Publié le 03 août 2015

ENTREPRISES RESPONSABLES

Management responsable : "L’entreprise classique, pyramidale, est de moins en moins adaptée à un monde qui bouge"

Agnès Rambaud et Émilie Bourgey sont respectivement directrice associée et consultante senior du cabinet "Des Enjeux et des Hommes". Ces deux spécialistes de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) affirment que les entreprises doivent réinventer leurs pratiques managériales pour s'adapter aux nouvelles formes d'économie (collaborative, circulaire, de la fonctionnalité), aux générations Y et Z et à la révolution numérique. Entretien.

DR
Agnès Rambaud et Émilie Bourgey

Novethic : Avant toute chose, vous insistez sur la fréquente confusion entre management responsable et management de la RSE.

Agnès Rambaud et Émilie Bourgey : Oui, car les deux concepts sont bien distincts, et la confusion est pourtant fréquente. Le management de la RSE, c’est la déclinaison par les managers - à l’échelle de leur entité, service, BU - des engagements RSE de leur entreprise : politique diversité, plan carbone, etc.

En revanche, le management responsable est une façon d’exercer la fonction de manager différemment, que ce soit dans la posture, les domaines d’intervention ou les compétences mobilisées.

Novethic : Comment cela se traduit-il concrètement ? Comment définit-on un manager responsable ?

Agnès Rambaud et Émilie Bourgey : Il n’y a pas encore de référentiel stabilisé. Nous y travaillons, dans le cadre du Réseau du Management Responsable de Kedge Business School, ou encore de la Maison du Management.

On pourrait - en s’inspirant de l’ISO 26 000 - dire que le manager responsable :

 

  • est conscient des impacts de ses actions, en a une vision élargie, au-delà du périmètre de son équipe
  • écoute, dialogue et co-construit avec ses parties prenantes (collaborateurs, collègues, N+1...)
  • favorise le développement de ses collaborateurs - dans leur diversité - dans une optique "holistique" : performance, employabilité, bien-être au travail
  • intègre une vision à long terme dans ses décisions, une ouverture aux évolutions du contexte
  • appréhende l’imprévu comme la complexité, et accompagne le changement.

 

C’est aussi quelqu’un qui sait créer la confiance, par son éthique personnelle.

Novethic : Les entreprises sont-elles demandeuses de formation au management responsable ?

Agnès Rambaud et Émilie Bourgey : De plus en plus. Nous accompagnons plusieurs d’entre elles, grands groupes ou PME. La SNCF a par exemple monté en 2013 un module de 2 jours, qui porte sur les deux notions - management de la RSE et management responsable - et doit toucher ses 2 000 cadres supérieurs et dirigeants.

Nous intervenons aussi dans des écoles de management ou dans des programmes de formation continue, comme récemment auprès des auditeurs de l’Executive Certificate de l’École Centrale "Pilotage et ingénierie de la performance durable de l’entreprise".

Novethic : Qu’est-ce qui explique ce nouvel intérêt ?

Agnès Rambaud et Émilie Bourgey : L’entreprise classique, pyramidale, figée sur son cœur de métier, est de moins en moins adaptée au monde qui bouge. Les nouvelles formes d’économie - circulaire, collaborative, de fonctionnalité -, la pression des générations Y et Z, la révolution du numérique bouleversent la donne.

Ces profondes mutations, dont nous ne voyons que les prémices, impliquent une évolution du business model des entreprises, et demandent de développer une culture d’innovation et de transversalité, ce qui challenge la façon de manager.

Les récents travaux sur "le bonheur au travail" ont mis en exergue les écueils des pratiques d’encadrement déresponsabilisantes et conduisant à des taux de près de 30 % de salariés "activement désengagés". Une alternative à la suppression de toute hiérarchie intermédiaire, comme le modèle de "l’entreprise libérée", est de créer les conditions pour un management responsable.

Novethic : Quels sont les leviers à mettre en œuvre ?

Agnès Rambaud et Émilie Bourgey : La co-construction - avec les principaux intéressés - d’une vision inspirante du mode de management souhaité. Des actions de sensibilisation, pour donner du sens et partager les évolutions attendues. Des temps de training, pour développer les nouvelles compétences requises : savoir-faire et savoir-être essentiellement. Et toutes sortes d’autres leviers, comme le coaching ou le co-développement professionnel.

Au-delà de ces dispositifs, c’est le système de management au global qui doit être repensé : critères de recrutement et d’appréciation annuelle, part variable. Il ne faut pas minimiser l’importance du changement à accompagner, mais les effets en valent la peine. Ils se mesurent très vite sur le climat social, l’engagement des collaborateurs, l’image employeur et surtout sur l’agilité de l’organisation.

 

 

Cet article a initialement été publié dans la lettre professionnelle de Novethic "L'essentiel de la RSE" n°110, juillet 2015

Propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le burn-out menace de plus en plus de cadres dirigeants

Le 22 janvier 2014, le cabinet d'évaluation et de prévention des risques professionnels Technologia a lancé un appel pour la reconnaissance du syndrome d'épuisement professionnel au tableau des maladies professionnelles. L'initiative, soutenue notamment par Force Ouvrière ou CFE-CGC, a...

Le bore-out : l'épuisement par l'ennui au travail

Après le burn-out, voici le bore-out. Ce mot désigne la pathologie psychologique induite par l’ennui au travail. Car au même titre que la surcharge de travail, l’ennui est un risque psycho-social à prendre en compte au sein de l’entreprise. Ce phénomène, qui n’est pas nouveau, n'a parfois...

Présentéisme : un phénomène discriminant pour les femmes

La tendance franco-française à prolonger ses heures de travail pose un problème en termes de mixité. Les femmes, encore largement responsables des tâches domestiques et familiales, ne peuvent pas jouer le jeu de la visibilité et du réseautage au même titre que les hommes.

Le présentéisme, nouvel indicateur de risque au travail

En France, l’engagement et la motivation au travail se traduisent souvent par une présence accrue dans les locaux de l’entreprise. Pourtant, contrairement aux idées reçues, des horaires à rallonge ne sont pas nécessairement un gage d’efficacité. Depuis peu, le concept de "présentéisme",...

Au Royaume-Uni, Ikea s’engage à verser un salaire décent à ses employés

Alors que le gouvernement britannique a annoncé la hausse prochaine du salaire minimum pour les salariés de plus de 25 ans, Ikea a choisi d'aller plus loin : le fabricant de meubles suédois a en effet annoncé le week-end dernier qu’il allait relever de manière significative le salaire de 4...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Cannes Lion 2022 ban fossil fuel ads

Poussé par des agitateurs internes, le secteur de la publicité doit se réinventer

Encore une cérémonie bousculée ! Un ancien lauréat du Cannes Lion, grande fête de la publicité, a rendu son trophée pour dénoncer le soutien du festival aux "compagnies fossiles". Sous haute pression concurrentielle, parfois qualifié de verrouillé, le secteur de la publicité doit pourtant réinventer...

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de...

Societes a mission CCO

La création du statut d’entreprise à impact, une "bascule" vers un nouveau modèle de capitalisme

Les patrons engagés signataires du "Manifeste pour l'économie de demain", dont la Maif, le groupe Le Bon Coin ou encore La Ruche qui dit oui, militent pour la création d'un statut à impact, à la fois plus contraignant mais aussi doté de contreparties comme des allégements de charges, des accès...

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...