Publié le 24 avril 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Patagonia, Apple, Starbucks, Delta : ces entreprises qui défient Donald Trump

La coalition d’entreprises américaines We are still in, qui s’était mobilisée pour le climat après l’annonce de Donald Trump du retrait américain de l’Accord de Paris, vient de lancer une nouvelle campagne intitulée : "We are taking action" (Nous prenons des mesures). Mais certaines entreprises n'ont pas attendu cet élan collectif pour aller au-delà de la déclaration d'intention et entrer dans l'action pour montrer leur opposition à Washington.

Donald Trump a levé la protection sur le parc national Bear ears.
@Patagonia

1. Patagonia poursuit l’administration Trump en justice pour sauver un territoire protégé

Cela a commencé par une compagne sur les réseaux sociaux intitulée "The President stole your land" (Le Président vole votre terre). Elle a suscité plus de 3 millions de réactions chez les Américains. Puis la campagne s’est transformée en une plainte officiellement déposée, en décembre 2017, par Patagonia, qui se définit comme une marque "activiste". Se sont joints des associations environnementales et scientifiques, ainsi que plusieurs autres marques de vêtements outdoor (dont The North Face).

Cette large coalition défie l’administration Trump, en accusant le Président américain d’avoir illégalement révoqué une grande partie de la protection du Monument national de Bears Ears. Ce parc est un lieu sacré et culturel pour les Amérindiens, tout autant qu’un haut lieu de connaissances scientifiques sur le climat et un spot très apprécié des amateurs de sports de plein air.

2. Starbucks promet d’employer 10 000 réfugiés en réponse à la politique migratoire

En janvier 2017, le travel ban qui restreint sévèrement l’accès du territoire américain à l’encontre des ressortissants de plusieurs pays musulmans a provoqué une vague d’indignation chez les entreprises américaines. 160 d’entre elles, beaucoup dans la Tech, ont soutenu la plainte portée par les procureurs généraux de Washington et du Minesota pour retirer ce texte.

La chaîne de café Starbucks ira encore plus loin. Le PDG de Starbucks, Howard Schultz, connu pour ses engagements politiques démocrates, fait la promesse d’embaucher 10 000 réfugiés (des personnes ayant fui les guerres, les persécutions et discriminations) d’ici 2022 dans les 75 pays où il est présent. Aux États-Unis, les réfugiés ayant travaillé pour l'armée américaine, comme interprètes par exemple, sont prioritaires. Autre mesure anti-Trump : un fort investissement de la chaîne de café au Mexique, où il possède déjà 600 cafés et emploie 7 000 personnes, histoire de "construire des ponts et non des murs", avec son voisin ! 

Lors du Superbowl 2017, d’autres marques comme le whisky Johnnie Walker ou l’enseigne de bricolage 84 Lumber diffuseront eux des spots très engagés en faveur de l’immigration. Un show regardé par 11,3 millions de téléspectateurs et où les 30 secondes de réclame coûtent environ 5 millions de dollars !

3. Apple lance un green bond pour répliquer à la sortie de l’Accord de Paris

En juin 2017, deux semaines après l’annonce par Donald Trump de la sortie des États-Unis de l’Accord de Paris, la marque à la pomme a décidé de montrer son soutien à la lutte contre le changement climatique par une action forte. Elle émet une obligation verte d’un milliard de dollars pour développer les énergies renouvelables. Le signal de Tim Cock, PDG de la marque à la pomme, est d’autant plus fort que la firme californienne, dotée d’une trésorerie de 250 milliards de dollars, n’avait pas nécessairement besoin de cette nouvelle ligne de crédit.

Six mois plus tard, en avril 2018, Apple annonce que tous ses sites en propre (hors fournisseurs) dans le monde sont alimentés à 100 % en énergies renouvelables. Pour ses Apple store, qui ne peuvent être connectés directement à une énergie d'origine renouvelable, l'entreprise utilise des certificats d'énergies renouvelables.

4. Delta Airlines tourne le dos à la NRA, le lobby des armes, soutenu par Donald Trump

La tuerie de Parkland, le 14 février dernier, semble avoir été celle de trop pour les acteurs économiques américains. Des investisseurs et distributeurs liés au commerce des armes prennent des mesures pour restreindre la vente libre, mais des marques grand public n’étant pas liées par leurs activités à ce type de commerce décident aussi de prendre des mesures fortes.

C’est le cas d’une vingtaine d’entre elles dont des compagnies de location de voiture, des assurances, ou des compagnies aériennes comme United ou Delta Airlines. Outre l’arrêt de leurs donations, celles-ci n’offriront plus de traitement préférentiel aux membres du lobby des armes (NRA) et lui demandent de retirer toute mention les concernant.

Une mesure analysée par plusieurs observateurs comme une réponse au mouvement citoyen qui est monté très fortement après la tuerie, mais aussi à un mouvement montant d’entreprises se désengageant des institutions considérées comme Pro-Trump. Et ce n’est pas que symbolique : selon le New York Times, ces sociétés pourraient subir un retour de bâton de la part du camp républicain, très proche de la NRA. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud

 

Pour retrouver les bonnes pratiques de Patagonia et d'autres entreprises, rendez-vous sur la plateforme BiPiz, hébergée par Novethic


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Jeff Bezos veut aligner Amazon avec l’Accord de Paris et devenir un exemple à suivre

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon et homme le plus riche du monde, a mis tout le poids du géant de la distribution en ligne dans une campagne qui doit servir à aider à remplir les engagements climatiques de l'accord de Paris avec dix ans d'avance. Selon lui, si un mastodonte comme Amazon peut y...

Elisabeth borne agenda 2030

Objectifs de développement durable : la France présente ses priorités d'actions en restant floue sur les moyens

Avant sa présentation lors du sommet sur les ODD à New York la semaine prochaine, la France publie sa feuille de route pour les Objectifs de développement durable (ODD). Elle fixe six orientations prioritaires : une transition juste, une société bas carbone, la promotion d'éducation tout au long de...

Manifestation climat australie JennyEvans Getty AFP

Grève mondiale pour le climat : de plus en plus d'entreprises poussent leurs salariés à manifester

Le 20 septembre, trois jours avant le sommet onusien sur le climat, les jeunes vont se retrouver dans les rues du monde entier pour montrer leur détermination à lutter contre le changement climatique et appeler les acteurs étatiques et économiques à l’action. À cette occasion, de nombreuses...

ODD RDV manque

Les ODD, un rendez-vous manqué entre entreprises et investisseurs français

Adoptés en 2015 par l’ONU, les objectifs de développement durable (ODD) devaient permettre aux acteurs publics et privés d’utiliser un langage commun pour faire converger leurs actions. Pourtant si les grands acteurs économiques et financiers les ont bien intégrés dans leur communication et leur...