Publié le 02 décembre 2016

ENTREPRISES RESPONSABLES

Pêche durable : le label MSC est-il fiable ?

C'est l'un des plus connus des consommateurs. Destiné à lutter contre la surpêche, le label MSC est critiqué par plusieurs ONG environnementales, dont le WWF, qui en est pourtant partie prenante. En cause : des irrégularités, des exigences à la baisse, voire des "conflits d'intérêts". Le consommateur peut-il faire confiance au label de pêche durable ? 

Le consommateur peut-il faire confiance au label de pêche durable ? Le label MSC est critiqué par WWF. Ci-dessus, pêche au thon albacore au large de la Thaïlande.
H3CT02 / iStock

Le label MSC (Marine Stewardship Council) pris sous le feu des critiques. Créé en 1997, il ambitionne "d’améliorer la santé des océans". Comment ? En certifiant des pêcheries, des conserveries, selon une gestion durable des stocks de pêche. Le but : permettre aux consommateurs de ne pas acheter des poissons menacés d'extinction.

Mais un rapport interne du WWF, membre des organes de gouvernance du label, remet en cause la certification MSC de certaines pêcheries. Particulièrement celle de la compagnie Maldives Pole & Line, spécialisée dans la pêche à la ligne de thons tropicaux (albacore et listao) dans l'océan Indien. Les stocks d’albacore sont faibles dans cette zone et aucun quota ne limite la quantité de capture. Face à l’objection du WWF, la certification de la pêcherie a été suspendue en avril 2016.

Le rapport de l'ONG dénonce des "exigences de labellisation en baisse", des "irrégularités" et même des "conflits d’intérêts".

 

Le label est-il efficace ? 

"Les pêcheries labellisées s’améliorent", note le MSC dans son rapport annuel sur les impacts environnementaux. "Les stocks de poissons sont en meilleure santé".

 

Les exigences du label ont elles baissé ?

Non, selon Jo Gascoigne, certificatrice indépendante du label MSC depuis 8 ans. "Au contraire, les critères sont de plus en plus exigeants." Mais pour WWF et Greenpeace, la certification de l’empereur, poisson des grands fonds dont la reproduction est lente, ou celle de pêcherie de thons dans l’océan Indien, est "un non sens" pour le label. "Les stocks sont surexploités", estime François Chartier de Greenpeace.

 

Y a-t-il conflit d’intérêt ?

75% du budget de MSC provient de la labellisation de produits. "Notre organisation est à but non lucratif, notre budget sert surtout à faire avancer le référentiel et sensibiliser les consommateurs", se défend le MSC. Depuis sa création, 23 000 produits ont été labellisés. Une croissance qui révèle un intérêt grandissant des pêcheries pour le label, estime-t-il. Greenpeace y voit plutôt une volonté de "certifier un maximum de volume ou de pêcheries au détriment des performances environnementales".

 

Droits humains.

François Chartier dénonce l’absence de critères de droits sociaux et humains. Il pointe les atteintes aux droits des travailleurs de l’entreprise thaïlandaise Union, maison mère de Petit Navire, certifiée par MSC. Il estime que ce label est "moins pire" que les autres mais ne le juge globalement pas digne de confiance.

Le WWF estime quant à lui, au moins officiellement, que le label MSC reste à ce jour crédible sur la pêche durable. 

Marina Fabre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Comment Bloom et Intermarché se sont alliés pour une pêche durable

Il était difficile d'imaginer une issue heureuse aux passes d'armes répétées entre l'ONG de défense des océans Bloom et la flotte du groupe Intermarché. Pourtant, ils se sont finalement retrouvés autour d'une ambition commune : supprimer la pêche en eau profonde et construire une filière...

Préserver l’océan, un enjeu économique... à 24 000 milliards de dollars

Mettre l’océan au cœur des négociations de la Conférence climatique de Paris. C’est le sens de la pétition internationale lancée hier par la plateforme Océan & Climat pour mobiliser les États. L’ONG Green Cross a également publié le même jour une déclaration de Paris, avec des propositions...

Le Sénégal veut reprendre la main sur ses ressources de pêche

Après avoir suspendu toutes les licences de pêches étrangères pour les petits pélagiques en 2012, le gouvernement sénégalais de Macky Saal se lance aujourd'hui dans la lutte contre la pêche illégale. Mais le pays manque cruellement de moyens pour contrôler ses sept cents kilomètres de...

Chalutage en eaux profondes: la bataille va se jouer dans l'assiette

Le 10 décembre, le Parlement européen a rejeté l'interdiction du chalutage en eaux profondes dans l'Atlantique nord-est. Le sujet divise depuis des années les industriels de la pêche,fortement mobilisés pour enrayer les restrictions sur cette pêche, et plusieurs ONG européennes, en...

Travail forcé en Thaïlande : Nestlé, accusé, déploie un plan d’action pour sécuriser sa chaîne d’approvisionnement

Aux États-Unis, il y a un an, Nestlé faisait face à des accusations pour soutien délibéré au travail forcé dans les pêcheries thaïlandaises. Après une période de déni, le groupe a adopté un plan d'action pour sécuriser sa chaîne d'approvisionnement. Mais son efficacité reste à démontrer,...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Economie collaborative economie du partage melitas

Airbnb, symbole d'une économie collaborative obligée de se réinventer après le Covid-19

2020 devait être une année florissante pour l’économie collaborative, les entreprises du type Uber, Delivroo, Blablacar.... Mais le Covid-19 a marqué un coup d’arrêt à la croissance exponentielle du secteur. Ainsi, Airbnb qui devait entrer en bourse cette année et a finalement dû se séparer du quart...

Action iStock gesrey

La Plateforme RSE demande des actes aux entreprises en matière de responsabilité sociétale

Face à la crise du Covid-19, la Plateforme RSE, l’instance de concertation sur la responsabilité sociétale des entreprises placée sous l’égide du Premier ministre, appelle à passer de la "parole aux actes". Une prise de position pas si fréquente pour cette instance qui réunit des voix aussi diverses...

Danone se dit prêt à devenir la première "entreprise à mission" du CAC40

Dans un monde ébranlé par l'épidémie de Covid-19, le géant agroalimentaire Danone va proposer à ses actionnaires de devenir une "société à mission" pour renforcer ses engagements sociaux, environnementaux et créer de la "valeur durable", annonce le groupe. Cette proposition présentée lors du conseil...

Restaurateurs assurances coronavirus

Covid-19 : l’étau se resserre autour des assureurs après qu'un restaurateur ait eu gain de cause face à Axa

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent...