Publié le 09 mars 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

[Infographie] La RSE, clé de la confiance entre les Français et les grandes entreprises

Le rapport Notat-Sénard, remis dans le cade de la loi Pacte sur la transformation des entreprises, insiste sur la nécessité de rétablir la relation entre citoyens et l'entreprise. Pour cela, ils proposent une série de mesures permettant aux entreprises de mieux prendre en compte les impacts environnementaux et sociétaux. Une logique corroborée par une étude récente menée auprès des consommateurs français sur leur image des grands groupes. Celle-ci montre comment la RSE, responsabilité sociétale de l'entreprise, est essentielle dans la réputation.

Avoir une bonne ou une mauvaise politique RSE peut ainsi modifier la perception des consommateurs français sur l’image qu’ils ont d’une grande entreprise.
Istock

Avoir une bonne ou une mauvaise politique RSE peut modifier la perception des consommateurs français sur l’image qu’ils ont d’une grande entreprise, selon une enquête pour le cabinet Denjean & associés (1). 82 % des personnes interrogées affirment que si elles apprenaient qu’un grand groupe qu’elles appréciaient avait une mauvaise politique RSE, leur opinion se dégraderait. Inversement, une bonne politique RSE redorerait le blason d’une entreprise dont elles auraient à la base une mauvaise opinion pour 67 % d’entre elles.

Pour se forger leur opinion, les personnes interrogées préfèrent les remontées de terrain. Les premières sources de confiance sont, de loin, les salariés de l’entreprise (indice de confiance de 7,1/10), suivis des journaux papiers et internet (6/10) et des représentants syndicaux de l’entreprise (5,7/10). Parmi les informations considérées comme les moins fiables, celles distillées par l’entreprise elle-même, que ce soit à travers de campagne de publicité (5/10) ou des réseaux sociaux comme Facebook (4,4/10).

Les Français prêts à boycotter…en théorie

L’enquête montre aussi une forte attente des Français envers les dirigeants des entreprises. En cas d’accusation grave contre une entreprise, ils souhaitent que les dirigeants s’impliquent en endossant la responsabilité des pratiques scandaleuses si elles sont avérées et en présentant des excuses, voire des dédommagements financiers. Mais aussi – et c’est sans doute un effet cash investigation - en répondant, sans langue de bois, aux journalistes.

En cas d’accusation grave d’impact de l’entreprise sur la santé des populations, de travail d’enfants, de maltraitance sur les animaux ou encore de pratiques managériales destructrices pour les collaborateurs, les personnes interrogées se disent prêtes, à une très large majorité (97 %), à boycotter les produits et services d’une entreprise. Une mesure radicale qui reste pourtant encore peu pratiquée dans la réalité.   

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1) L’enquête a été réalisée par l’institut GoudLink par un questionnaire administré en ligne du 23 au 29 janvier 2018 à 1000 personnes représentatives de la population française âgée de 18 à 75, selon la méthode des quotas.

 

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Pactforimpact photo BH

Pact for Impact : une alliance pour développer l'économie sociale et inclusive à l'international

Lors du sommet Pact for Impact qui s’est tenu les 10 et 11 juillet, les 50 délégations internationales se sont unies pour lancer un manifeste, celui d’une alliance mondiale pour une économie sociale et inclusive. Dans la sphère française, l’initiative gouvernementale 10% lancé fin mai tente aussi de...

Loi Pacte : la Maif, première grande entreprise à se transformer en société à mission

La Maif est la première entreprise à déclarer entamer sa transformation pour adopter le statut d’entreprise à mission ouvert par la loi Pacte d’ici le printemps 2020. Un moyen pour l’assureur "militant", selon son mantra, de valoriser sa différence dans un secteur particulièrement concurrentiel.

Avec son application et sa monnaie virtuelle, la fintech Impak veut booster l’économie à impact positif

Créer un écosystème vertueux, permettant de développer l’économie à impact positif, c’est l’objectif de la fintech canadienne Impak finance. Elle revendique déjà 10 000 utilisateurs et des milliers d’entreprises identifiées comme pouvant contribuer positivement à la société et l’environnement....

10% Lab, la nouvelle initiative gouvernementale pour engager les entreprises dans la transition

Après le French Impact, le Pact for Impact, voici le 10 % Lab. Une nouvelle initiative gouvernementale destinée à rassembler les entreprises autour de la transition écologique et sociale. L’objectif : montrer que le gouvernement agit sur le sujet alors que l’écologie a été un thème porteur lors des...