Publié le 26 septembre 2016

ENTREPRISES RESPONSABLES

ODD : le CAC40 se mobilise… doucement

Adoptés il y a tout juste un an par l'ONU, les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont pour but de promouvoir un développement respectueux des Hommes et de la planète. Ils ne sont pas seulement destinés aux gouvernements mais aussi aux entreprises du monde entier. Pourtant, si l'on en croit une étude qui vient de paraître sur le CAC40, les entreprises françaises commencent tout juste à percevoir l'importance de ces objectifs. Décryptage.

Les 17 objectifs de développement durable ont été adoptés en 2015 pour protéger la planète et garantir la prospérité de tous.
Nations Unies

Un an tout juste après l’adoption de l’Agenda 2030 et des 17 Objectifs de développement durable (ODD) par l’ONU, où en sont les grandes entreprises françaises dans leur prise en compte? À l’état embryonnaire, au vu de l’étude publiée par le cabinet B&L évolution.

Seulement 11 entreprises du CAC40 évoquent un ou plusieurs ODD et comment elles y contribuent dans leur document de référence publié début 2016. C’est le cas d’Airbus, BNP Paribas, Michelin, Publicis, Sanofi, Schneider Electric, Société Générale, Solvay, Total, Veolia et Vivendi. Pour le reste du CAC40 : 8 mentionnent le terme "Objectifs de développement durable", mais sans faire le lien avec les 17 ODD adoptés par les Nations Unies (ex : Alstom, Kering ou Accor), et 21 ne font pas même allusion aux ODD (L’Oréal, Carrefour, Engie ou Danone par exemple) !

Pour relativiser (un peu) ce mauvais score, Sylvain Boucherand, co-fondateur de B&L évolution, souligne que les documents de référence ont été rendus publics entre décembre et mars, soit 3 à 6 mois après l’adoption des ODD, et que la COP21 a complètement éclipsé le sujet dans l’Hexagone, même si la démarche, internationale était quand même menée depuis… 3 ans. "On peut donc considérer qu’il s’agissait d’un coup d’essai et espérer que l’an prochain, 99% du CAC40 aura réparé l’erreur. De nombreuses entreprises sont d’ailleurs en réflexion sur leur façon de prendre en compte les ODD. Mais il faut vraiment qu’elles fassent attention à ne pas rater le coche, car à l’étranger les entreprises se mobilisent", avertit le consultant.

 

Les ODD, opportunités business

 

Les 17 objectifs de développement durable ont été adoptés en 2015 pour protéger la planète et garantir la prospérité de tous. Ils concernent aussi bien l’éradication de la pauvreté que la promotion du travail décent, la réduction des inégalités ou la consommation responsable. Ils sont déclinés en 169 cibles (avec indicateurs). Ils s’adressent à tous les acteurs, publics ou privés, de tous les secteurs. Et ce, dans le monde entier.

Les entreprises multinationales sont fortement incitées à les prendre en compte dans leur stratégie. Et pour cause : "La contribution des entreprises est nécessaire à l’atteinte de ces objectifs – d’autant plus qu’elles sont souvent des leviers pour de nombreux enjeux (consommation des ressources naturelles, pollution, travail décent, égalité des sexes, réalisation d’infrastructures, etc.). C’est également une grande opportunité pour leur RSE et pour leur développement stratégique, surtout s’il elles en tirent de nouvelles pistes d’innovation. Si elles ne le font pas, elles passeront à côté du sujet", souligne Sylvain Boucherand. (Voir aussi notre article sur Les ODD, nouveaux caps de durabilité).

 

Du chemin à parcourir 

 

Les entreprises françaises ont encore du chemin à faire. L’étude montre que même les plus avancées d’entre elles n’en sont pas encore au stade de l’innovation, ou du moins en état de communiquer sur le sujet. "Il ne s’agit pour le moment que d’une mise en regard des politiques RSE existantes avec les ODD. Mis à part sur le climat, il n’y aucun engagement précis annoncé, ni orientation de la stratégie des entreprises pour y contribuer".

Par exemple, Michelin entend contribuer à l’objectif de promotion de l’agriculture durable (ODD N°2) en s’engageant à mieux cultiver les sols, quand Schneider Electric souhaite contribuer à la lutte contre le changement climatique (ODD N°13) en visant un bilan carbone neutre sur l’ensemble de ses sites d’ici 15 ans.

Quant aux petites et moyennes entreprises, tout aussi concernées, elles disposeront bientôt (début octobre) d'un guide pratique spécifique leur permettant d’amorcer leur réflexion sur le sujet (1).

(1) un guide réalisé par le Global Compact, la GRI et WBCSD destiné à tout type d'organisation est déjà disponible en français.  

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Economie collaborative economie du partage melitas

Airbnb, symbole d'une économie collaborative obligée de se réinventer après le Covid-19

2020 devait être une année florissante pour l’économie collaborative, les entreprises du type Uber, Delivroo, Blablacar.... Mais le Covid-19 a marqué un coup d’arrêt à la croissance exponentielle du secteur. Ainsi, Airbnb qui devait entrer en bourse cette année et a finalement dû se séparer du quart...

Action iStock gesrey

La Plateforme RSE demande des actes aux entreprises en matière de responsabilité sociétale

Face à la crise du Covid-19, la Plateforme RSE, l’instance de concertation sur la responsabilité sociétale des entreprises placée sous l’égide du Premier ministre, appelle à passer de la "parole aux actes". Une prise de position pas si fréquente pour cette instance qui réunit des voix aussi diverses...

Danone se dit prêt à devenir la première "entreprise à mission" du CAC40

Dans un monde ébranlé par l'épidémie de Covid-19, le géant agroalimentaire Danone va proposer à ses actionnaires de devenir une "société à mission" pour renforcer ses engagements sociaux, environnementaux et créer de la "valeur durable", annonce le groupe. Cette proposition présentée lors du conseil...

Restaurateurs assurances coronavirus

Covid-19 : l’étau se resserre autour des assureurs après qu'un restaurateur ait eu gain de cause face à Axa

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent...