Publié le 05 mars 2020

ENTREPRISES RESPONSABLES

Surconsommation, SUV, promotions... La publicité appelée à s'engager plus en avant pour l’urgence climatique

C’est un secteur de plus en plus critiqué sur sa responsabilité dans le changement climatique. Attaquée pour la surconsommation, la promotion de produits polluants comme les SUV et son empreinte carbone via ses supports numériques, la publicité doit être mieux encadrée. C’est ce que proposent certains parlementaires.

Publicite climat 2 pixabay BH
Attaquée sur son rôle dans la surconsommation ou la promotion de produits polluants comme les SUV et même son empreinte carbone via ses supports numériques, la publicité doit être mieux encadrée estiment certains parlementaires
@BH/Pixabay

Avalanche de publicité pour des prix cassés lors du Black Friday, spots vantant les mérites de véhicules polluants diffusés avant des documentaires sur le climat, greenwhashing… La publicité ne fait plus rêver. Pire, elle agace. À l’heure de l’urgence climatique, des citoyens et parlementaires ont décidé de mettre en lumière les "incohérences et les dérives" d’un secteur qu’ils jugent désormais "clé" dans la lutte contre le changement climatique.

Lors du lancement de la Convention citoyenne sur le climat, la publicité s’est rapidement invitée dans les débats, poussée par une personnalité de poids : la paléoclimatologue et membre du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), Valérie Masson-Delmotte. "Je savais que les experts parleraient de la fiscalité, du logement ou de l’alimentation mais, à la suite de réflexions personnelles sur le rôle de la publicité dans nos comportements et sur les injonctions contradictoires auxquelles nous sommes soumis sur le climat, j’ai tenu à suggérer cette piste. D’autant que le GIEC abordera pour la première fois les aspects sociaux et la consommation soutenable dans son prochain rapport", explique-t-elle.

 

 

Vers une loi encadrant davantage la publicité ?  

Cette piste est déjà suivie par plusieurs parlementaires comme Delphine Batho (Deux Sèvres, EELV), François Ruffin (Somme, FI) et Matthieu Orphelin (Maine et Loire, non rattaché). Plusieurs lois, comme celles sur la Mobilité, l’Économie circulaire et bientôt celle sur l’Audiovisuel public, ont ainsi reçu plusieurs amendements destinés à interdire les publicités sur les SUV ou à permettre aux maires de bannir les écrans publicitaires numériques. Peu d’entre eux ont été adoptés mais cela "permet de faire bouger les lignes", estime Matthieu Orphelin.  

Quelques mesures se sont glissées dans ces lois comme l’obligation d’afficher une mention préconisant la mobilité douce sur les publicités des véhicules les plus polluants, l’interdiction de la publicité agressive en dehors des soldes, l’obsolescence marketing ou les prospectus emballés. "Ce n’est pas mauvais… mais cela n’a que peu d’impact", assure Matthieu Orphelin. Le député travaille donc sur une proposition de loi plus générale de "régulation de la publicité pour accélérer la transition écologique". Celle-ci vise à interdire la publicité pour certains produits nocifs pour l’environnement ou incitant à la surconsommation, à réformer le système d’autorégulation, mais aussi à favoriser une contribution de la publicité à la transition écologique via un "fonds d’encouragement à la publicité responsable" ou une meilleure information sur l’impact écologique des produits. Un rapport commandé par le ministère de la Transition écologique doit également être remis fin mars avec des recommandations d’évolution de la profession.

 

 

Mettre la publicité au profit de la transition écologique

Des propositions qui font bondir la profession, qui s’estime déjà extrêmement encadrée et proactive en matière d’autorégulation via des instances regroupant professionnels, experts et ONG comme l’ARPP, l’autorité de régulation professionnelle de la publicité, le Jury de déontologie publicitaire ou encore le Conseil paritaire de la publicité. "En tant que communicants, nous avons une responsabilité dans les représentations que l’on véhicule", convient Gildas Bonnel, patron de l’agence Sidèse, administrateur de l’ARPP et président de la commission développement durable de l’AACC (Association des agences conseils en communication). "Mais attention à ne pas faire de nous des boucs émissaires ! Oui le système de production doit changer mais peut-être vaudrait-il mieux aller voir directement les constructeurs automobiles que de mettre à mal l’intermédiaire et son écosystème".

Tous s’accordent toutefois sur un point, la communication peut aussi être mise au profit de la transition écologique. Certaines agences et régies, distinguées par le label sectoriel RSE Agences actives, y travaillent. L’Ademe et le ministère de la Transition écologique viennent également de publier un "guide de la communication responsable" pour accompagner la profession qui doit engager "un changement systémique incontournable face aux enjeux de la transition écologique".

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Loewe fabrication sac LVMH

Climat, eau, biodiversité… LVMH réhausse tous ses objectifs environnementaux en misant sur l'économie circulaire

Le groupe de luxe LVMH vient d’annoncer une nouvelle stratégie environnementale, baptisée Life 360. Celle-ci doit permettre à ses maisons d’être plus sobres tant dans la matière utilisée, dans la consommation d’eau que dans la consommation énergétique, en mettant en place une stratégie de...

Label achats responsables

Le label achats responsables doit devenir un levier de performance pour les entreprises

Le label Achats responsables développé depuis une dizaine d’année par le médiateur des entreprises va être revu pour accroître son influence dans la transformation des chaînes d’approvisionnement. L'objectif est d'inciter les entreprises à s’en saisir grâce à un parcours de labellisation et une plus...

GEM grenoble ecole de management entreprise a mission

[Entreprise à mission] L’école de management de Grenoble ancre la transition écologique et sociale dans son enseignement

C’est une première pour une Business school : Grenoble école de management (GEM) vient d’annoncer son engagement en tant que société à mission. Un cadre qu’elle estime stratégique à l’heure où la transition écologique et sociale impose de transformer l’enseignement, et où la pression des étudiants...

Inondations marchandises supply chain iStock tiero

Les risques environnementaux pèsent lourds sur les chaînes d'approvisionnement… et ce sont les consommateurs qui paient

Le changement climatique et la perte de biodiversité ont un coût financier pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement mondiale, souligne un rapport du CDP. Il en coûtera 120 milliards de dollars supplémentaires aux entreprises d’ici 2026, selon l’organisation qui collecte les données...