Publié le 22 février 2017

ENTREPRISES RESPONSABLES

Le respect des droits humains, "crucial pour l’avenir de la mondialisation"

Alors que l’Assemblée nationale vient d’adopter définitivement la loi sur le devoir de vigilance des entreprises, une étude de Vigeo-Eiris montre qu’au niveau mondial, peu d’entre elles s’engagent activement dans l’identification et la prévention des risques en matière de droits humains. L’enjeu est pourtant "crucial pour l’avenir de la mondialisation", rappelle Fouad Benseddik, directeur des méthodes et des relations institutionnelles de Vigeo-Eiris.

Fouad Benseddik est directeur des méthodes et des relations institutionnelles de Vigeo-Eiris.
DR

Novethic. Votre étude montre qu’une part infime des entreprises – moins de 4% sur les 3 189 étudiées – affichent des niveaux d’engagement couvrant de "façon tangible le respect des droits de l’Homme relevant directement de leurs responsabilités". Comment l’expliquez-vous ?

Fouad Benseddik. Par un problème de compréhension du sujet. Mais aussi des faiblesses techniques, comme celles de la cartographie des risques, qui pousse à une approche minimaliste. La plupart des entreprises se cantonnent à la mise en conformité relative à leurs risques légaux directs. Or, dans de nombreux pays, les cadres légaux en matière de droits de l'Homme sont limités. Et sur des sujets comme celui de l'égalité femme homme, une telle approche ne suffit pas !

Une action efficace et adaptée des entreprises leur demande de recourir à la prévention des risques et à la promotion des droits humains. La palette de ces droits est large si on se base sur les textes de référence : formation, santé, environnement, sûreté, liberté d'expression, etc. Ce référentiel de responsabilités est indivisible. Les entreprises ne doivent pas y faire leur marché !

 

La France, championne des "bons élèves" 

 

Quelles sont donc les entreprises qui performent le mieux sur ces sujets ? Quels sont les points qui font la différence ?

Leur culture managériale, l'engagement de leur équipe de direction, mais aussi leur expérience (elles ont pu faire l'objet de controverses et de sanctions). Elles ont travaillé sur des dispositifs globaux, dans une démarche pro-active, sur l'ensemble de leur chaîne de valeur et en concertation avec leurs parties prenantes (ex : syndicats). Il est très important de montrer que ces bonnes pratiques existent et qu'elles peuvent être mises en place.

Ce que l'on remarque, c'est que les entreprises de tête forment un groupe hétérogène au niveau des secteurs d'activité (services publics d'électricité et de gaz, automobile, banque de développement, services financiers et immobilier, NDLR). Elles sont cependant toutes situées en Europe. Et la France compte le plus de "bons élèves".

Même si le score moyen des entreprises françaises est limité (48/100 contre 32/100 pour le monde), elles font figures de leaders, avec des sociétés comme PSA, qui obtient un score de 81/100. C‘est sans doute lié à un cadre national particulièrement incitatif et à une grande tradition de dialogue social.

Les entreprises françaises ont cependant une faiblesse: elles peinent à montrer leur capacité à déployer leur engagement au niveau international, auprès de leurs filiales et sous-traitants.

 

 

Classement Vigeo-Eiris "Entreprises et droits humains"

Hier, justement, une loi demandant aux grandes entreprises françaises d’agir pour identifier et prévenir les risques en matière de droits humains et d’environnement a été adoptée. Est-ce que cela peut accélérer le mouvement en France et ailleurs dans le monde ?

Avec cette loi on passe de la notion de responsabilité à celle de devoir. L'une de ses faiblesses est son absence de sanction ou d'incitation envers les dirigeants des filiales sur la question des droits de l'homme. Il s'agit pourtant d'un point clé pour son portage tout au long de la chaîne de valeur, d'autant que la plupart des achats à l'international se réalisent en interne, au sein des multinationales.

Cette loi s'inscrit aussi dans une dynamique paradoxale. D'une part, on voit un cadre normatif qui se renforce et qui devient de plus en plus exigeant envers les entreprises (ex : principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'Homme des Nations unies, directive européenne sur le reporting extra-financier). De l’autre, nous avons l'impression que les entreprises interprètent ces référentiels internationaux comme des prescriptions de risk management limitées à la prévention des risques légaux.

L'opinion publique ne veut pas d'échanges internationaux qui bafouent les droits humains. Leur respect par les entreprises est crucial pour l’avenir de la mondialisation.

Propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Devoir de vigilance : la loi définitivement adoptée

Les députés ont définitivement adopté cet après-midi la loi sur le devoir de vigilance des multinationales. Un texte qui a suscité une vive opposition au sein du patronat et de la droite. Qu’est-ce que cette loi change pour les entreprises concernées ? Novethic fait le point. 

Devoir de vigilance : ce qui sera demandé aux entreprises

Dans la version adoptée en 3ème lecture par l’Assemblée nationale, les députés ont précisé ce qu’ils attendaient des entreprises pour qu’elles assurent un devoir de vigilance sur leur chaîne d’approvisionnement. 

Travail des enfants, esclavage moderne : le N°1 mondial de l'huile de palme mis en cause

Amnesty International dénonce les méthodes de l’entreprise Wilmar. En Indonésie, L’ONG a enquêté dans les plantations de palmiers à huile du premier producteur mondial. Elle y a découvert le travail des enfants et les conditions inhumaines des travailleur.e.s. Neuf multinationales, dont...

Comment passer à l’action contre le sexisme ordinaire au travail ?

D’un côté la loi, de l’autre la réalité. Une femme salariée sur deux a déjà "vécu une situation de délégitimation" fondée exclusivement sur son sexe. Blagues, attitudes humiliantes… Les agissements sexistes sont pourtant interdits par le Code du travail. Mais les entreprises ont du mal à y...

Martine Combemale : "pousser les entreprises à agir"

Concurrence faussée avec des entreprises ne respectant pas les droits humains, délocalisation des emplois, risques environnementaux, sociaux, judiciaires ou de réputation… Les problématiques RSE de la chaîne d’approvisionnement touchent de plein fouet le tissu économique français....

Marc Jacouton : "le devoir de vigilance, une opportunité pour les PME-ETI françaises"

Concurrence faussée avec des entreprises ne respectant pas les droits humains, délocalisation des emplois, risques environnementaux, sociaux, judiciaires ou de réputation… Les problématiques RSE de la chaîne d’approvisionnement touchent de plein fouet le tissu économique français....

Sous-traitance : le Sénat renonce à sanctionner les multinationales

La proposition de loi sur le devoir de vigilance a été examinée en seconde lecture par les sénateurs. Mais c’est une version fortement modifiée qui a été adoptée par la majorité de droite qui compose le Sénat. Celle-ci se cantonne à une obligation de transparence et supprime toute idée de...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Face à la crise du Covid-19, les stratégies des entreprises les plus responsables et durables sont payantes

Depuis le début de la crise, les entreprises ayant les meilleures notations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) ont montré une plus forte résistance au choc économique et financier actuel. Une preuve empirique de la pertinence de la RSE (responsabilité sociétale d’entreprise) et de...

ODD covid

Coronavirus : le jour d'après se fera avec les Objectifs de Développement Durable (ODD)

De crise sanitaire localisée, la pandémie du Covid-19 est devenue en un temps record une crise économique et sociale mondiale. Elle montre de façon dramatique l’interdépendance des trois piliers du développement durable : l’environnement, le social et l’économie et la nécessité de changer notre...

Respirateur Dyson Dyson

Coronavirus : Renault, PSA, Dyson et Tesla vont fabriquer des respirateurs

Aux côtés des fabricants traditionnels d’équipements médicaux, ce sont des industriels de l’automobile ou de l’électronique qui viennent en renfort pour produire des respirateurs, nécessaires à la survie des malades du Covid-19 les plus gravement atteints. En France, Emmanuel Macron a annoncé la...

Masque 1083 solidarite entreprise coronavirus

Essence gratuite, hôtels, masques... Face au Coronavirus, ces entreprises misent sur la solidarité

[Mise à jour le 25 mars] Accor qui met à disposition ses hôtels pour les soignants, Total qui donne des bons d'essence aux personnels hospitaliers, LVMH qui passe du parfum aux gels hydroalcoolique, la startup 1083 qui réorganise ses ateliers pour produire des masques de protection plutôt que des...