avec les syndicats sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) dans les PME/TPE. Objectif : encourager les petites entreprises à développer de telles pratiques en allégeant leurs obligations. Une concertation...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

Devoir de vigilance : les entreprises sont de plus en plus poursuivies en justice par des ONG

La France a été le premier pays de l'Union européenne à se doter d'une loi sur le devoir de vigilance obligeant les multinationales à prendre en compte leurs impacts environnementaux et sociaux sur l'ensemble de leurs chaînes de valeur. Deux ans après, onze procédures ont été lancées contre Casino,...

Reporting alphaspirit

Reporting ESG : la France veut faire preuve d’exemplarité au risque de la complexité

Comment traduire la loi Pacte en pratiques environnementales et sociales homogènes des entreprises pour démontrer l’excellence française ? Comment imposer par la loi de nouvelles obligations de reporting sur le climat et la biodiversité aux investisseurs ? Le gouvernement accélère pour rendre plus...

Olivia Gregoire secretaire d E tat Bercy Clarisse Gallois Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le gouvernement lance Impact, une plateforme pour enseigner aux entreprises le reporting extra-financier

Faire des rapports sur des données financières, c’est facile pour une entreprise. Mais reporter son impact environnemental, être transparent sur ses vertus sociales ou mesurer sa gouvernance, un casse-tête pour des milliers de PME qui devront pourtant se prêter à l’exercice dès 2023 selon le droit...

Les écarts salariaux dans les grands groupes deviennent un risque RSE surveillé par les actionnaires

Les rémunérations ahurissantes des dirigeants de grands groupes cotées ne passent plus. Aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, les votes contre les rémunérations se sont enchaînés comme jamais lors des premières assemblées générales qui se sont tenues en 2021. En pleine crise sanitaire, quand ces...