Publié le 27 septembre 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Le premier sommet mondial sur les Objectifs développement durable montre l'immense chemin qui reste à parcourir

Quatre ans après leur adoption, les Objectifs de développement durable ont fait l’objet d’un premier sommet à l’ONU. Alors que certaines cibles paraissent de plus en plus éloignées, il s’agissait de remobiliser les acteurs publics et privés qui vont devoir s'employer pour atteindre avoir des résultats d'ici 2030. 

SDG Action zone ONU Deputy Secretary General Amina Mohammed UN Photo Kim Haughton
La secrétaire générale adjointe de l'ONU, Amina Mohammed, lors du sommet sur les ODD le 25 septembre 2019.
@UN Photo/Kim Haughton

Une trajectoire alarmante

Après quatre ans, "aucun pays n’est sur la bonne voie des 17 objectifs de développement durable" adoptés en 2015, selon le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. pourtant selon lui, les ODD sont la base d’une "mondialisation juste". "Nous sommes sur une trajectoire alarmante", alerte ainsi le premier rapport global sur les ODD publié par un groupe de scientifiques indépendants. Si nous avons encore "l’opportunité de la changer", il faudra toutefois respecter les interconnexions entre les 17 objectifs et non pas de "continuer à vouloir choisir certains ODD seulement", selon l’un des auteurs du rapport.

Odd tete article onu

Pour cela, la visibilité et l’utilisation des ODD comme guide d’une action pour un développement durable doit encore s’améliorer. La France, le Japon ou la Grande Bretagne sont particulièrement à la traîne avec seulement 10 % de la population familière avec les ODD contre plus de 50% en Chine, Inde ou Turquie selon une étude IPSOS/World Economic Forum publiée pendant le sommet. Et si les ODD sont aujourd’hui connus des acteurs économiques, seuls 21 % des 1 000 PDG mondiaux interrogés pour une étude Global Compact/Accenture pensent que les entreprises ont un rôle majeur à jouer dans l’atteinte de ces objectifs.

 

10 ans pour agir

Dans une déclaration politique, adoptée à l’unanimité, les 195 États membres s’engagent à mobiliser des financements, à améliorer la mise en œuvre des ODD à l’échelle de leur pays et à renforcer les institutions pour faire en sorte que l’Agenda 2030 soit une réalité. Rien de neuf par rapport à leur adoption il y a quatre ans.

Seule nouveauté : la création d’une plateforme pour piloter les actions à venir des différents acteurs sur la prochaine décennie. Un point sur les actions recensées devrait être fait annuellement mais en septembre 2019, celle-ci en mentionne moins de 50. Un tel outil avait déjà vu le jour à l’occasion de la COP21 mais est aujourd’hui tombé dans l’oubli…

Autres engagements : la volonté affichée par le Brésil de réduire d’un tiers la mortalité prématurée due aux maladies non transmissibles d’ici 2030 ; l’engagement du Mexique à fournir un accès Internet à tous ; des partenariats entre les Maldives, Parlay for the Oceans, American Express, ABinBev et Adidas, pour lutter contre le changement climatique, produire responsable et protéger la biodiversité et les océans.

 

Financer les ODD

À la tribune, le Premier ministre de l’Ouganda, représentant le groupe des États africains, a insisté sur "le manque de financement pour mener le développement et une transition juste et faible en carbone. Nous avons besoin d’appui, il faut que les pays respectent leurs engagements en matière d’aide publique au développement". Or, celle-ci est justement en berne. Les entreprises vont devoir mettre la main à la poche selon Paul Polman, l’ancien PDG d’Unilever désormais président de la chambre de commerce internationale et vice-président du Global Compact, qui s’exprimait lors du sommet sur les ODD pour les entreprises.

"La plus grande mission de l’humanité est de débloquer les milliers de milliards manquants pour mettre en œuvre les ODD : seuls 1 500 milliards de dollars sont disponibles sur les 3 000 à 5 000 milliards nécessaires. Dans l’ancien monde, nous dépendions des gouvernements. On voit aujourd’hui que la gouvernance mondiale ne fonctionne pas. Les entreprises doivent monter en puissance et remplir ce vide", rapporte l'AEF. Mais l’action est largement insuffisante selon l’ex-dirigeant : "Nous nous dirigeons vers 3 °C à 4 °C de plus et nous sommes assis là, comme s’il ne se passait rien. Si les entreprises continuent à faire leur business as usual, nous n’y arriverons pas."

Béatrice Heraud @beatriceheraud 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Fiscalité : Facebook et les géants du numérique (enfin) prêts à payer plus d’impôts

Facebook soutient la réforme fiscale de l’OCDE destinée à mettre en place une taxation harmonisée pour les entreprises du numérique et des multinationales, a assuré son président Mark Zuckerberg lors d’un colloque mi-février. Premier signe d'un changement de cap des GAFA sur la question fiscale. Ces...

CAC40 impact iStock Fokusiert

Découvrez les 10 entreprises du CAC 40 qui ont le plus d'impact positif sur la planète et la société

222/1000 : c’est le score d’impact environnemental et social moyen du CAC 40 selon une nouvelle agence de notation franco-québécoise, Impak Finance. Elle a dévoilé le 19 février sa méthodologie basée sur la mesure d’impact et son classement des grandes entreprises françaises dont le cœur de métier...

Se chauffer ou se déplacer pour moins cher... 35 banques et grandes entreprises s’engagent pour les plus fragiles

Il y a un an, Emmanuel Faber, le DG de Danone et Thomas Buberl, celui d'Axa, lançait le "collectif d’entreprises pour une économie plus inclusive". Il réunit aujourd'hui 35 grandes entreprises. Après des premières annonces sur l’emploi des jeunes, ce sont les ménages les plus modestes qui sont...

Reporting verte entreprises UE matejmo

Le Big Data ESG des entreprises européennes n’est pas à la hauteur de l’urgence climatique

Le reporting des entreprises européennes sur les dimensions environnementales et sociales n’est pas à la hauteur des attentes de leurs parties prenantes et de l’urgence climatique. C’est le constat sans appel dressé par la coalition "Alliance pour la transparence des entreprises" qui publiait son...