Publié le 20 décembre 2010

ENTREPRISES RESPONSABLES

Les business schools planchent sur le management responsable

La crise économique et les risques psycho-sociaux ont montré les limites des méthodes de management actuelles. De plus en plus d'écoles forment leurs élèves à la responsabilité sociale des entreprises et revoient leur copie pour adapter - enfin - leurs programmes de formation à cette nouvelle donne.

132096_GF.jpg

Thierry R, diplômé d'une école de commerce, se souvient encore du jour où il a été catapulté à la tête de son équipe, sur un site de l'industriel Pechiney (Alcan à l'époque), dans le sud de la France. Sa première décision - réorganiser certaines méthodes de travail - avait provoqué un véritable tollé chez ses collaborateurs. « Je m'étais montré directif et pas assez à l'écoute », admet ce manager, avec le recul. Cette maladresse managériale n'est pas exceptionnelle... Combien de managers à peine quitté les bancs de l'école sont ainsi propulsés sur le terrain, sans expérience ? Combien ont conscience de l'impact de leurs décisions sur les conditions de travail et le bien-être de leurs collaborateurs ? Or, avec la crise, il n'est plus question de négliger l'humain. Cette dimension semble cependant avoir été oubliée dans les programmes des business schools. A tel point que ces écoles de management, d'ingénieurs et ces universités où sont dispensées les formations supérieures en management et en gestion sont aujourd'hui montrées du doigt.

« Crédités d'un formatage massif de leurs étudiants, qui aurait conduit ces derniers à appliquer de façon irréfléchie des modèles préconçus à une réalité économique complexe, ces établissements se sont même vus accusés d'avoir formé les responsables de la crise », résume Hugues Schmitt, rapporteur d'un groupe de travail à l'origine du rapport « Repenser la formation des managers » ; document publié cet été sous l'égide de l'Institut de l'Entreprise, du Cercle de l'entreprise et de la Fédération nationale pour l'enseignement de la gestion des entreprises (FNEGE). Un constat partagé par bon nombre d'acteurs concernés par le bien-être au travail. Jean-Claude Delgènes, Directeur général du cabinet Technologia (risques professionnels) se montre préoccupé : « En France, les cursus insistent trop sur l'aspect conceptuel au détriment d'autres qualités indispensables, relationnelles en particulier. Les managers sont poussés sur le terrain sans connaître l'entreprise de l'intérieur, et insuffisamment armés pour gérer la complexité et conduire le changement. » Avec des déflagrations induites au niveau des équipes, des conditions de travail et de l'aggravation des risques psychosociaux. Confronté dans son cabinet à des dirigeants parfois désorientés, le coach Pascal Vancutsem, du cabinet Coaching et Performance, fait un constat similaire : « La formation des leaders est trop axée sur l'approche normative, ce qui les empêche d'avoir un management individualisé. » Résultat, quand la réalité se complexifie, leurs schémas et leurs repères volent en éclats...

Manager responsable

La réalité, en effet, devient toujours plus complexe. Le bon manager doit désormais veiller à la façon dont il se comporte avec chacun. En jonglant en permanence entre distance et proximité, souci du collectif et management individualisé. Vaste tâche qui ne s'appréhende pas dans la plupart des programmes de formation actuels, trop focalisés sur les ratios financiers et les tableaux de bord... Certaines écoles en ont pris conscience. Comme à Audencia, dont la philosophie est de développer le sens du management, en misant sur la culture générale des étudiants. Même HEC a pris le tournant. La prestigieuse école de Jouy-en-Josas entendant « aiguiser l'esprit-critique et l'ambition « responsable » des futurs managers. » A Euromed (Marseille), la formation du manager de demain passe avant tout par son développement personnel, par le souci de soi. « Sur le terrain, les managers sont dans la compétition, soumis à des injonctions paradoxales fortes, une perte de sens et des valeurs, constate Jean- Christophe Carteron, directeur RSE à Euromed. Dans nos cursus, nous amenons donc les étudiants à s'interroger sur ce qu'ils sont, sur leurs rêves, mais aussi sur leurs limites et sur leur peurs, en leur apprenant le courage et en relativisant l'échec. C'est ainsi qu'ils pourront devenir des managers responsables, capables de tirer le meilleur de leurs collaborateurs. »

Pour Hélène Renard, déléguée développement durable à La Poste, il y a en effet urgence à mieux appréhender les conditions de travail et à intégrer la responsabilité sociale des managers dans les formations. « Il faut aborder la question du développement collectif : apprendre à se soucier de ses collaborateurs, savoir les écouter, tout cela contribue à préserver le lien social dans l'entreprise. » Et c'est justement là un rempart contre la montée des risques psychosociaux. La réflexion sur le manager responsable est amorcée, reste à la traduire dans les programmes de formation. Pour la vingtaine d'entreprises et d'écoles (IBM, Air liquide, BNP-Paribas, HEC, Essec...) réunies sous l'égide de l'Institut de l'entreprise, une chose est sûre : au-delà des enseignements techniques, il est urgent de miser sur la culture générale, l'esprit critique, la communication et le savoir-être des managers, en introduisant l'éthique dans les cursus. Dans cette perspective, sous réserve de se professionnaliser, les universités ne seront pas forcément les plus mal loties, estime la déléguée au développement durable de la Poste : « On y apprend à réfléchir, à se questionner, à douter : n'est-ce pas là les clés du manager responsable ? »

M.J. Gava
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Economie collaborative economie du partage melitas

Airbnb, symbole d'une économie collaborative obligée de se réinventer après le Covid-19

2020 devait être une année florissante pour l’économie collaborative, les entreprises du type Uber, Delivroo, Blablacar.... Mais le Covid-19 a marqué un coup d’arrêt à la croissance exponentielle du secteur. Ainsi, Airbnb qui devait entrer en bourse cette année et a finalement dû se séparer du quart...

Action iStock gesrey

La Plateforme RSE demande des actes aux entreprises en matière de responsabilité sociétale

Face à la crise du Covid-19, la Plateforme RSE, l’instance de concertation sur la responsabilité sociétale des entreprises placée sous l’égide du Premier ministre, appelle à passer de la "parole aux actes". Une prise de position pas si fréquente pour cette instance qui réunit des voix aussi diverses...

Danone se dit prêt à devenir la première "entreprise à mission" du CAC40

Dans un monde ébranlé par l'épidémie de Covid-19, le géant agroalimentaire Danone va proposer à ses actionnaires de devenir une "société à mission" pour renforcer ses engagements sociaux, environnementaux et créer de la "valeur durable", annonce le groupe. Cette proposition présentée lors du conseil...

Restaurateurs assurances coronavirus

Covid-19 : l’étau se resserre autour des assureurs après qu'un restaurateur ait eu gain de cause face à Axa

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent...