Publié le 26 septembre 2016

ENTREPRISES RESPONSABLES

ODD : le CAC40 se mobilise… doucement

Adoptés il y a tout juste un an par l'ONU, les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont pour but de promouvoir un développement respectueux des Hommes et de la planète. Ils ne sont pas seulement destinés aux gouvernements mais aussi aux entreprises du monde entier. Pourtant, si l'on en croit une étude qui vient de paraître sur le CAC40, les entreprises françaises commencent tout juste à percevoir l'importance de ces objectifs. Décryptage.

Les 17 objectifs de développement durable ont été adoptés en 2015 pour protéger la planète et garantir la prospérité de tous.
Nations Unies

Un an tout juste après l’adoption de l’Agenda 2030 et des 17 Objectifs de développement durable (ODD) par l’ONU, où en sont les grandes entreprises françaises dans leur prise en compte? À l’état embryonnaire, au vu de l’étude publiée par le cabinet B&L évolution.

Seulement 11 entreprises du CAC40 évoquent un ou plusieurs ODD et comment elles y contribuent dans leur document de référence publié début 2016. C’est le cas d’Airbus, BNP Paribas, Michelin, Publicis, Sanofi, Schneider Electric, Société Générale, Solvay, Total, Veolia et Vivendi. Pour le reste du CAC40 : 8 mentionnent le terme "Objectifs de développement durable", mais sans faire le lien avec les 17 ODD adoptés par les Nations Unies (ex : Alstom, Kering ou Accor), et 21 ne font pas même allusion aux ODD (L’Oréal, Carrefour, Engie ou Danone par exemple) !

Pour relativiser (un peu) ce mauvais score, Sylvain Boucherand, co-fondateur de B&L évolution, souligne que les documents de référence ont été rendus publics entre décembre et mars, soit 3 à 6 mois après l’adoption des ODD, et que la COP21 a complètement éclipsé le sujet dans l’Hexagone, même si la démarche, internationale était quand même menée depuis… 3 ans. "On peut donc considérer qu’il s’agissait d’un coup d’essai et espérer que l’an prochain, 99% du CAC40 aura réparé l’erreur. De nombreuses entreprises sont d’ailleurs en réflexion sur leur façon de prendre en compte les ODD. Mais il faut vraiment qu’elles fassent attention à ne pas rater le coche, car à l’étranger les entreprises se mobilisent", avertit le consultant.

 

Les ODD, opportunités business

 

Les 17 objectifs de développement durable ont été adoptés en 2015 pour protéger la planète et garantir la prospérité de tous. Ils concernent aussi bien l’éradication de la pauvreté que la promotion du travail décent, la réduction des inégalités ou la consommation responsable. Ils sont déclinés en 169 cibles (avec indicateurs). Ils s’adressent à tous les acteurs, publics ou privés, de tous les secteurs. Et ce, dans le monde entier.

Les entreprises multinationales sont fortement incitées à les prendre en compte dans leur stratégie. Et pour cause : "La contribution des entreprises est nécessaire à l’atteinte de ces objectifs – d’autant plus qu’elles sont souvent des leviers pour de nombreux enjeux (consommation des ressources naturelles, pollution, travail décent, égalité des sexes, réalisation d’infrastructures, etc.). C’est également une grande opportunité pour leur RSE et pour leur développement stratégique, surtout s’il elles en tirent de nouvelles pistes d’innovation. Si elles ne le font pas, elles passeront à côté du sujet", souligne Sylvain Boucherand. (Voir aussi notre article sur Les ODD, nouveaux caps de durabilité).

 

Du chemin à parcourir 

 

Les entreprises françaises ont encore du chemin à faire. L’étude montre que même les plus avancées d’entre elles n’en sont pas encore au stade de l’innovation, ou du moins en état de communiquer sur le sujet. "Il ne s’agit pour le moment que d’une mise en regard des politiques RSE existantes avec les ODD. Mis à part sur le climat, il n’y aucun engagement précis annoncé, ni orientation de la stratégie des entreprises pour y contribuer".

Par exemple, Michelin entend contribuer à l’objectif de promotion de l’agriculture durable (ODD N°2) en s’engageant à mieux cultiver les sols, quand Schneider Electric souhaite contribuer à la lutte contre le changement climatique (ODD N°13) en visant un bilan carbone neutre sur l’ensemble de ses sites d’ici 15 ans.

Quant aux petites et moyennes entreprises, tout aussi concernées, elles disposeront bientôt (début octobre) d'un guide pratique spécifique leur permettant d’amorcer leur réflexion sur le sujet (1).

(1) un guide réalisé par le Global Compact, la GRI et WBCSD destiné à tout type d'organisation est déjà disponible en français.  

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Amazon microsoft apple

Découvrez les 20 entreprises qui ont le plus prospéré pendant la crise du Covid-19

Malgré une crise économique mondiale et un confinement lié à la pandémie de Covid-19, certaines entreprises ressortent fortifiées de cet épisode. C'est le cas des géants du web comme Microsoft, Apple ou Facebook, mais aussi des groupes de commerce en ligne comme Amazon. Plus surprenant, Tesla, le...

Resilience iStock erhui1979

La RSE, facteur de résilience et de compétitivité des entreprises face à la crise du Covid-19

Face à la crise sanitaire, il peut être tentant de mettre au second plan les questions environnementales. Ce serait pourtant une erreur avertissent Entreprises pour l’environnement (Epe) et le Boston Consulting Group (BCG). Dans un rapport basé sur de nombreux entretiens de dirigeants, les deux...

Equipe dirigeante CCO

Les grands patrons encore hermétiques au modèle durable, selon le Pacte Mondial

Encore trop peu d’entreprises prennent en compte les Objectifs de développement durable, selon le Pacte Mondial des Nations-Unies. La raison en est simple, cela ne fait pas partie de leur fiche de poste, une expérience en développement durable n’étant requise que pour 4 % des recrutements de grands...

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Carlos Ghosn donne des leçons de gouvernance sur l’Alliance Renault-Nissan

Dans une interview au Parisien, Carlos Ghosn défend son bilan à la tête de l’Alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi. L’ex-PDG du groupe fustige ses successeurs, dont les résultats sont "lamentables", et déplore la tournure que semble prendre l’Alliance. Malgré le cumul des pouvoirs qui le...