Publié le 24 janvier 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Donner plus de pouvoirs aux salariés pour prévenir les crises industrielles

À l’occasion de l’affaire Lactalis, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez expliquait qu’il fallait libérer la parole des salariés pour mieux prévenir et comprendre les dysfonctionnements. Une prise de position qui fait écho aux discussions sur le renforcement du pouvoir des salariés dans les organes de surveillance des entreprises par le biais de la codétermination. Mais qui en interroge aussi les limites.

Le renforcement de la co-détermination, qui fait plus de place aux salariés dans les conseils de surveillance, est à l'étude à travers le Pacte.
istock

Libérer la parole des salariés dans l’entreprise permettrait de mieux prévenir les crises environnementales et sanitaires qui mettent en danger les consommateurs, la planète et la réputation des entreprises. C’est l'avis de Philippe Martinez, numéro 1 de la CGT, qui s'exprimait le 15 janvier au micro de France Inter, à l’occasion de l’affaire Lactalis.

Donner plus de parole et de pouvoirs aux salariés au sein de l’entreprise est l’un des points abordés dans la grande réflexion en cours sur la réforme de l’entreprise dans le cadre du projet de loi Pacte . C'est ce qu'on appelle la codétermination, soit le renforcement de la présence des salariés aux conseils d’administration et de surveillance des entreprises.

De nombreux syndicats, chefs d’entreprise, universitaires et politiques se font les chantres d’une codétermination à la française, qui concernerait non plus seulement les très grandes entreprises mais aussi des grandes PME et les entreprises cotées.

Plus de réflexion sur les questions de responsabilité

Cette mesure permettrait notamment aux entreprises de "mieux prendre en compte les variables non financières et les impératifs de leur responsabilité sociale et environnementale (RSE)", écrivent 91 personnalités dans une tribune publiée dans Le Monde le 5 octobre 2017.

En effet, selon une étude de l’IFA, l’Institut français des administrateurs, "ce sont les administrateurs salariés qui accordent le plus d’importance à la prise en compte des risques humains (santé, sécurité, climat social, etc.) ainsi qu’aux enjeux humains liés à l’évolution stratégique de l’entreprise".

C’est aussi ce que souligne Marylise Léon, la secrétaire nationale chargée du dossier responsabilité sociale et environnementale des entreprises pour la CFDT, un syndicat très investi sur la question de la codétermination. "Les questions de sécurité dans les industries sont souvent portées par les représentants des salariés car, avant d’être des risques environnementaux ou sanitaires, ce sont aussi souvent des risques professionnels sur lesquels ils sont en première ligne", souligne-t-elle.

Mais la tâche des administrateurs salariés n’est pas aisée : "Nous ne voulons pas non plus être cantonnés à ces sujets. Et il faut savoir que dans beaucoup d’entreprises, la RSE est souvent abordée en fin de séance, un peu à la va-vite", déplore Valérie Coulon, administratrice salariée chez Air France.

Libérer la parole au-delà du seul conseil d’administration

Pour assurer une meilleure prévention des risques et des crises, la libération de la parole des salariés doit donc se diffuser bien plus largement que dans les conseils de surveillance. "Il faut un lien étroit entre les salariés, les IRP (instance de représentation du personnel, NDLR) les organisations syndicales et les administrateurs pour mieux faire remonter ces questions. C’est ce maillage complémentaire qui est important", et qui doit être mis en place dans tous les types d’entreprises, grandes ou petites, estime Fabrice Angeï, secrétaire confédéral CGT.

Pour Martin Richer, fondateur et président du cabinet de conseil Management & RSE, la codétermination n’est pas non plus l’arme absolue pour la prévention des crises si elle n’est pas accompagnée d’une bonne gouvernance au sens large. Elle doit être associée à un dialogue renforcé avec d’autres parties prenantes externes, au premier titre desquels les clients, au sein de comités spécifiques par exemple.

"L’important est surtout d’avoir des contre-pouvoirs. Dans les entreprises où ils sont absents, on prend les mauvaises décisions", assure-t-il. Il en veut pour preuve l’affaire emblématique du 'Volkswagate'. Dans cette entreprise, emblématique de la codétermination, où les salariés occupent depuis des années la moitié des sièges au conseil de surveillance, la collusion entre les représentants des salariés et la direction n’offrait plus de contre-pouvoir. Avec les effets que l’on connaît.  

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Repenser l'entreprise, le pari du gouvernement pour 2018

Les ministres de l’Économie, de la Transition écologique, du Travail et de la Justice ont lancé ce vendredi 5 janvier les travaux "sur la vision de l’entreprise dans la société" en présence des partenaires sociaux. Des travaux qui devraient alimenter le PACTE, le plan d’action pour la...

Repenser l’entreprise : l’assemblée repousse un texte PS en raison de la loi Pacte à venir

L’Assemblée nationale a repoussé jeudi une proposition de loi portée par les députés socialistes Dominique Potier et Boris Vallaud. Le texte avait déjà été rejeté en commission le 10 janvier. Pour les députés de la majorité, celui-ci empiète en effet sur les plates-bandes du Plan d’action...

Lactalis, un modèle opaque à contre-courant de la transparence exigée par la société

Alors que des perquisitions ont eu lieu au siège de Lactalis à Laval et dans l'usine de Craon (Mayenne), le groupe connu pour son manque de transparence, tente de donner le change avec un mea culpa dans une interview inédite dans la presse. Mais cela ne suffira pas. Avec cette affaire, le...

Volkswagen : une gouvernance syndicale défaillante

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Olivia Gregoire RSE Entreprises a mission Bris Rocher MinEconomie

Deux ans après le vote de la loi Pacte, Bercy veut accélérer le déploiement des entreprises responsables en France

La tempête du Covid-19 a mis en évidence la place clé des entreprises à œuvrer pour le bien commun. Au-delà de déclarations et d’actions ponctuelles, celles-ci peuvent inscrire dans leurs statuts cette volonté d’agir positivement en s’emparant de la raison d’être ou du statut d’entreprise à mission....

Emmanuel Faber Danone EricPiermont AFP

Emmanuel Faber, ex-Président de Danone, assure avoir été évincé par ceux qui misent sur les "recettes d’un passé ancien"

Deux mois après avoir été évincé de la présidence du groupe Danone, Emmanuel Faber livre sa version des faits dans le journal économique les Échos. Il dénonce la bataille menée par des membres du conseil préférant les méthodes d’avant la révolution brutale qu’a été la crise du Covid-19. Il évoque...

Schneider Electric Zero Carbon project Schneider

Neutralité carbone : Schneider Electric mobilise ses 1 000 premiers fournisseurs

Schneider Electric entend décidément rester en tête de la course en matière de transformation durable. Il lance l’initiative "Zero Carbon Project" pour accompagner les plus importantes entreprises de sa chaîne de sous-traitance. Il s’agit de diminuer de 50 % leurs émissions de CO2 d’ici 2025. De...

Loewe fabrication sac LVMH

Climat, eau, biodiversité… LVMH réhausse tous ses objectifs environnementaux en misant sur l'économie circulaire

Le groupe de luxe LVMH vient d’annoncer une nouvelle stratégie environnementale, baptisée Life 360. Celle-ci doit permettre à ses maisons d’être plus sobres tant dans la matière utilisée, dans la consommation d’eau que dans la consommation énergétique, en mettant en place une stratégie de...