Publié le 13 octobre 2015

ENTREPRISES RESPONSABLES

Vigeo fusionne avec la britannique EIRIS pour faire face à un marché de la notation sociale devenu ultra-concurrentiel

Vigeo, l’agence française d’analyse des entreprises sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), dirigée par Nicole Notat, et EIRIS, son homologue britannique, ont confirmé leur fusion mardi 13 octobre. Leur objectif : former un attelage visible au plan international pour affronter une concurrence accrue.

Nicole Notat, la présidente de Vigeo.
Thomas Sanson / AFP

"Nous avons besoin d’être un acteur global dans un marché ultra-concurrentiel" explique Nicole Notat, la présidente de Vigeo, avant d’ajouter que "l’analyse très poussée de ce marché a très vite montré que EIRIS était le meilleur choix possible pour nous. Nous étions compatibles en termes de méthodologie de notation ESG et de culture, EIRIS a aussi un rayonnement international et enfin nos synergies étaient fortes puisqu’il y avait très peu de recoupements entre nos deux entreprises."

C’est ainsi que Vigeo, la Française aux 120 collaborateurs, présente à Paris, Casablanca, Bruxelles, Milan, Londres, Tokyo et Santiago du Chili s’est mariée avec la britannique EIRIS, disposant d’une soixantaine d'associés et opérant en "Australasie" et aux Etats-Unis en plus de son pays d’origine, à travers une dizaine de partenariats exclusifs.

 

Approches communes

 

La première est née en 2002, la seconde à la fin des années 80. Elles ont chacune incarné, au moment où l’investissement socialement responsable (ISR) a pris son essor il y a une dizaine d’années, deux tendances différentes. Vigeo est associée à la logique dite de "best in class", c'est-à-dire une notation et un mode de gestion qui s’efforcent de repérer et sélectionner les entreprises les plus performantes sur des critères environnementaux et sociaux dans chaque secteur sans exclusion.

EIRIS, qui compte parmi ses clients de nombreuses fondations et congrégations religieuses, a plutôt une image liée à l’exclusion de secteurs ou d’activités pour des raisons éthiques. Elle est d’ailleurs restée très longtemps le fournisseur de l’indice boursier éthique, FTSE4Good. "C’est en partie vrai", confirme Nicole Notat. "Mais notre rapprochement, qui n’a pris que quelques mois, a montré que nous avions en fait des approches communes puisque Vigeo répond à toutes les demandes de ses clients, y compris l’exclusion et qu’EIRIS fait aussi de la notation globale. C’est pourquoi nous serons très rapidement capables de construire une organisation unique avec une méthodologie partagée." Cela pourrait être fait dès le début de l’année 2016.

 

Globalisation

 

Nicole Notat reste présidente du nouvel ensemble Vigeo-EIRIS qui, pour l’instant, ne change pas de nom. Peter Webster et Stephen Hine, les deux dirigeants historiques d’EIRIS, sont membres du nouveau comité de direction. Cette opération permettra d’offrir aux clients des deux agences de notation la couverture de 10 000 entreprises dans le monde. "Nous entrons dans une nouvelle phase", conclut Nicole Notat. "La notation ESG doit être globalisée. A un moment où s’accentue pour les entreprises la nécessité de transformer leurs modèles qui ne sont plus soutenables, nous disposons d’un atout formidable : notre double métier de notation. Nous pouvons répondre aux besoins des investisseurs responsables mais aussi aux demandes des entreprises elles-mêmes qui souhaitent bénéficier d’audits et d’évaluations de leurs performances ESG par rapport à leurs concurrentes."

La fusion sera financée par une augmentation de capital de 6,3 millions d’euros, qui doit être validée par la prochaine assemblée générale de Vigeo, programmée courant novembre. Cela aura pour conséquence d’augmenter le poids des financiers au capital de Vigeo, aujourd’hui réparti entre trois collèges : celui de gestionnaires financiers et fonds de pensions, qui en représentent 55%, celui des entreprises (26%) et celui des organisations syndicales (19%)‎.

 

 

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

ODD covid

Coronavirus : le jour d'après se fera avec les Objectifs de Développement Durable (ODD)

De crise sanitaire localisée, la pandémie du Covid-19 est devenue en un temps record une crise économique et sociale mondiale. Elle montre de façon dramatique l’interdépendance des trois piliers du développement durable : l’environnement, le social et l’économie et la nécessité de changer notre...

Respirateur Dyson Dyson

Coronavirus : Renault, PSA, Dyson et Tesla vont fabriquer des respirateurs

Aux côtés des fabricants traditionnels d’équipements médicaux, ce sont des industriels de l’automobile ou de l’électronique qui viennent en renfort pour produire des respirateurs, nécessaires à la survie des malades du Covid-19 les plus gravement atteints. En France, Emmanuel Macron a annoncé la...

Masque 1083 solidarite entreprise coronavirus

Essence gratuite, hôtels, masques... Face au Coronavirus, ces entreprises misent sur la solidarité

[Mise à jour le 25 mars] Accor qui met à disposition ses hôtels pour les soignants, Total qui donne des bons d'essence aux personnels hospitaliers, LVMH qui passe du parfum aux gels hydroalcoolique, la startup 1083 qui réorganise ses ateliers pour produire des masques de protection plutôt que des...

Covid 19 coronavirus crise entrrpises iStock Tera Vector

Face au Coronavirus, les entreprises prennent leurs responsabilités malgré l'impact de la crise sur leurs affaires

Elles sont en première ligne, dans un contexte de crise inédit. Déstabilisées dans leur organisation du travail et dans leur production, les entreprises doivent agir avec pragmatisme et responsabilité pour protéger leurs salariés et la population. Certaines vont même plus loin en mettant en place...