Publié le 08 septembre 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Face au boycott marocain, Danone baisse ses prix

Ciblé par une campagne de boycott contre la vie chère au Maroc, Danone accuse un recul de 40 % de ses ventes depuis mai. Son PDG, Emmanuel Faber, vient d'annoncer une baisse de 10 % du prix sur le pack de lait de 470 ml. "Centrale Danone renonce à sa marge et va vendre à prix coûtant", affirme le PDG qui espère faire revenir les consommateurs. 

Lait Danone Maroc Boycott
Le groupe laitier a annoncé une baisse de prix après le boycott dont il est la cible au Maroc.
Pixabay

Plus de quatre mois de boycott auront fait céder Danone. Au Maroc, le groupe laitier est en effet la cible d’un mouvement de contestation, commencée le 20 avril, contre la "cherté de la vie". Deux autres entreprises sont visées : Sidi Ali, producteur d’eau minérale et les stations-service Afriquia.

Lors d’une conférence de presse diffusée le 6 septembre sur Facebook, le PDG du groupe laitier, Emmanuel Faber a indiqué que Danone allait "renoncer à sa marge". Après une baisse record de 40 % de ses ventes dans le pays, Danone annonce une baisse du prix du pack de lait de 470 ml de 3,50 à 3,20 dirhams, soit un passage de 0,32 à 0,29 euro.

"Il n'y aura pas de bénéfice pour Danone"

"Nous vendrons ce produit à prix coûtant, il n’y aura pas de bénéfice pour Centrale Danone", a souligné Emmanuel Faber, "à l’inverse, ce prix permet de protéger complètement le revenu des éleveurs", insiste-t-il, puisque le prix à l’achat, lui, reste inchangé. La qualité du produit reste également identique.

Cette mesure intervient après une consultation auprès de 100 000 Marocains menée par Danone. En juin, le groupe s’était engagé à vendre le lait frais pasteurisé à prix coûtant, au maintien de la qualité et à une transparence totale sur la répartition des prix.

Convaincre les consommateurs de "revenir vers la marque" 

Pour "permettre à l’entreprise de revenir à l’équilibre", le groupe laitier n’avait pas d’autres choses que d’écouter les revendications multiples des boycotteurs. Avec un objectif : convaincre les consommateurs de "revenir vers la marque" a souligné Emmanuel Faber. Même si, encore aujourd’hui, le groupe avoue ne pas trouver "d’explication rationnelle du boycott".

Face à l’ampleur du boycott, Centrale Danone avait décidé en juin, après avoir accusé une perte de 13,5 millions d’euros au premier semestre, de réduire sa collecte de lait de 30 % auprès de 120 000 éleveurs locaux et de ne pas reconduire les contrats de plus de 880 travailleurs intérimaires. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Commission europeenne

[Europe] La première puissance commerciale du monde se veut aussi responsable

Le marché unique européen, basé sur la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes, est à la base de la création et de la construction de l’Union européenne. Un marché que l’Union européenne veut "inclusif et durable" en intégrant les principes de la responsabilité des entreprises...

Claire Navian l heure des pro CNews

Pascal Praud contre Claire Nouvian : Halte à la télé clash qui favorise le climato scepticisme !

Le buzz du moment est une vidéo extraite d’une émission consternante de C News animée par Pascal Praud, notre Trump français. Ce mâle à lunettes rouges s’en prend violemment à Claire Nouvian, défenseure de l’environnement, candidate aux Européennes sur la liste PS Place Publique, et l’insulte au nom...

Open source iStock z wei

RSE en open source : les entreprises se mettent à nu

Laisser libre accès aux données brutes d'une entreprise concernant l’emploi des femmes ou l’impact environnemental de ses activités, c’est la nouvelle tendance. S'y mettent des sociétés publiques comme la SNCF, des industriels comme Vallourec, des banques et des assureurs. Cette transparence poussée...

Siege UBS 3

Pratiques fiscales illégales d'UBS : les actionnaires rappellent le management à l’ordre

Les actionnaires d’UBS ont rejeté la décharge des membres du conseil d’administration et de la direction lors de l’Assemblée générale de la banque suisse. Ce vote marque la volonté de certains actionnaires de ne plus donner de blanc-seing aux pratiques des grandes entreprises. Ils n’ont pas digéré...