Publié le 09 juin 2015

ENTREPRISES RESPONSABLES

Le G7 veut renforcer la vigilance sur les chaînes d’approvisionnement

Le G7 qui vient de s'achever s’est intéressé au climat. Mais pas seulement. Les pays réunis à Elmau, en Allemagne, se sont aussi penchés sur la responsabilité des chaînes d’approvisionnement, en appuyant notamment les principes directeurs de l’OCDE et de l’ONU à l’intention des entreprises multinationales. Le G7 annonce également la création d’un fonds mondial pour la prévention des accidents du travail. Un soutien bienvenu, deux ans après le drame du Rana Plaza, mais qui reste insuffisant selon les ONG.

Travailleuses photographiées lors d'une mission d'observation menée par la FIDH en 2009 au Bangladesh.
FIDH (Fédération internationale des droits de l'homme)

"Compte tenu de leur part significative dans le processus de mondialisation, les pays du G7 ont un rôle important à jouer pour promouvoir les droits au travail, des conditions de travail décentes et la protection de l’environnement dans les chaînes d’approvisionnement mondiales".

C’est ainsi que s’ouvre le paragraphe de la Déclaration du G7 des 7 et 8 juin consacré aux chaînes d’approvisionnement responsables. Le sujet est en effet particulièrement d’actualité : deux ans après le drame du Rana Plaza, qui a mis en lumière les effets désastreux mais aussi la complexité de la chaîne d’approvisionnement des multinationales, des efforts considérables restent à produire pour améliorer les conditions de travail chez les fournisseurs et sous-traitants.

Cela est particulièrement vrai dans le secteur textile, qui fait l’objet d’une attention particulière.

 

Encourager les plans de vigilance raisonnable dans les entreprises  

 

Dans cette déclaration, les chefs d’État s’engagent ainsi à "mieux appliquer les normes, principes et engagements internationalement reconnus dans le domaine social, environnemental et du travail (notamment ceux de l’ONU, de l’OCDE, de l’OIT et les accords applicables en matière d’environnement), dans les chaînes d’approvisionnement mondiales". 

Ils demandent également "instamment" aux entreprises de "mettre en œuvre le principe de diligence raisonnable en matière de respect des droits de l’Homme. Pour améliorer la transparence et la responsabilité des chaînes d’approvisionnement, nous encourageons les entreprises qui opèrent ou qui ont leur siège dans nos pays à mettre en œuvre [...] des plans ou des guides volontaires de diligence raisonnable ».

C’est notamment le sens d’une proposition de loi française sur le sujet qui a été votée par l’Assemblée en début d’anné, mais qui attend d’être examinée par le Sénat.

Les chefs d’État soutiennent aussi les initiatives d’aide à l’achat responsable, que ce soit pour les consommateurs ou pour les responsables de marchés publics. Mais ils soulignent tout autant la nécessité de "comparer les informations sur la validité et la crédibilité des labels sociaux et environnementaux des produits".

 

Un fonds mondial pour la prévention des accidents du travail

 

De leur côté, les États s’engagent à prendre des "mesures pour améliorer les conditions de travail en renforçant la transparence, en encourageant l’identification et la prévention des risques et en renforçant les mécanismes de plainte", notamment ceux des PCN (points de contact nationaux) de l’OCDE.

"Nous renforcerons les initiatives multi-acteurs dans nos pays et dans les pays partenaires, notamment dans le secteur du textile et du prêt-à-porter, en nous appuyant sur les bonnes pratiques définies après le drame du Rana Plaza", écrivent-ils. Des initiatives de ce genre commencent en effet à voir le jour, comme celle de l’IFC (l’organisme de la Banque mondiale chargé du secteur privé) et de Levi’s par exemple, qui facilite les crédits des fournisseurs les plus vertueux au Bangladesh.

 

"Un timide premier pas"

 

Pour prévenir les accidents du travail, le G7 se déclare également favorable à la création d’un fonds mondial "Vision Zero Fund", en coopération avec l’OIT (Organisation internationale du Travail). Son accès sera soumis à conditions : le fonds soutiendra les bénéficiaires qui s’engagent à adopter des mesures de prévention et à appliquer les normes sociales, environnementales et en matière de travail et de sécurité.  

"La mise en place d’un 'Fonds Vision Zéro' est bienvenue, mais ne constitue qu’un timide premier pas", estime pour sa part Oxfam. Selon l’ONG, "Cette initiative se concentre uniquement sur le soutien aux personnes qui ont souffert d’abus au travail, mais ne fait rien pour garantir le respect de conditions de travail justes sur l’ensemble de la chaîne de production. Mieux vaut prévenir que guérir. Le G7 devrait introduire des règles contraignantes sur les normes au travail, qui reposeraient sur les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme".

Béatrice Héraud
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Devoir de vigilance des entreprises : la proposition de loi adoptée en première lecture

Ce lundi 30 mars, les députés ont adopté en première lecture la proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères envers leurs filiales et sous-traitants. Ce texte, au parcours chaotique et profondément remanié dans une seconde version, inquiète toujours autant les grandes...

Projet de loi sur le devoir de vigilance des entreprises : deuxième round

Rejetée dans une première version fin janvier, l’inscription du devoir de vigilance des sociétés mères vis-à-vis de leurs filiales et sous-traitants revient chez les parlementaires par le biais d’un nouveau texte déposé par les seuls socialistes. Une version édulcorée mais qui a cette fois...

Manuel Valls "soutient" la proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales

La question de la responsabilité des maisons mères revient sur le devant de la scène. Le lundi 17 novembre, le Premier ministre, Manuel Valls, a déclaré "soutenir" la proposition de loi sur le devoir de vigilance déposée l’an dernier par des députés de la majorité. Ce même jour, la...

Une proposition de loi sur le devoir de vigilance pour les multinationales

Deux députés PS (Philippe Nogues et Dominique Potier) ont déposé, le 7 novembre 2013, une proposition de loi sur le devoir de vigilance des grandes entreprises françaises vis-à-vis de leurs filiales et de leurs sous-traitants à l'étranger. Fruit d'un travail de plusieurs mois associant des...

Drame du Rana Plaza : deux ans plus tard, où en est-on ?

Il y a deux ans jour pour jour, près de Dacca, au Bangladesh, l’immeuble du Rana Plaza s’effondrait, causant la mort de 1 138 personnes qui y travaillaient, et en blessant près de 2 000 autres. Cet immeuble, qui n’était pas aux normes de sécurité, abritait plusieurs usines textiles...

Rana Plaza : les responsabilités juridiques restent à déterminer

Un an après l’effondrement de l’usine textile bangladaise qui a fait plus de 1130 morts et 2000 blessés, des associations tentent de traduire devant la justice les responsables de la catastrophe.

Plainte contre Auchan : changer le droit sur la responsabilité des multinationales

Sherpa, Peuples Solidaires et le Collectif sur l’étiquette ont porté plainte contre le groupe Auchan pour publicité mensongère. Ces 3 associations l’accusent d’induire les consommateurs en erreur  en affichant une identité de "discounter responsable" alors que des étiquettes de sa marque...

Mondial de football au Qatar : un match serré entre Sherpa et Vinci

Le 23 mars, l’association Sherpa a déposé plainte contre le groupe Vinci Construction et contre sa filiale basée au Qatar pour dénoncer du travail forcé et de la servitude d’ouvriers. Le 24 mars, Vinci a réfuté ces accusations, et a annoncé une plainte contre Sherpa pour propos...

Géraldine Viret : les prix de la honte "ont contribué à renforcer le débat sur la RSE".

Chaque année depuis 10 ans, en marge du Forum de Davos, les ONG la Déclaration de Berne et Greenpeace remettaient des prix aux entreprises qu’elles jugeaient coupables de violation des droits humains, de l’environnement et/ou de pratiques fiscales douteuses. Cette année, les deux...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Le Sénat a rejeté le 18 novembre la loi sur le devoir de vigilance. GODONG BSIP AFP

Loi Pacte : les sénateurs rejettent les avancées RSE sur la raison d’être et l'objet social des entreprises

[Actualisation le 12 février] La loi Pacte sur la croissance et la transformation des entreprises a été vidée de sa substance sur la partie RSE par les sénateurs. L’article phare de ce volet a ainsi été supprimé. Il concernait la modification du code civil pour y intégrer l’obligation de prendre en...

Veolia press day

Veolia devance la Loi pacte en présentant sa raison d’être à ses actionnaires dès avril

Alors que les sénateurs veulent supprimer la possibilité, pour les entreprises volontaires, d’inscrire leur raison d’être dans leurs statuts, Veolia annonce qu’elle présentera la sienne à ses actionnaires en avril, lors de son assemblée générale. Une démarche qui s’intègre dans un objectif global,...

AG du futur BH

Loi Pacte : bienvenue à l'AG du futur, l’assemblée générale des entreprises à mission

C’est une assemblée générale un peu particulière qui s’est tenue lundi 4 février au théâtre du Gymnase, à Paris. Mirliton y est devenue la première entreprise cotée française à se transformer en entreprise à mission, grâce au vote positif de 84% de ses 673 actionnaires. Un exercice théâtral pour...

Loi pacte weerapatkiatdumrong

Loi Pacte : la raison d’être, le nouveau mantra des grands patrons

La loi Pacte est examinée en première lecture par les sénateurs à partir d'aujourd'hui, mardi 29 janvier, en plénière. Parmi les mesures phares concernant le volet transformation des entreprises, la possibilité d’inscrire une raison d’être dans les statuts. Une disposition qui, avant même d’être...